Appel : Les œuvres et les chroniques littéraires …

Appel : Les œuvres et les chroniques littéraires en français dans les journaux des communautés francophones nord-américaines en situation minoritaire, du XIXe siècle à nos jours.

Proposition d’atelier conjoint par Michelle Keller (Michelle.Keller@umanitoba.ca) et Dominique Laporte (Dominique.Laporte@umanitoba.ca), de l’Université du Manitoba, pour la rencontre de l’ACÉF XIX et le congrès de l’APFUCC à l’Université d’Ottawa, le 31 mai ou le 1er juin 2015 (date à confirmer)

Présentation :

La presse a joué et joue encore un rôle fondamental au sein des minorités linguistiques et culturelles, dont les communautés acadiennes, franco-canadiennes et franco-américaines. Avant l’implantation d’autres médias et de maisons d’édition en milieu francophone minoritaire, des journaux comme Le Courrier des États-Unis (publié à New York à partir de 1828 et distribué à travers tout le continent nord-américain [Grolleau-Fricard, 2009]), L’Évangéline en Acadie, Le Patriote de l’Ouest en Saskatchewan, Le Droit en Ontario, La Liberté au Manitoba et La Survivance en Alberta, entre autres exemples, servirent pendant longtemps de principaux moyens d’expression culturelle en français à leurs lecteurs ; l’imprimerie respective de plusieurs d’entre eux publiait différentes sortes d’imprimés (périodique, livre, brochure, affiche publicitaire, programme de théâtre ou de concert, etc.), en plus de reproduire (avec ou sans autorisation) des romans-feuilletons, des nouvelles, des contes et des poèmes d’auteurs français (Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Paul Féval, Jules Verne, Alphonse Daudet, François Coppée, etc.) ou canadiens-français (Georges Boucher de Boucherville, Napoléon Bourassa, Antoine Gérin-Lajoie, Pamphile Le May, Louis Fréchette, etc.). En l’absence d’une institution littéraire proprement dite en milieu minoritaire, maints journalistes s’adonnèrent à la critique littéraire et contribuèrent en tant que passeurs culturels à populariser des écrivains, des traducteurs et des conférenciers d’expression française en dehors de la France et du Québec, qu’il s’agisse de Français (par exemple, Eugène Labiche, au nombre des auteurs dramatiques français les plus joués au Canada français), d’émigrés français (Georges Bugnet et Magali Michelet, collaborateurs de la presse franco-albertaine, Louis Hémon, Maurice Constantin-Weyer, etc.), de Canadiens français originaires du Québec (Le May, traducteur du poème de Longfellow, Évangéline, Henri Bourassa, Camille Roy, Lionel Groulx, etc.), ou, dans une moindre mesure, d’écrivains locaux dont les œuvres furent publiées en France, au Québec ou dans leur milieu minoritaire respectif (par exemple, Marie-Thérèse Goulet-Courchaine, dite Manie Tobie, Métisse manitobaine dont les poèmes et les textes en prose parurent jusqu’en 1970 dans le journal La Liberté avant d’être édités à titre posthume à Saint-Boniface [Juéry, 1979]). L’appellation « passeurs culturels » ne suffit toutefois pas à désigner ces chroniqueurs qui, en plus de contribuer, comme les journalistes du Québec, à la circulation nord-américaine d’imprimés en français, s’engagèrent dans les luttes des minorités françaises en faveur de l’usage du français dans les écoles publiques et les paroisses de provinces ou d’autres milieux majoritairement anglophones, y compris les diocèses anglo-catholiques des États-Unis où des Canadiens français s’établirent entre 1840 et 1930 environ. Jusqu’à présent, les discours journalistiques sur la renaissance acadienne et sur la survivance canadienne-française à l’extérieur du Québec ont fait l’objet de quelques études historiques ; la production et la critique littéraires contemporaines en milieu minoritaire retiennent quant à elles l’attention d’un nombre croissant d’universitaires, y compris de jeunes chercheurs ; mais il manque encore une histoire culturelle globale des communautés francophones nord-américaines en milieu minoritaire d’après la tendance de leurs journaux à concilier presse et littérature sous forme de chronique littéraire, de rubrique poétique, de coin des jeunes (Poliquin, 2012) et de roman-feuilleton (Haché, 2012) adaptés plus ou moins délibérément à leur situation minoritaire. Grâce à la numérisation en cours de journaux publiés dans des communautés francophones minoritaires, il est maintenant possible de retracer plus rapidement qu’auparavant la diffusion d’un auteur ou d’une œuvre en particulier dans la presse et de la replacer dans son contexte historique et culturel d’après les liens entre le discours littéraire publié ou recensé et d’autres genre de discours dans le journal dépouillé (éditorial, article d’actualité, chronique d’opinion, annonce publicitaire, courrier des lecteurs, etc.). Des études de cas et des essais de synthèse aideraient à la reconstitution non seulement des circuits de diffusion journalistiques d’œuvres en français au Canada et aux États-Unis, mais également du réseau institutionnel tissé par les journalistes acadiens, canadiens-français et franco-américains, de concert avec leurs collègues de la France ou du Québec et avec des organisations nationales (Sociétés et Fédérations Saint-Jean-Baptiste, Société nationale de l’Assomption [l’actuelle Société nationale de l’Acadie], Association canado-américaine, cercles régionaux de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française, Comité permanent de la Survivance française en Amérique [actuel Conseil de la vie française en Amérique], etc.). Cette approche transversale des journaux francophones en milieu minoritaire nord-américain contribuerait également à l’analyse de la presse en tant que « véritable territoire national » (Thiesse, 2010 : 130), car « [e]lle est le seul espace où la nation existe parce qu’elle y est dite, décrite, parce qu’elle y est objet de débats et d’aspirations passionnées » (Thiesse, 2010 : 130), à plus forte raison lorsque le désir d’une littérature nationale s’accompagne du rêve ou de la mémoire d’une nation sans souveraineté étatique réelle comme l’Acadie, le Canada français ou la Franco-Américanie, en l’occurrence. Envisagée sous cet aspect, l’évolution de la perception culturelle des minorités concernées pourrait se mesurer aux valeurs artistiques et morales défendues par les journalistes dans leurs chroniques littéraires, qui tiennent à la fois de la critique et du discours identitaire. Leur apport en milieu francophone minoritaire pourrait également être situé en regard des discours sur les minorités acadiennes, franco-canadiennes ou franco-américaines tenus respectivement par des journalistes en situation majoritaire, tels le chanoine Groulx, directeur de L’Action française de Montréal (Bock, 2004), et quelques-uns des rédacteurs du journal montréalais Le Devoir au cours de son histoire (son fondateur, H. Bourassa, Omer Héroux, frère d’Hector, premier directeur du journal La Liberté de 1913 à 1923, Pierre Laporte, Lise Bissonnette).

Toute personne intéressée à participer à cet atelier est priée d’envoyer avant le 15 décembre 2014 aux deux responsables de cet événement une proposition de communication de 250 mots sans note ni bibliographie, accompagnée de son nom, de celui de son université ou de son collège, de son adresse et du titre de la communication proposée. Les responsables de l’atelier donneront une réponse avant le 15 janvier 2015. Pour plus de renseignements sur le congrès d’Ottawa, prière de consulter le site de l’APFUCC (http://www.utm.utoronto.ca/~micheluc/congress/2015/index.htm) ou de l’ACÉF XIX (http://acef19.org).

Responsables de l’atelier : Michelle Keller (Michelle.Keller@umanitoba.ca), Université du Manitoba, et Dominique Laporte (Dominique.Laporte@umanitoba.ca), Université du Manitoba.

Ouvrages cités

BOCK, Michel (2004). Quand la nation débordait les frontières : les minorités françaises dans la pensée de Lionel Groulx, Montréal, Éditions Hurtubise.

GROLLEAU-FRICARD, Anthony (2009). « Le Courrier des États-Unis entre France, États-Unis et Canada (1828-1851) », thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

HACHÉ, Bernard (2012). « Les feuilletons littéraires dans les journaux acadiens (1867-1900) », thèse de doctorat, Université de Moncton.

JUÉRY, René (1979). Manie Tobie : femme du Manitoba, Saint-Boniface, Les Éditions des Plaines.

POLIQUIN, Laurent (2012). « De l’impuissance à l’autonomie : évolution culturelle et enjeux identitaires des minorités canadiennes-françaises dans les journaux et la littérature pour la jeunesse de 1912 à 1944 », thèse de doctorat, University of Manitoba.

THIESSE, Anne-Marie (2010). « Rôles de la presse dans la formation des identités nationales », dans Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presse, nations et mondialisation au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, p. 127-137.

 



Citer ce billet
Isabelle Antonutti (2014, 3 novembre). Appel : Les œuvres et les chroniques littéraires … LPCM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r1ji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.