Colloque “Fictions secondes” 26-27 mai 2016 Paris 1

« FICTIONS SECONDES »

 Colloque international

Jeudi 26 et vendredi 27 mai  2016

Appel à contribution

Équip« Fictions & interactions », UMR Acte CNRS 8218, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Considérons les exemples suivants : le récit de Shéhérazade dans celui des Mille et une nuits, sa reprise par l’artiste contemporain Sharif Waked dans une vidéo intitulée To be continued, les histoires que Jacques raconte à son maître dans le roman de Denis Diderot ou encore, dans le cas du film de fiction, la partie de tennis mimée à la fin du Blow-up deMichelangelo Antonioni. De telles pratiques ont été parfois qualifiées  de « fictions  secondes », sans que la signification  de ce concept  n’ait jamais  véritablement  été définie.Nous aborderons donc au cours de ces journées la notion de fiction seconde.

Plus précisément, ce colloque se développera autour de trois objectifs principaux : 1) cerner l’extension de l’expression « fictions secondes » ; 2) interroger leurs fonctionset visées ; 3) en analyser des exemples, que ce soit une œuvre dans son intégralité ou certaines de ses parties.

1) Il s’agit, tout d’abord, de tenter de déterminer la portée de cette expression, ce qui la différencie ou la rapproche de termes comme le faire-semblant, le récit enchâssé, lejeu, la feintise ludique, la métalepse ou la mise  en abyme  notamment.  Autrement  dit, il faudra  essayer  de tracer  une cartographie  qui soit à même d’articuler  de façon cohérente  ces  éléments  entre  eux. Ainsi,  qu’est-ce  que le faire-semblant ? Définit-il vraiment la fiction ? Toute fiction seconde peut-elle alors être caractérisée en tant quejeu de faire-semblant dans du faire-semblant ? Ne doit-on pas distinguer le faire-semblant implicite de la fiction première du faire- semblant explicite de la fiction seconde ? Et untel acte relève-t-il nécessairement du jeu ?

2) Le second axe de recherche de ce colloque tentera de réfléchir aux fonctions et aux visées des fictions secondes. À quoi servent-elles ? Prennent-elles une quelconquedistance par rapport à la narration première dans laquelle elles s’inscrivent ? Sont-elles réflexives ? En obscurcissent-elles  délibérément le propos ? Ces fictions  nous  aident-elles  à élaborer  le contenu,  voire  la forme  de l’œuvre  où elles  apparaissent ? Leurs conditions  d’émergence  questionnent-elles  l’essence  même  de  la  fictionalité ?  Il s’agira  par  conséquent d’établir une première typologie des rôles et buts des fictions secondes.

3) Enfin, ce colloque donnera largement la place à des analyses de détail que ce soit à l’approche d’un passage, d’un extrait ou d’un élément d’une œuvre singulière, ou à celled’un ensemble d’œuvres d’un auteur ou d’un artiste en tentant de montrer à chaque fois la pertinence de ces fictions secondes dans un contexte toujours spécifique.

Ce colloque fera l’objet d’une publication.

Les propositions de 350 mots maximum accompagnées d’un court CV sont à retourner pour le 15 décembre 2015 à fictions.et.interactions@gmail.com

 UMR ACTE CNRS 8218 

Comité scientifique : Lorenzo Menoud, Eric Rondpierre, Isabelle Vodjdani, Diane Watteau, Bernard Guelton.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.