Hommage à Michel Rolland

Quelques mots sur Michel Rolland

par Paul Bleton

 

Même si ça faisait plusieurs années que sa santé était sérieusement atteinte, la disparition de Michel Rolland le 9 juillet dernier n’en a pas moins été douloureusement ressentie par ceux qui le connaissaient bien.

 

Pour les autres, voici en quelques mots pourquoi LPCM signale la disparition de ce franc-tireur. Outre les ouvrages pédagogiques datant de la longue période où il a enseigné au secondaire, Michel renouait avec un goût de jeunesse en procurant en 1994 un classique oublié de la littérature utopique, L’Histoire des Sévarambes de Denis Vairasse (Amiens, Encrage, 1994). Au début de sa carrière, il s’était en effet intéressé à l’utopie ; mais aussi à la SF – n’était-il pas l’un des rares Français à avoir interviewé Philip K. Dick ? À la fin, devenu professeur à l’université de Cergy-Pontoise, c’est plutôt les études culturelles et les représentations de la masculinité qui l’avaient requis – ce dont on trouve des traces dans un collectif co-publié avec Christiane Achour, Féminin-masculin. Couples en création, Amiens, Encrage, 2000.

 

Entre les deux, Michel a été un chercheur lpcm libre et élégant, accordant la même attention à la préparation de ses émissions de jazz qu’à celle de ses cours de cinéma, le même intérêt cordial et amusé à la commémoration de la naissance d’Agatha Christie qu’aux expéditions de collectionneurs de romans populaires sur les brocantes, la même application érudite pour les adaptations à l’écran des Série noire qu’aux films de guerre français (cf. son « Panorama commenté du film de guerre français » paru dans le collectif Hostilités. Guerre, mémoire, fiction et culture médiatique, sous la dir. de Paul Bleton, Québec, Nota Bene, 2001). Chez lui toutefois, comme un clavier, l’érudition était bien tempérée par le cœur, la sensibilité : le polar à travers son amitié avec Michel Lebrun, le polar à travers sa prédilection pour le jazz…

 

Élégant mais aussi infatigable et singulier. Infatigable ? C’est son dynamisme qui lui a soufflé d’organiser dans son université  plusieurs colloques internationaux du LPCM de naguère (« Production culturelle et sérialité : littérature, cinéma, télévision » en 1993, « La circulation des récits à la croisée des genres » en 1994, « Culture médiatique et récit paralittéraire » en 1996). Singulier ? Qui d’autre que lui pouvait présenter dans une tel contexte universitaire une communication sur l’histoire de la masculinité française du baby-boom en commençant par l’audition de « Nashville ou Belleville » par Eddy Mitchell ?

 

L’élégance, le dynamisme et la singularité de la voix de Michel Rolland nous manquent, cruellement.

 

PB


Une réflexion sur « Hommage à Michel Rolland »

  1. Il a été mon prof de récit filmique et de littérature comparée à la fac de Cergy. C’était une personne dotée d’un grand coeur, sans prétention malgré son érudition et ouverte d’esprit.
    Je suis triste de cette nouvelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.