Allouche, Sylvie (Université Catholique de Lyon)

AlloucheSylvie-2008-Es32-carre

Sylvie Allouche développe ses recherches selon deux axes complémentaires: 1. les rapports de la philosophie avec la fiction (science-fiction et séries TV); 2. les enjeux éthiques et politiques futurs de la technologie (“homme augmenté” en particulier).

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Paris, ayant enseigné la philosophie dans le secondaire et dans diverses universités françaises ainsi qu’à Budapest, elle a été pendant deux ans Marie Curie Research Fellow à l’Université de Bristol. En 2013-2014, elle était ATER à l’Université de Technologie de Troyes (Centre de Recherches et d’Études Interdisciplinaires sur le Développement Durable) et Honorary Research Fellow à l’Université de Bristol (Center for Ethics in Medicine). Elle est pour 2014-2015 Maître de conférences à l’Université Catholique de Lyon (Département de Formation Humaine et Laboratoire de Biologie Générale).

Articles les plus récents :

  •        “Le rapport à l’autre et à soi dans la communication empathique, télépathique ou symbiotique” in F. Renucci, V. Le Blanc, S. Lepastier (dir.), Hermès, la Revue n°68 L’Autre n’est pas une donnée – Altérités, corps et artefacts, Paris: CNRS Éditions, 2014, pp. 149-150.
  • “Encore au bord de la fenêtre des sens… pour une exploration de l’aisthésis extrahumaine”, in E. Després et H. Machinal (dir.), PostHumain, Frontières, évolutions, hybridités, PUR: Rennes, 2014, pp. 299-314.
  • “Y a-t-il dans l’homme des fonctions qu’il ne puisse pas déléguer?” in Jean-Philippe Cassar, Les Nouvelles d’Archimède – La revue culturelle de l’Université Lille 1 n°65 , Université Lille 1 Sciences et Technologies: Villeneuve d’Ascq, 2014, pp. 6-7.

Pour plus d’informations: sylvieallouche.com

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.