Appel: Au-delà des frontières : Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

fantasy sci fi 

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières :

Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

(XXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Université Bordeaux Montaigne

 

clare.u-bordeaux3.fr

telem.u-bordeaux3.fr

 

15-16-17 octobre 2014

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)

Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac)

 

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? »[2].

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[3], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[4] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[5].

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

 

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

 

Les propositions de communication (2000 signes maximum; format word, police time new roman, taille 12) seront à envoyer avant le 1er mai 2014 au comité scientifique :

d.gachet@orange.fr ; natvd@cegetel.net ; flonicoplet@free.fr

 

Les communications seront limitées à 25 minutes par participant.

 

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

 

Écrivains invités (selon leurs disponibilités)

– Pierre Bordage

– Lionel Davoust

– Laurent Queyssi

– Xavier Mauméjean

 

 

Partenaires :

Région Aquitaine

Mairie de Bordeaux

Service culturel Université Bordeaux-Montaigne

Association du CERLI

Association Modernités médiévales

 

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora » Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

 

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

Enregistrements audio et vidéo consultables sur :
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=1236

 


[1]              Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.

[2]              Ibid.

[3]              Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.

[4]              Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[5]              Ibid.