colloque: Pour une nouvelle économie du savoir et de la littérature

Pour une nouvelle économie du savoir et de la littérature. Genres narratifs et logique de marché.

Responsable du projet (Sektionsleitung): Alessandro Leiduan (Toulon)

Contact: leiduanalex@hotmail.com

Date du colloque: 26-29 juillet 2015 Château de l‘Université de Mannheim

Réponses attendues pour le 31 décembre 2014

Ce colloque s’inscrit dans le cadre de la XXIVe édition des Journées des Romanistes allemands organisée, cette année, à l’université de Mannheim (26-29 juillet 2015 http://www.romanistentag.de/index.php?id=912). Le thème général de la Journée est le suivant : « Romanistique et économie : structure, culture et littérature ». A l’intérieur de ce colloque, la section thématique « Pour une nouvelle économie du savoir et de la littérature »  vise à étudier l’imbrication entre économie et littérature par le biais de la notion de sérialité dans le domaine des genres narratifs.

Description : La notion de littérature a été longtemps l’otage d’une idéologie qui tendait à circonscrire ses effets sociaux à la sphère esthétique. Celle-ci s’est affirmée, dans la tradition culturelle de l’Occident, comme le lieu par excellence du plaisir désintéressé: la méconnaissance des intérêts qui ont toujours présidé à l’interaction entre l’imaginaire social et les œuvres littéraires est ainsi devenue le trait distinctif du crédo esthétique moderne (Gadamer: 1960). Au fur et à mesure que le capitalisme s’affirmait, sous l’égide des politiques libérales, comme le seul et unique mécanisme régulateur de la vie sociale, le déni des in­térêts extra-esthétiques a pris la forme d’un reniement de la dimension économique de l’art (Bourdieu: 1998). Un sort semblable a été réservé à cet autre pendant de la littérature imaginaire qu’est la littérature de « divulgation scientifique », (qu’on pourrait aussi appeler, d’un terme plus général, « factuelle »), c’est-à-dire la littérature vouée à affiner la compréhension sociale du monde : l’idéal humaniste du savoir a, en effet, incliné les intellectuels à condamner toute forme de marchandisation du savoir ou à l’assimiler à une sorte de dégénération culturelle (Adorno: 1989). Enjoliver l’apparence d’un genre narratif factuel pour en augmenter l’attrait commercial a été considéré comme une trahison de la vocation scientifique qui devrait présider aux finalités sociales de ce type de communication.

Mais, sommes-nous sûrs que l’ingérence de l’économie sur les pratiques d’écriture narrative produise uniquement des œuvres dépourvues de toute valeur esthétique ou scientifique? Ne s’agit-il pas plutôt d’un phénomène qui devrait nous amener à repenser les catégories esthétiques et scientifiques tradition­nelles?

C’est cette deuxième option que nous voudrions pouvoir développer dans le cadre d’une section thématique consacrée à l’analyse des genres narratifs contemporains qui, sous l’influence du marché, affichent des caractères ir­réductibles à l’idéologie esthétique et scientifique traditionnelle.

Dans le sillage des recherches sémiotiques d’U. Eco, C. Ginzburg, M.-L. Ryan et tant d’autres, nous chercherons, à travers l’étude des formes commerciales de la narration sérielle contemporaine, à repenser les catégories qui définissent la valeur esthétique et scientifique des œuvres littéraires.

Nous articulerons notre réflexion autour de trois champs thématiques:

1.    l’incidence de l’économie sur les formes narratives d’œuvres uniques, en­visagées indépendamment de la série à laquelle elles appartiennent (effets de tension narrative, suspense, curiosité, surprise, etc.)

2.    l’incidence de l’économie sur les formes narratives d’œuvres sérielles entre­tenant des liens de dépendance réciproque (reprise, calque, série, saga…)

3.    l’incidence de l’économie sur les catégories esthétiques et scientifiques qui régissent le rapport que le public entretient avec les genres narratifs fiction­nels et factuels auxquels la société est redevable de son univers imaginaire ou de sa perception de la réalité.

Ces axes de travail sont donnés à titre indicatif et toute proposition de communication sera étudiée avec intérêt.

Les propositions de communication en français ou en italien d’une longueur de 300 mots environ, ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer à l’adresse suivante : leiduanalex@hotmail.com  pour le 31 décembre 2014.

Le coût d’inscription au colloque est de 60 euros. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.