Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins)

Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives.

17 et 18 octobre 2024

Musée de l’Illustration Jeunesse à Moulins

Date d’échéance : 15 juin 2024

Colloque organisé par Cyril Devès (Historien de l’art, coordinateur scientifique du CRHI, Ecole Emile Cohl et directeur de Mnémos’Arts) et Emmanuelle Martinat-Dupré (responsable scientifique du mij, Moulins).

Texte de l’appel :

Résonances scientifiques de l’illustration jeunesse

Première édition – Quand l’illustration jeunesse rencontre ses publics.

Le musée de l’illustration jeunesse (mij), patrimoine du Conseil départemental de l’Allier, lance sa première édition des Résonances scientifiques et rencontres de l’illustration jeunesse, les 17 et 18 octobre 2024. C’est l’occasion pour le musée de proposer un colloque dont le propos vise à faire un état des lieux de l’illustration jeunesse. Quoi de mieux pour lancer un événement qui se veut pérenne et bisannuel que de s’attarder sur les premiers concernés, le public. C’est pour lui que l’illustrateur illustre, l’auteur écrit et que l’éditeur édite. Un constat évident mais qui n’est pas sans poser des questions. L’emploi du singulier pour « Illustration jeunesse » ne met-il pas à mal ce domaine de création ? Ne devient-elle pas une expression « fourre-tout », voire restrictive ? Ne serait-il pas préférable d’en préférer son pluriel, plus à même de répondre à ses lecteurs. Pour preuve, la typologie du public est vaste et implique une multiplicité de l’image.

Car de quelle jeunesse parlons-nous ? Celle que définit Bernard Roudet qui « constitue un âge de la vie marqué par le passage de l’adolescence vers l’âge adulte » semble bien éloigné de celle que nous retrouvons sur les étals des librairies et par répercussion de celle ancrée dans l’imaginaire collectif. Cette définition est d’autant plus vaste si l’on y ajoute le lectorat, tout âge confondu, apprenant à lire. Celui-ci n’est-il pas à considérer comme un jeune lecteur, un apprenant ? À partir d’une typologie du lectorat « jeunesse », le colloque souhaite s’interroger sur la fabrique de l’image. Des origines de l’illustration jeunesse à nos jours, comment s’élaborent de tels projets éditoriaux. Une manière de porter un regard sur les possibles évolutions tant en terme de techniques que de médiums ou de médias.

C’est à cela que souhaite emmener le colloque : parler de la diversité des productions comme des publics dit « jeunes ».

Axes de réflexion :

Nous proposons quelques pistes de réflexion non exhaustives. Les propositions qui ne relèvent pas de ces axes seront également examinées :

. Histoire et évolution de la littérature dite « jeunesse » et de son rapport à l’illustration.
. Définition(s) de l’illustration jeunesse
. Quelle image pour quel public ?
. Le rôle de l’adulte dans le monde de l’illustration jeunesse.
. Perspective(s) de l’illustration jeunesse dans le paysage éditorial et culturel

Calendrier : Proposition de communication (environ 250 mots) + courte biobibliographie : avant le 15 juin 2024

Temps de parole : 20 min

Lieu & date : Moulins, musée de l’Illustration Jeunesse, les 17 et 18 octobre 2024

À envoyer à Cyril Devès : deves.cyril@gmail.com



Citer ce billet
Sarah Mallah (2024, 26 avril). Appel à communications : Public(s) et Illustration(s) jeunesse(s) : regards, pratiques et perspectives (Moulins). LPCM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wb72

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.