Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes

San-Antonio, l’auteur français le plus lu du XXe siècle, a vu son œuvre passer de l’état de bien culturel de grande consommation à celui d’une sorte de trésor national, monument littéraire et linguistique entretenu par une foule de thuriféraires. Plébiscité par les lecteurs, il a aussi retenu l’attention de l’université, séduit la critique et captivé les médias. Soixante ans après sa création et dix ans après la mort de l’auteur, la série de ses aventures continue et les rééditions se succèdent.

La place de San-Antonio dans la culture française continue de faire débat. Au delà de son statut de phénomène d’édition, la mesure de son importance dans l’histoire culturelle de l’après guerre jusqu’à nos jours reste à prendre. En 1965, le premier colloque qui lui fut consacré, dirigé par R. Escarpit, l’abordait du point de vue d’une sociologie de la lecture, et en tant que représentant de la «culture de masse». Quarante-cinq ans plus tard, le colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne du 18 au 20 mars 2010 envisage son œuvre dans ses multiples rapports à la culture française, tant populaire que lettrée.
Cet ouvrage rassemble les communications présentées dans ce cadre. Il montre à la fois comment San-Antonio est devenu un héros (contre-) culturel en France et une exception française à l’étranger, et comment la série se nourrit de références intertextuelles et parodiques, de Rabelais à Alphonse Allais, des anciens manuels de savoir-vivre à la littérature pornographique. Il donne ainsi une perspective dynamique sur ses origines et sur le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et sur lequel elle a à son tour influé, tout en rappelant à quels titres San-Antonio, Bérurier et les autres peuvent se targuer d’un caractère «épiquement français».



Citer ce billet
Irène Langlet (2010, 15 décembre). Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes. LPCM. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0zt