Appel/parution: Pop-en-stock, Alien, une tératogonie de l'abjection

Nouveau dossier: Pop-en-stock

Alien, une tératogonie de l’abjection

Directeur:

Antonio Dominguez Leiva

Dossier ouvert

«Il y a une chose qui perturbe tout le monde et c`est le sexe… Je me suis dit : c’est comme ça que je vais attaquer le public; je vais l`attaquer sexuellement. Et je ne vais pas cibler les femmes dans l`audience, je vais attaquer les hommes. Je vais mettre toutes les images susceptibles de leur faire croiser leurs jambes de crainte. Viol oral homosexuel, reproduction… la chose pondant ses œufs dans votre gorge, la totale… » C` est ainsi que Dan O`Bannon, le scénariste du mythique Alien (1979) décrivait rétrospectivement la genèse d`une création qui changea durablement l`imaginaire phobique contemporain.

Oeuvre hybride à l`image de sa créature éponyme, fusionnant le body horror le plus extrême avec les codes de la science-fiction, mais aussi le thriller, le monster movie, le drame en huis clos, voire leslasher (avec notamment l`érection de la Final Girl en antagoniste ambivalent du Monstre), Alien ne lança pas seulement une des franchises les plus populaires et tenaces de l`âge des blockbusterssériels mais consolida un sous-genre liminaire (le sci-fi horror) et, partant, devint une des métaphores les plus obsédantes de l`altérité pour dire la débâcle cauchemardesque de l`Amérique à la fin desseventies.

Après avoir suscité dès sa sortie de nombreuses interprétations psychanalytiques, féministes et marxistes, la saga inaugurée par le film de Ridley Scott s’est retrouvée récemment au centre d’un débat passionnant provoqué par le livre de Stephen Mulhall intitulé On Film, opposant les tenants de la philosophie du cinéma aux partisans de la philosophie ou encore « critique philosophique » des films.  C`est dans le sillage de toutes ces approches critiques que nous proposons de revenir sur cette créature dont l`ombre protéiforme ne cesse de nous hanter. Pour cela nous prendrons en compte autant le corpus canonique de la « franchise » cinématographique, incluant la tétralogie, sescrossovers (le diptyque qui confronte le Monstre au grand chasseur interplanétaire Predator) et sesspin-offs (dont le polémique Prometheus, 2012) que ses multiples ramifications transmédiatiques (les comic books, les jeux vidéos, voire la littérature, des novélisations initiales aux œuvres originales de J. Shirley ou D. Evenson). Seront aussi envisagés les différents remaniements du mythe, des nombreuses imitations (avec notamment le cycle de l`Alienomanie italienne, de Contamination à Xtro) aux franches parodies.



Citer ce billet
Langlet Irène (2013, 22 juin). Appel/parution: Pop-en-stock, Alien, une tératogonie de l'abjection. LPCM. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r1e8