L’entrepreneur créatif culturel au 21ème siècle

ecbnfa

Le lundi 11 mai,  un sommet Européen des Industries Créatives aura pour thème (ECIS) – « L’entrepreneur créatif culturel au 21ème siècle » à Bruxelles (Invitation sur demande)

La volonté de promouvoir les industries culturelles et créatives, inscrite au programme Europe 2020, a conduit la Commission européenne et sa présidence actuelle lettone à se concentrer sur les effets de débordement de ces industries sur l’économie et la société dans leur ensemble. Ces effets transformationnels de la culture et de la créativité au-delà des seuls secteurs des industries culturelles et créatives sont également à l’ordre du jour de plusieurs initiatives politiques et de recherche au niveau national et européen. Au cours des dernières années, alors que les espoirs à l’égard de la culture et de la créativité en termes de retombées n’ont cessé de croître, les cadres sous-jacents à la production de telles valeurs n’ont pour leur part pas été modifiés – on pourrait même dire qu’ils se sont détériorés dans de nombreux pays ou secteurs. Si les raisons d’une telle inertie diffèrent d’une nation à l’autre, un vecteur de changement unit tous les secteurs et toutes les nations : la révolution digitale. Celle-ci a ouvert de nouveaux marchés et de nouveaux business models en même temps qu’elle a fermé et écrasé certains secteurs traditionnels qui employaient quelques 100.000 acteurs.

Compte tenu de l’accent donné aux effets de débordement (spillover) des industries culturelles et créatives dans les programmes de financement pour la période 2014 – 2020 tels que Creative Europe, Innovation union, Horizon 2020, l’ECIS 15 invite à débattre autour des valeurs et de l’identité future des entrepreneurs culturels et créatifs ainsi qu’aux cadres politiques adéquats pour les soutenir.

Les questions se concentreront autour des écarts qui séparent l’autonomie de l’artiste et les services, les échelles locale et globale, les bénéfices financiers et le but non-lucratif des biens éthiques publics ainsi que l’échange entre biens privés et biens publics. Ces questions ne sont pas nouvelles mais elles doivent être reposées à travers le prisme des nouveaux cadres numériques. Ce, afin de soutenir durablement la nouvelle génération d’entrepreneurs culturels.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.