Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours)

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Jeudi 12 et vendredi 13 mai 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527),
avec le soutien du Conseil Scientifique

Argument
Lʼhybridation est dʼabord le nom dʼune catégorie biologique, ou plus exactement
le nom dʼune rupture ou dʼune transgression des limites entre catégories
biologiques : un hybride, cʼest avant tout le produit dʼun croisement, dʼune
greffe, dʼune rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces
différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui
désigne le produit de lʼunion dʼun sanglier et dʼune truie ; puis le terme a été
graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie lʼexcès ou la
démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.
Appliqué au domaine des arts et des lettres, lʼidée dʼhybridation semble
principalement viser la porosité des registres dʼénoncés et des ordres de la
représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui sʼemploient à
explorer les formes de la « condition postmoderne », quʼil sʼagisse de la
littérature1, de lʼarchitecture2 ou du fondement des sciences3, lʼhybridation y est
caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche.
Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et
esthétique de la postmodernité, lʼhybridation est présente dans toutes les
oeuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire
des formes dʼexpression rétives à toute univocité et à toute totalisation.
En appliquant la notion dʼhybridation aux formes de la rencontre en texte et
image, il ne sʼagit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du
« diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan,
Jencks ou Lyotard, que de reprendre lʼétude de ces formes spécifiques de
greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.
Les rencontres du texte et de lʼimage fournissent une très belle occasion
dʼexaminer la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques
ou des supports sʼéchangent en permanence leurs déterminations. Des
processus de lʼadaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre
pratiques venues dʼhorizons différents aux interrogations sur les formes de la
mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que lʼon entend
rassembler autour de lʼidée dʼhybridation est vaste.
Lʼétude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande
dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de lʼalbum pour enfant
au roman-photo. La rencontre entre le texte et lʼimage constitue-t-elle par elle-même
une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non
légitimable » des discours quʼelle engendre ? Favorise-t-elle des formes
narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de
sur-hybridation à partir de lʼhybridation iconotextuelle (adaptation des comics au
cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés dʼobjets, pop-ups, produits
dérivés, etc.) ?
Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin
dʼêtre exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne
sʼagit pas tant dʼélaborer un discours formel général sur la concept dʼhybridation
que dʼen explorer la puissance heuristique en lʼappliquant à des études
dʼoeuvres déterminées.

Les propositions sont à rendre avant le 7 mars 2011.

Contacts :
Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)
Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)



Citer ce billet
Irène Langlet (2011, 20 janvier). Colloque/appel à communication « Hybridations » (Université de Tours). LPCM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0zv