Levet Natacha (Limoges)

Maître de conférences depuis 2007 à l’Université de Limoges, Natacha Levet a consacré sa thèse au roman noir français, en s’intéressant plus particulièrement à la production des années 1990-2000. Elle avait dans un premier temps travaillé sur l’oeuvre de Jean-Patrick Manchette (pour son DEA). La question du genre et de sa poétique est probablement sa préoccupation majeure, car qui pourrait dire en une phrase ce qu’est le roman noir?… Cette question est indissociable de celle, épineuse (pour les polareux eux-mêmes, pour les universitaires), de la légitimité du genre. Car s’il n’est pas question de reléguer le roman dans le domaine de la paralittérature (notion obsolète aux yeux de bien des chercheurs de toute façon), on ne peut ignorer que le genre est toujours soupçonné d’être un mauvais genre. Ou bien c’est que “c’est beaucoup plus que du polar”, nous disent certains critiques, et certains universitaires. Bref, impossible de parler de la poétique du genre sans lorgner quelque peu du côté de la sociologie.

Et puis il y a Sherlock Holmes, sujet d’attention tout récent pour Natacha Levet, qui devrait donner lieu à quelques articles et même à un livre. Comment analyser la fascination pour ce personnage, véritable figure mythique de notre imaginaire moderne, toujours vivace dans la création (tous supports confondus)? A suivre…

Enfin, parce que Natacha Levet est formatrice en IUFM (mais si mais si, même si la formation des enseignants est moribonde), elle s’intéresse, dans le cadre d’un travail de recherches dirigé par un sociologue, aux pratiques culturelles des adolescents, ce qui n’est pas forcément éloigné de son intérêt pour les littératures populaires et les cultures médiatiques.