Journée d’étude : Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser

Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser

26 juin 204

Campus Condorcet, Humathèque-Espace Françoise Héritier, Aubervilliers

Organisé par le CRESPPA (CNRS/Paris 8) et le CESPRA (EHESS/CNRS)

De son premier essai, Les Écrivains du peuple, en 1947 à sa dernière édition de son Histoire de la littérature prolétarienne en 1986, Michel Ragon n’a cessé d’interroger l’expression populaire du texte littéraire.

Peu enclin à céder aux admonestations des théoriciens populistes ou prolétariens, il défendit par exemple l’œuvre de Giono et trouva, au fil du temps et de sa propre carrière d’écrivain, de multiples exemples parmi ses pairs d’une littérature de qualité, utilisant des thèmes et une langue populaires, touchant un large public – les succès phénoménaux des romans des écrivains qui lui étaient proches, Robert Sabatier, Bernard Clavel et Georges Conchon le confortant dans son analyse du sujet.

Dans leur sillage, mais dans des registres qui lui furent propres, Ragon connut également la notoriété en tant que romancier à partir de L’Accent de ma mère (1980) et surtout des Mouchoirs rouges de Cholet en 1986. C’est précisément à cette date que, se référant à ces trois écrivains, dont deux d’entre eux sont comme lui d’extraction modeste, Ragon va réorienter son discours sur l’expression populaire. Dépassant les définitions dictées par l’origine sociale, il place l’accent sur la recherche de l’authenticité – notion venant buter sur une réception critique sourdement hostile, acquise au Nouveau Roman, puis au structuralisme et aux formes ultimes du surréalisme.

Près de quarante ans plus tard, et devant le déclin massif de la lecture du fictionnel, les investigations de Michel Ragon continuent de délimiter un domaine, où pourraient figurer les noms de Robert Merle, Gilles Lapouge Jean Vautrin, Pierre Boulle ou Annie Ernaux. L’objet de cette journée consistera à examiner les contours de ce domaine, ses origines, le développement des voix qui l’ont habité et ses prolongements.

 

PROGRAMME

Session 1 : Présidence Anne Simonin

10h30 Jean-Luc Moreau : « L’épiphanisme, un épiphénomène? Littérature d’expression populaire et mystique de L’homme »

11h15 André Derval : « L’exemple de Bernard Clavel »

12h00 Éric Dussert : « Échec du succès »

Session 2 : Présidence Anne Mathieu

14h30 Michel Besnier : « Jean Vautrin romancier populaire? »

15h15 Sophie Mokhtari : « Michel Ragon et le roman paysan d’expression populaire : exploration de son engagement littéraire à travers La Ferme d’en haut »

16h00 Hervé Serry : « Littérature et grand public : un débat lancé en 1957 par Robert Escarpit »

17h00 Débat

Verre de l’amitié avec l’assistance

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marion Brachet (24 juin 2024). Journée d’étude : Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser. LPCM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vk0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.