Appel : « Tweeter Dante »

Appel à communication, CELEC – EA 3069, Université Jean Monnet Saint-Etienne

Tweeter Dante

Colloque transdisciplinaire, 17, 18 et 19 mars 2016

 

Nel mezzo del cammin di nostra vita

Mi ritrovai ad aprir l’utenza Facebook

Sperando che la cosa sia gradita

 @DanteSommoPoeta, 25 mai 2014

 

Ce colloque s’inscrit au sein d’un projet scientifique quinquennal 2016-2020 sur la « Relation », et plus particulièrement d’un axe consacré à la « Réécriture des textes canoniques et des mythes médiévaux dans les arts et les médias modernes ». Il portera sur la présence de Dante et de la Divine Comédie dans la littérature et la culture populaires d’aujourd’hui, à l’image de la réécriture twittée par @DanteSommoPoeta, initiée en mai 2014 et comptant, à l’heure actuelle, environ 7000 tweets rigoureusement en tercets enchaînés d’hendécasyllabes.

Il nous est, en effet, apparu qu’il serait à la fois stimulant, novateur et « rafraîchissant » de privilégier les créations contemporaines autour d’un « monstre – et une œuvre – sacré(s) » de la littérature italienne, voire le père de la littérature italienne et, selon Harold Bloom (The Western Canon, 1994), l’un des deux plus grands écrivains de tous les temps (l’autre centre du canon occidental étant Shakespeare), pour étudier la mise en relation entre un texte devenu, à huit siècles de distance, quasi inintelligible (sauf pour les érudits et studiosi hautement spécialisés) et un public que sa langue et ses références culturelles rendent désormais incapable de dépasser le saisissement d’« images dantesques » par d’autres voies que celles de recyclages simplifiés, simplificateurs, voire simplistes du « maître ». On ne s’étonnera pas, dans ce contexte, que soit cité ou exploité, la plupart des fois, le Dante de l’Enfer.

Parmi les arts et les formes d’expression auxquels nous songeons, citons le roman de gare, la bande dessinée, la chanson, la tweetérature, mais aussi les filons populaires de la littérature des XXe et XXIe siècles, du néo-gothique à la science-fiction et à la fantasy. Au nombre des œuvres-relais, peuvent être mentionnées, sans souci d’exhaustivité ou de hiérarchisation : Dylan Dog, la célèbre BD de Tiziano Sclavi (née en 1986) ; Seven (1995), thriller d’horreur de David Fincher, où le tueur en série, à l’instar de celui de Maxime Chattam dans L’Âme du mal (2002), s’inspire des vers de la Divine Comédie ; L’Inferno di Topolino (1949-1950), parodie où Mickey descend aux enfers, ou Infierno ! (1999 et 2014), graphic novel où des auteurs Disney mettent en scène un boss de la mafia descendant aux enfers ; le cycle de gialli de Giulio Leoni, dans lesquels le poète se fait détective (Dante Alighieri e i delitti della Medusa, 1er vol. 2000) ; les romans de l’universitaire et dantista Marco Santagata (Il maestro dei santi pallidi, 2003 ; Come donna innamorata, 2015) ainsi que son essai et instant-book à la fois, sur la biographie du poète (Dante. Il romanzo della sua vita, 2012) ; Dante XXI (2006) du groupe de death metal brésilien Sepultura, l’album de Gianna Nannini sur Pia de’ Tolomei (Pia come la canto io, 2007), ou la chanson « Dante’s Prayer » de Loreena McKennitt sur Books of secrets (2007); le thriller Inferno (2013) de Dan Brown, et son héritier italien, La chiave di Dante (2015) de G. L. Barone, écrivain-emblème du self-publishing ; la réécriture romanesque de la Divine Comédie par un autre universitaire spécialiste de Dante, Daniele Fioretti (La selva oscura, 2015) ; la reprise du parcours du poète dans des ouvrages comme L’Homme qui arrêta d’écrire (2010) de Marc-Edouard Nabe ; la biographie sous forme de BD Dante Alighieri, par Alessio D’Uva, Filippo Rossi et Astrid, publiée pour le 750e anniversaire de la naissance du poète (2015) ; le jeu vidéo Dante’s Inferno sorti en 2010 sur PlayStation 3 et Xbox 360 ; sans oublier les « traces » dantesques repérables dans les romans « grand public » de nombreux auteurs de genre comme Larry Niven et Jerry Pournelle – qui modernise le récit de Dante dans Inferno (1976) – ou bien Valerio Evangelisti – qui greffe sur le genre illustre du roman historique les filons de la littérature de l’imaginaire (gothique, science-fiction, aventure, fantasy), en les saupoudrant de fantastique –, ni les processus de divulgation à la Roberto Benigni, avec sa série de spectacles théâtraux Tutto Dante (juin 2006-août 2013 ; l’anti-Benigni étant peut-être, avant la lettre, Gassman legge Dante, 1955-1956).

 

 

Les propositions de contribution (en français, en italien ou en anglais)

doivent être envoyées à :

 

stefano.lazzarin@univ-st-etienne.fr

jerome.dutel@univ-st-etienne.fr

                       

le 15 septembre 2015 au plus tard.

 

Les projets seront examinés par notre comité de lecture

et les réponses retournées pour le 1er octobre 2015


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.