Disparition de Charles Grivel

[English version here]

Notre collègue Charles Grivel s’est éteint le jeudi 14 mai, à l’issue d’une longue maladie contre laquelle il luttait depuis 8 ans avec une allégresse courageuse.

Charles a été un pionnier en matière de recherche ès littératures populaires, et sur la « photo de famille » LPCM prise à Limoges lors de l’Assemblée générale constituante de notre Association en mai 2011 il figure en bonne place, car il avait tenu, malgré la fatigue, à participer à cet élan fondateur. Charles croyait en effet aux vertus de l’échange et de la coopération : il présida ainsi de 1993 à 1999 l’Association des Amis du Roman Populaire et fit partie du premier « bureau » de la Coordination internationale LPCM, aussi informelle que précieuse, qui se mit en place en 1997 lors de la rencontre de Saint Etienne, première d’une belle série.

Profondément originale dans la variété de ses objets et le style, ciselé jusqu’à l’aphorisme, de ses analyses faisant la nique à l’académisme, la démarche de Charles Grivel a eu un retentissement considérable pour beaucoup d’entre nous, depuis son ouvrage fondateur Production de l’intérêt romanesque. Un état du texte (1870-1880, un essai de constitution de sa théorie), en 1973 (rédité par Belphégor sous forme numérique), jusqu’à Alexandre Dumas l’homme 100 têtes (2010), en passant par Fantastique-fiction en1992, pour ne citer que ces trois balises dans une œuvre critique éclectique qui le vit s’intéresser au populaire et à l’excentrique, au Naturalisme et à la Fin de siècle, à Dumas et à Dracula, au roman-photo et au roman-cinéma, à l’illustration et aux plaisirs retors du texte et de ses lecteurs…

D’ici quelques mois la LPCM rendra hommage à Charles et mettra en lumière l’actualité stimulante de ses travaux par un dossier inséré dans Belphégor. Ce numéro spécial, dont Jacques Migozzi assurera la coordination, devrait panacher rééditions de textes malaisément accessibles de Charles Grivel et commentaires de quelques « discutants », à qui ses travaux donnèrent à penser le « populaire infiniment parlant ».

Le bureau LPCM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.