Appel : “Géographie et fiction”

Annales de Géographie, Appel à propositions d’articles, pour le 15 juin 2015 :

« Géographie et fiction, au-delà du réalisme »

Numéro coordonné par : Henri Desbois, Philippe Gervais-Lambony et Alain Musset

 

Un mapa del mundo real no es menos imaginario que un mapa de un mundo imaginario.

A map of the real world is no less imaginary than a map of an imaginary world.

Alfredo Blanco, Mapas/maps, México, 2010-2011

Crédit image : les tags “Rest in Peace” photographiés à Baltimore par Peter Barry

 

Pour accompagner le FIG 2015 consacré aux territoires de l’imaginaire, les Annales de géographie proposent un numéro thématique sur les rapports entre géographie et fiction.

La question générale de la géographie dans les œuvres d’imagination, en particulier en littérature, a déjà été abordée tant du côté des études littéraires que du côté des géographes, ces deux champs se croisant rarement. Récemment, les Annales de géographie ont publié un numéro sur géographie et cinéma. Le recours à la référence fictionnelle en géographie est donc une pratique relativement banale. Cela pose pourtant un certain nombre de questions sur les objets et les méthodes de notre discipline. Que cherchons-nous exactement, et que trouvons-nous dans la fiction, qui fasse géographie ? Quelles sont les évolutions récentes en ce domaine en géographie mais aussi grâce à des approches pluridisciplinaires ? Les éditeurs scientifiques de ce numéro souhaiteraient qu’il soit l’occasion d’apporter des réponses d’actualité à ces questions.

Dans une certaine mesure, la fiction réaliste peut fonctionner comme un dispositif d’enregistrement du réel capable de procurer une expérience médiatisée de l’espace géographique. Mais comment tenir compte en ce cas précisément du caractère fictionnel de ce genre de source ?

L’articulation entre géographie et fiction peut aussi être d’une tout autre nature. C’est le cas, notamment, lorsque la fiction agit comme un révélateur des rapports que nous entretenons avec l’espace ou lorsqu’elle permet de rendre compte des aspects affectifs indissociables des lieux que nous habitons ou auxquels nous sommes attachés : ainsi la nostalgie chez Proust est-elle une dimension à part entière d’une géographie sensible.

Il peut aussi arriver qu’une fiction soit si intimement associée à un lieu qu’elle finisse par déteindre sur lui, et qu’elle en devienne partie intégrante et soit donc elle-même productrice du lieu. De cette façon, Dublin est coloré par les souvenirs de l’Ulysse de Joyce, comme l’Ouest américain est hanté de cow-boys et d’extra-terrestres. Et lorsqu’on est à Los-Angeles, dans quelle ville sommes-nous ? Dans la ville d’asphalte et de béton, ou dans une cité imaginaire réfractée à travers ses fictions innombrables ?

Enfin, la géographie peut ne pas prendre en compte la dimension « référentielle » de l’œuvre de fiction mais étudier l’espace produit par l’œuvre comme un espace en soi, un terrain de recherche à proprement parler.

Nous proposons d’explorer les modalités multiples de l’articulation entre géographie et fiction, à travers différentes formes, différents médias, différents espaces.

 

 

 

Les propositions d’articles pourront relever de l’une ou l’autre des quatre approches ou les combiner.

Un résumé de la contribution proposée est à adresser à la revue (annales-de-geo@armand-colin.fr) pour le 15 juin 2015 au plus tard. Le résumé comportera au maximum 3000 signes.

Si la proposition est retenue par le comité de rédaction, les auteurs en seront informés au plus tard au début du mois de juillet et l’article finalisé aux normes de la revue sera demandé pour le 15 octobre 2015. Il sera soumis à une double évaluation (l’acceptation du résumé n’implique donc pas publication de l’article).

La publication du numéro est prévue pour juillet 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.