Parution: éditions critiques: George Sand, La Tour de Percemont et Malgrétout

George Sand
Oeuvres complètes

Sous la direction de Béatrice Didier
1876
La Tour de Percemont
Édition critique par Dominique Laporte
2013. No 140. 1 vol., 248 p., relié, 15 × 22 cm. ISBN 978-2-7453-2295-1. 65 €

Ultime roman achevé de George Sand, La Tour de Percemont, dont l’histoire est datée de 1873 et située en Auvergne, consacre le républicanisme modéré après la Commune de Paris. Le récit est pris en charge par un narrateur dont la profession d’avocat emblématise l’essor socioéconomique de la bourgeoisie provinciale.
Ce modèle patriarcal du républicain initie de jeunes gens à leurs futures responsabilités matrimoniales et familiales, qu’il oppose à la mauvaise influence d’une marâtre et à l’éducation offerte par les congrégations religieuses. Son pouvoir laïc a raison non seulement du cléricalisme, mais aussi du monarchisme en déclin. Or, le manichéisme marquant le roman conjure malaisément la hantise d’un retour aux « convulsions » des pétroleuses, que connote la folie imputée à un
personnage de jeune fille rebelle, mais assujettie aux règles de la bourgeoisie plutôt que condamnée à la marginalité.

Dominique Laporte enseigne à l’Université du Manitoba (Canada). Il a publié des articles sur le roman et le théâtre français du XIXe siècle. Il poursuit des recherches sur la littérature populaire et les relations France-Canada français.

George Sand
Oeuvres complètes

Sous la direction de Béatrice Didier
1870, I
Malgrétout
Édition critique par Dominique Laporte
2013. No 141. 1 vol., 336 p., relié, 15 × 22 cm. ISBN 978-2-7453-2296-8. 85 €

Considéré depuis sa parution en 1870 comme un roman à clef sur l’Impératrice Eugénie, Malgrétout peut être lu comme une oeuvre charnière instruisant le procès du capitalisme et de l’embourgeoisement sous le Second Empire, tout en laissant entrevoir une issue à l’impasse politique par l’intermédiaire de l’art et de l’instruction populaire. Avant que la IIIe République n’institue l’identité nationale de la société française moderne, l’idéal républicain au coeur du récit motive la recherche d’un équilibre entre les valeurs sociofamiliales, la préservation des patrimoines naturels et régionaux, et la culture cosmopolite née du triple essor des transports, des communications et des loisirs. À la jonction de la tradition et de la modernité, Malgrétout soulève au fond les enjeux interculturels auxquels se mesure la société française dans l’histoire de sa démocratisation depuis la Révolution.

Dominique Laporte enseigne à l’Université du Manitoba (Canada). Il a publié des articles sur le roman et le théâtre français du XIXe siècle. Il poursuit des recherches sur la littérature populaire et les relations France-Canada français.



Citer ce billet
Matthieu Letourneux (2013, 10 décembre). Parution: éditions critiques: George Sand, La Tour de Percemont et Malgrétout. LPCM. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r1fk