Appel à communications : BD et roman graphique : narration en images

BD et roman graphique : narration en images

Conférence 21-22 novembre 2024

BLA Marbach (Allemagne)

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

Bien que la bande dessinée ait subi des critiques dès ses débuts et que l’on trouve encore aujourd’hui des voix qui ne considèrent pas la bande dessinée comme un art véritable, on assiste depuis trois décennies à une réflexion scientifique et publique sur la bande dessinée en tant que forme artistique. L’importance d’artistes de bandes dessinés, tels que Hugo Pratt, Möbius (Giraud), Hal Foster, Lewis Trondheim, Joann Sfar, Hergé, Robert Crumb, Art Spiegelman, Will Eisner et Anke Feuchtenberger, ne fait aucun doute ; les bandes dessinées et les romans graphiques occupent une place de choix dans les rubriques culturelles, tout comme dans les programmes des maisons d’édition telles que Suhrkamp et Rowohlt.

Les études littéraires et visuelles prennent au sérieux la bande dessinée en tant qu’objet de recherche, qui associe indissociablement l’image et le texte. Au cœur de cette réflexion se trouvent les questions de la proximité et de la distance par rapport au média respectif, de la poursuite ou de la surenchère des traditions littéraires ou picturales. Le présent projet de colloque interdisciplinaire et international entend s’y rattacher en mettant l’accent sur la narration en images à partir de la tradition de chaque discipline. Le coup d’envoi sera donné à l’automne 2024 par un colloque aux DLA de Marbach, qui s’interrogera sur les liens de parenté de la bande dessinée et du roman graphique avec la littérature.

De nombreux classiques de la littérature mondiale ont été repris dans le genre de la bande dessinée – de Faust à Moby Dick en passant par L’homme sans qualités et les récits de Kafka. La série d’auteurs littéraires qui se sont penchés sur la bande dessinée, sur les questions de représentation visuelle de textes poétiques ou sur les procédés de narration visuelle est également longue, comme par exemple H. C. Artmann, Hans Magnus Enzensberger, Robert Gernhardt, Brigitte Kronauer, Nora Krug, Marie Marcks et Oskar Pastior. Le dessinateur de BD autrichien Nicolaus Mahler reprend dans ses publications des auteurs et des œuvres littéraires, écrit lui-même de la poésie et est directeur artistique de l’école de poésie de Vienne.

Pour ces raisons, les bandes dessinées se trouvent également dans les collections des DLA : plus de 600 volumes sont actuellement répertoriés dans le catalogue. Pour la plupart d’entre elles, la proximité avec la littérature est évidente : elles sont soit issues de la plume d’auteurs littéraires, soit des adaptations d’œuvres littéraires. La nécessité de conserver les bandes dessinées en tant que forme culturelle et de les mettre à disposition de la recherche ne fait donc guère de doute. Mais où peut-on fixer des limites ? Quels sont les titres qui relèvent de la mission de conservation des archives littéraires et selon quels critères peut-on faire une sélection ? Quel est le rôle de certains formats comme les séries, de certains genres et de certaines traditions narratives comme la science-fiction ? Quels sont les besoins de la recherche, des auteurs et des éditeurs de BD ? Les archives doivent-elles uniquement rassembler les titres publiés ou inclure explicitement le matériel des auteurs et des dessinateurs de BD ? Et comment les descriptions scientifiques de la littérature graphique, des formes de narration en images et avec des images peuvent-elles être utiles ?

En partant de ces questions, nous invitons les chercheurs, les journalistes, les auteurs et les éditeurs à réfléchir ensemble à la tradition, aux formes, à l’étude et à la collection de bandes dessinées et de romans graphiques. Les chercheurs de tous les niveaux de qualification dans les domaines de la littérature, de l’histoire de l’art et des sciences de l’image ainsi que des médias et de la communication sont invités à apporter leur contribution pour une conférence ayant lieu les 21 et 22 novembre 2024 aux Archives littéraires allemandes de Marbach.

Veuillez soumettre des résumés (300 mots, de préférence en anglais) pour une présentation de 30 minutes avec de brèves informations bio-bibliographiques avant le 30 juin 2024 via le portail de candidature.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Mallah (8 juillet 2024). Appel à communications : BD et roman graphique : narration en images. LPCM. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ymb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.