Larue, Anne (Université Paris 13-Nord)

Anne Larue, Professeure de littérature, arts et culture (10ème section) à l’Université Paris 13-Nord.

Domaines de recherche : Etudes culturelles, féminisme et culture wiccane ; arts et littérature, contre-culture, culture pop ; femmes dans l’histoire de l’art, femmes dans les médias contemporains.

Décembre 2004-2010 : Présidente de l’association modernités médiévales. www.modernitesmedievales.org

 

Juin 2009. Coorganisatrice du colloque La Fantasy en France : écrire, illustrer, éditer, traduire, colloque international à l’université Paris 13 avec Anne Besson et Vincent Ferré, juin 2009.

Édition de postcasts sur plusieurs sites Internet (Mod med, Elbakin, Pourtolkien…)

Le Moyen Âge dans tous ses états, événement pour les 40 ans de Paris 13, le 9 avril 2010, organisé avec Mathilde Lévêque, présidente de l’Afreloce : conte, danse, gastronomie médiévale, conférence sur l’alimentation médiévale par Alban Gautier, historien, deux tables rondes (sur le Moyen Âge et les nouveaux médias et le fantasme médiéval de sorcellerie).

Depuis 2009. Fondatrice et directrice du master pro MTI (Métiers du Texte et de l’Image)

Voir section MTI dans le blog de recherches www.alka.hypotheses.org et le site-vitrine www.mtiparis13.wordpress.fr

Depuis 2012 Administratrice de l’axe 2 du laboratoire Pléiade : Traverses : genre, hybridations, radicalités

avec Frédéric Sylvanise

 

a. Poétiques numériques Le retour au codex et au papier à l’heure des nouveaux médias / Les genres littéraires à l’ère du numérique / Les blogs, un genre littéraire ? / La notion de fiction contemporaine : une enfant du numérique ?

b. Radicalités et subversions Littérature de jeunesse / Penser la contreculture avec la culture pop / Littérature afro-américaine : vers le post-racial ? / Théâtre dissident, cinéma indépendant / Mythologies individuelles dans le cadre photographique

c. Passerelles Péplum contemporain / Portraits littéraires / Théorie de l’art / Hybridations du genre romanesque / Scénarios de films / Métamorphoses du storytelling / Nouveau régime de la culture visuelle

Promotion des femmes dans les métiers de l’infomatique

 

A l’initiative du choix de cibler un public féminin de 14 à 18 ans un« serious game » répondant à l’appel d’offre Banlieues 2.0 du Secrétariat d’Etat à la Ville : Le serious game était intitulé Sauvez Ada, en lien avec Ada Byron, inventrice du premier algorythme devant mener à l’informatique.

Consultante dans le comité de pilotage sur le développement du projet.

L’Extrême contemporain, une civilisation du déchet ?

2013 : préparation du colloque international L’extrême contemporain, une civilisation du déchet ?/Garbage and waste : Raw Material in the XXIst Century ?, organisé par Anne Larue, Fabrice Mourlon, Françoise Palleau et Frédéric Sylvanise, prévision janvier 2015.

Ce colloque se propose d’aborder, à travers la philosophie, les lettres et les arts mais aussi l’économie de l’environnement, la question du déchet comme nouveau signe identitaire d’une civilisation, afin d’en explorer les implications politiques.

La définition juridique du déchet (abandon par son primo-détenteur) reste assez incomplète. Le déchet peut s’entendre comme ce dont on ne veut plus, mais aussi ce dont on veut se débarrasser en l’occultant. Résidu de la production, il peut devenir matériau d’une nouvelle production, elle-même potentiellement génératrice de déchet.

Au XXe siècle les produits, culturels et autres, s’alignaient dans l’indifférence bienveillante des consommateurs tels les petits pains destinés, selon Hannah Arendt dans La crise de la culture/The crisis of culture, à être dévorés et renouvelés (au contraire des œuvres d’art, réputées durer). A l’idéal antique de la vita activa, centrée sur l’agora et les affaires publiques, succède celui de l’homo faber, producteur d’objets (Arendt, La condition de l’homme moderne/The human condition).

L’obsessionnelle notion de « produit » découle de cet état de fait ; et à l’aube du XXIe siècle, c’est le déchet qui devient le produit-roi, objet de toutes les attentions. C’est l’âge des poubelles : verte, jaune, à papier, à verre, à emballages, la poubelle est le dernier fétiche du produit, une corne d’abondance inversée. Ecologie, tri sélectif, compost, matériaux recyclables, tout est mis en œuvre pour créer une nouvelle morale civile et citoyenne à partir des déchets.

L’art conceptuel est passionné par les résidus ; les déchets alimentent de multiples démarches esthétiques. Dans la fiction, le chemin des ordures est presque devenu un cliché narratif, en science-fiction notamment. Au cinéma, la princesse Léia sauve ses amis grâce aux conduits des poubelles, et le thème est exploré du film d’action au dessin animé (The Shawshank Redemption, Ratatouille ou Wall-e.) L’anthologie Déchets d’oeuvres. La littérature et le déchet rappelle combien ce thème apparemment peu visible a pu inspirer les auteurs. Au théâtre, Beckett loge l’humanité dans des poubelles (Fin de partie/Endgame). En littérature de jeunesse, l’illustrateur Maurice Sendak fait vivre les enfants dans les immondices (On est tous dans la gadoue/We Are All in the Dumps). Intertexte, humus de la mémoire, textes jamais publiés, « littérature grise » s’apparentent aux déchets, de même qu’en musique l’art de la citation et la technique de l’échantillonnage (ou sampling) se rapprochent du recyclage. L’expression poétique est parfois conçue comme une compression de mots, à la César. Entre collage et compression, peut-on définir une poétique du déchet ? De l’hommage citationnel à la mise au rebut, un jugement sur l’obsolescence ou la valeur de l’emprunt intervient, révélant une idéologie qu’il reste à définir.

Le rapport économique au déchet est un enjeu politique majeur. Le cycle du recyclage multiplie à la fois l’usage et le coût, et occulte parfois une réelle réflexion sur le sens du processus et du circuit économique, qui traduit l’évolution capitaliste actuelle : le déchet vaut-il donc mieux, symboliquement, que l’objet dont il est issu et qui se déprécie à grande vitesse (notamment par la pratique de l’obsolescence programmée ?

Telles sont, rapidement esquissées, quelques unes des problématiques que ce colloque se propose d’aborder.

Les langues d’intervention de ce colloque international seront soit le français, soit l’anglais. La publication issue des travaux ne réunira pas seulement un certain nombre des articles proposés, mais pourra éventuellement faire appel à d’autres contributions. La publication sera obligatoirement en anglais, et la soumission des articles devra se faire dans cette langue.

Journée d’étude EPHE/Paris 13 : Sciences sociales des religions et culture de l’imaginaire

Anne Larue & Guillaume Roucoux, fin 2013.

Entendant le mot « fiction » au sens le plus large du terme, indifféremment des supports de production (livres, films, jeux vidéos ou jeux de rôle) comme des récits faits d’une vie rêvée ou réelle, on s’interrogera lors de cette journée d’études sur les liens qui se tissent entre les sciences sociales du fait religieux et la culture fantasy-SF (science fiction ; « littérature de l’imaginaire ») : une investigation interdisciplinaire qui convoquera les sciences sociales des religions, les cultural studies, les sciences de la communication, la littérature comparée ou encore la philosophie.

Notre attention pourra se porter notamment sur les questions suivantes : dans quelle mesure la culture fantasy-SF joue-t-elle un rôle dans les parcours religieux contemporains ? Ce genre peut-il être un pont vers la religion, à l’instar de L. R. Hubbard auteur prolifique de SF qui fonda la Scientologie ? Et, quid des lecteurs, spectateurs ou joueurs devenus croyants ? Montrent-ils une adhésion plus grande pour les « nouveaux mouvements religieux » concomitants ? A l’inverse, l’adhésion religieuse détermine-t-elle la composition du public de fantasy-SF ? Dans une perspective séculière, la culture fantasy-SF peut-elle constituer une voie de sortie de la religion ?

En outre, la pratique qui consiste à bricoler son propre système de croyances, fait-elle de la religion en société sécularisée, une « culture pop » parmi d’autres ? Comment l’imaginaire rejoint-il le croire ? Dans ce contexte où tout élément culturel peut devenir cultuel, que penser de l’intégration d’œuvres ou personnages de fantasy-SF dans le corps de doctrine et les pratiques rituelles de mouvements à prétention religieuse ou magique ? On pense, par exemple, à la déification de Buffy (contre les Vampires) dans la Chaos Magick, comme à la science-fictionnalisation des œuvres religieuses, telle que la Bible revisitée par un extraterrestre et dictée à Claude Vorilhon devenu Raël.

Enfin, la culture de l’imaginaire véhicule-t-elle volontiers des projets crypto-religieux, tel Narnia ou plutôt anti-religieux, comme A la croisée des mondes, célèbres séries fantasy-SF qui, mises en concurrence sur le marché littéraire, mettent inévitablement en concurrence deux visions de la religion ? On s’interrogera également sur les composants néo-religieux de la fantasy-SF comme genre, de 2001 à Star wars, par exemple. Des procédés narratifs typiques ont-ils une certaine affinité avec le développement de l’idée religieuse : dans quelle mesure, par exemple, la projection de personnages dans le futur vaut-elle une divination post-moderne ? Que dire finalement de ce qu’on pourrait appeler, dans le sillage de la fanfiction (fiction écrite par un fan), la fanreligion ? Finalement, la culture fantasy-SF constituerait-elle une autre religion, un espace d’innovation religieuse ou même pluri-religieux, dans la mesure où des univers partagés feraient office de nouvelle iglesia, de communauté religieuse de ralliement ?

En résumé, cette journée d’études invite à se pencher sur trois articulations thématiques :

1-      Intérêt pour la fantasy-SF et parcours religieux ;

2-     Intégration de la fantasy-SF dans les dogmes, croyances et rituels religieux ou magiques ;

3-     La fantasy-SF comme lieu de prosélytisme, conflit religieux et redéfinition de la religion.

 

Féminisme et printemps érable

 

Participation au projet Printemps érable porté par Myriam Suchet, Universités Paris 3, 7 et 13. Candidature déposée pour le premier appel à projets de l’Université confédérale Sorbonne Paris Cité. Participants : Aline Bergé (Paris 3), Mireille Calle-Gruber (Paris 3), Vincent De Gaulejac (Paris 7), Xavier Garnier (Paris 3), Marc Kober (Paris 13), Anne Larue (Paris 13), Magali Nachtergael (Paris 13), Myriam Suchet (Paris 3).

Histoire de l’art 2.0

Demnde de subvention au GIS Genre (centre Emilie du Châtelet) et à Campus Condorcet pour le projet :

 

HISTOIRE DE L’ART, prolégomènes pour un manuel d’un nouveau genre

Avec Julie Verlaine, MCF histoire culturelle du contemporain, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Laboratoire : Centre d’histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058, Paris 1, CNRS) et Magali Nachtergael, MCF de littérature, arts et culture (art contemporain) à l’université Paris 13, Directrice de la licence PAC (parcours Arts et Culture), co-responsable du séminaire Paris 13/7 Les Contemporains. Laboratoire : CENEL-Pléiade

Actuellement, les manuels d’Histoire des arts, discipline scolaire obligatoire nouvellement promue à tous les niveaux de l’école élémentaire au lycée, sont férocement sexistes. Ces manuels véhiculent une vulgate imprégnée des préjugés du XIXe siècle en matière d’historiagraphie, de représentation du monde et de mépris des femmes.

Le projet vise à la réalisation future d’un manuel d’histoire de l’art pour les élèves, intitulé Histoire des arts comme les autres mais qui, au lieu des habituels 99,9% de mâles-blancs-morts, fasse la part belle, sans l’annoncer explicitement, aux femmes, aux hommes et aux femmes de couleur et aux pays oubliés des historiographies canoniques.

C’est une mission de vulgarisation scientifique et de pédagogie égalitaire, dont l’arme principale sera la communication visuelle et rédactionnelle. Il s’agit de cibler un public de primaire, collège ou lycée et de séduire les décideuses.eurs de l’Education nationale. La part de communication de marketing et de présentation graphique d’un tel projet est considérable, le but étant de ne pas rester « entre féministes » mais au contraire de toucher un large public. Il s’agit d’exploiter les codes d’un manuel de référence (périodisation, noms de mouvements, typo…) un manuel où là les femmes auraient comme par magie retrouvé leur place.

Activités internationales récentes

Encadrement d’une post-doctorante de l’université de Turku, Andrea Hynynen (2012-13)

Invitation à Nagoya dans le colloque Subversions au XXe siècle organisé par Mitsuo Tadokoro, 8-15 mars 2013.

Mission d’enseignement au laboratoire d‘études de genre de l’université de Turku en Finlande (6 au 14 avril 2013).

Directions de thèses récentes

Chrystel Bourgeois, thèse soutenue en 2010, Le Tissage dans la fantasy anglo-saxonne : Tolkien, Lewis, Rowling. Actuellement chargé de mission au Parlement Européen.

Thèses en cours

Coralie David, Fiction et Interactivité : le jeu de rôles comme laboratoire, codirection avec Benoît Berthou, inscrite en 2009. Titulaire du master Politiques éditoriales de Paris 13. Actuellement directrice éditoriale chez Mnemos.

Emmanuel Guy, normalien d’Ulm, chargé de recherches documentaires à la BNF, titulaire d’un demi-PRAG à Paris 13, Guy Debord et l’architecture d’après les archives nouvellement entrées à la BNF, inscrit en 2008.

Organisateur de l’exposition Debord à la BNF, directeur du catalogue d’exposition.

Marguerite Mouton, agrégée de lettres, Tolkien et la notion d’épique, thèse inscrite en 2010, titulaire d’un contrat doctoral à Paris 13.  Double direction avec V. Ferré (Paris 12).

Sun Jae Ham, Les relations France-Corée et l’art contemporain, thèse en cours.

Thomas Vuong, normalien d’Ulm, Le sonnet poétique au XXe siècle, en début de thèse. Contrat doctoral.

Pawel Hladky, en début de thèse. Contrat doctoral.

Langues étrangères

–          Espagnol courant.

–          Anglais : Lower Advanced

–          Italien lu.

–          Langue ancienne : latin.

–          Notions d’allemand.

–          Expérience berlinoise de l’enseignement du français langue étrangère.

 

Essais

–          Délire et Tragédie. Éditions InterUniversitaires, 1995, 303 pages.

–          Le Dictionnaire des Beaux-Arts de Delacroix : reconstitution et édition critique. éditions Hermann, 1996, 236 pages.

–          Romantisme et Mélancolie. Le Journal de Delacroix. Éditions H. Champion, 1998, 295 pages.

–          Delacroix maître d’oeuvre, anthologie esthétique du Romantisme, Éditions Universitaires du Sud, 1999, 405 pages.

–          A la guerre comme au théâtre. Éditions du temps, 2000, 187 pages.

–          L’Autre Mélancolie. Acedia, éditions Hermann, mars 2001 (publié avec l’aide du CNL), 221 pages.

–          Le Masochisme, ou comment ne pas devenir un suicidé de la société, Éditions Talus d’approche, 2002, 200 pages.

–          Le Surréalisme de Duchamp à Deleuze, Éditions Talus d’approche, 2003, 223 pages.

–          Une vie de Démocrite, Éditions Talus d’approche, 2004, 144 pages.

–          Poètes de l’amour, Éditions du Temps, 2004, 126 pages.

–          La Femme est-elle soluble dans l’eau de vaisselle ? Chiflet and Coe, mai 2008, 122 pages.

–          Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès, éditions Classiques Garnier, 2010, 237 pages.

–          A paraître en février 2013 chez Ixe : Dis papa, c’était quoi le patriarcat ? Roman d’anticipation et agonie d’une civilisation.

Articles récents

– « L’illustration médiévalisante entre conservatisme rétro et hypnose numérique », colloque « Le médiévalisme aujourd’hui », dir. Vincent Ferré et Eric Necker, Metz, novembre 2009.

– En cours : « La suite Fibonacci dans la littérature populaire », colloque du Groupe Phi, dir. Emmanuel Bouju, ENS Ulm, juin 2009.

– En cours de publication aux éditions Classiques Garnier : « Petits mondes sans issue : la tentation carcérale dans le roman dystopique », colloque Du grand Inquisiteur à Big Brother : le pouvoir dans la littérature et les arts de la fin du XIXe siècle à nos jours, dir. Anna Saignes, U. de Grenoble, juin 2010.

– « La wicca, un GN pour les filles ? », colloque Le Moyen Age en jeu, dir. Séverine Abiker, Anne Besson, Florence Plet-Nicolas, Bordeaux, Eidôlon n° 86, PU Bordeaux, 2010.

– En cours de publication : « Érudition et folklore : faut-il réhabiliter Margaret Murray ? », Colloque Le savant dans les lettres, organisé par A. Corbellari, Lausanne, 2010.

– En cours de publication : « Désaffection, désaffectation, désertion », colloque La Désaffection, organisé par Vladimir Marinov, université Paris 13, octobre 2011.

– Invitation au colloque Subversions du XXe siècle, université de Nagoya, Japon, mars 2013. Conférence : Etre femme, vivre chienne et devenir cyborg : Donna Haraway et les paradoxes de la situation minoritaire.

– Participation à des fanzines de SF, comme le numéro de la revue YmaginèreS spécial Tolkien, 2012, p. 52-54 : « Tolkien, un grand mélancolique ».

 

Journées d’étude sans publication

–   Le patriarcat comme système global : femmes et animaux dans l’Iliade et dans le Manifeste des espèces de compagnie, journée Donna Haraway, organisée par Anne Bourgain, Pascale Molinier et Stéphane Chameron, université Paris 13, 2011.

–    Littérature et révolution, participation à la journée d’études organisée par Marc Kober à Paris 13, le 29 juin 2012.

–   Female cyborg with a prosthetic leg. About Atlas of Man (if by man we also mean woman), intervention à la journée d’étude Steve Tomasula organisée par Françoise Palleau, université Paris 13, mai 2013.

Divers

 

Publication d’un roman de SF/fantasy à l’Atalante en 2011 : La Vestale du calix.

Nominée au Grand Prix de l’Imaginaire 2012.

Chevalière des palmes académiques juillet 2012.