Séminaire LPCM – séance 10, jeudi 25 avril 2024, 17H-19H : Séries TV et représentations (Université Nanterre / en ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séance 10 – Jeudi 25 avril 2024, 17h-19h : Séries TV et représentation

Présentation de la séance : Quelles approches méthodologiques permettent de penser le rap comme un objet d’étude dans le cadre d’une thèse ? Quels sont les enjeux soulevés par ce genre musical ? les trois participants, qui préparent des thèses sur le rap depuis des méthodologies variées, présenteront leurs travaux en cours.

Lieu : Université Paris Nanterre, bâtiment Weber, salle de séminaire 1

À distance :  en ligne sur Zoom

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : Policiers et fantômes
  • Emmanuelle Laboureyras (Cergy Paris Université) : La Renaissance au prisme de la série Reign
  • Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) : Être un vrai mec comme un chef de gang : Jax Teller et Tommy Shelby

Répondante : Emmanuelle Delanoë-Brun (Université Paris Cité)

Présentation des interventions

Isabelle Casta (Université d’Artois) : Policiers et fantômes

Des séries françaises (Sharko, Balthazar…), anglaise (River) et belges (Beau Séjour, Beau Rivage…) exhaussent des représentations devenues massives de spectres familiers, comme si les conventions réalistes, qui présidaient aux séries policières plus encore qu’à d’autres types de fictions, cédaient devant la revendication de subjectivité « paranoïaque » des enquêteurs. La mondialisation des imaginaires, la circulation rapide des patterns entre cinéma et sérialité, et la porosité constatée des genres et des poétiques semblent avoir eu raison de la rationalité implicite du polar en série, et c’est cette mutation que nous allons désormais scruter. Cette nouvelle sémantisation de la mort « de plain-pied »,  ouvre  aussi une nouvelle imagerie acceptable du deuil. Car, quand les fantômes enquêtent, alors…   « je vois des morts » , comme Cole le dit (enfin!) à Malcolm (Sixième Sens).

Emmanuelle Laboureyras (Cergy Paris Université) : La Renaissance au prisme de la série Reign

La période de la Renaissance, adaptée et retravaillée par la culture populaire contemporaine, suscite un véritable engouement auprès du grand public et notamment du public « jeune ». Ainsi, les jeux vidéos et les jeux de rôles comme Anno 1503, Assassin’s Creed, The Guild 2 : Renaissance, ont choisi cette époque pour y déployer des aventures, rencontrant un succès retentissant chez les « gamers ».
La série Reign, Destin d’une reine de Laurie MCarthy se concentre sur des intrigues de cour au seizième siècle, thématique déjà envisagée par de nombreuses séries (Les Tudors, The White Queen, The Borgias). La Renaissance, remise au goût du jour par les productions cinématographiques mais aussi sérielles, tend ainsi à se réinventer, portant de nouvelles relectures du passé, réimaginée par les réalisateurs contemporains.
Ces séries dites « historiennes », à dimension didactique, rencontrent en effet un succès inédit. C’est donc dans la lignée de ces produits portés par les industries culturelles et créatives que Reign espère en 2013, rencontrer le même succès que ses consœurs. Il s’agit ainsi pour le téléspectateur de suivre le destin d’une reine, à partir d’un point de vue jeune et féminin. Implicitement, la série s’adresse aux adolescentes mais aussi aux young adults.
Face à cet intérêt renouvelé pour la Renaissance, nous nous demanderons dans quelle mesure cette série permet de comprendre la place qu’occupe cette époque dans l’imaginaire contemporaine et nous montrerons comment Reign s’appuie sur un « imaginarium » fantasmé de la Renaissance française.

Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) : Être un vrai mec comme un chef de gang : Jax Teller et Tommy Shelby

Les discours sur la « crise de la masculinité » jalonnent l’histoire de l’humanité. Le 21e siècle n’y fait pas exception. Des hommes, souvent conservateurs, fustigent la mode et la prestance des hommes modernes et regrettent une époque révolue où les hommes « savaient tenir leur rôle social ». Depuis les années 2000, dans la production mondiale télévisuelle, les personnages masculins « en crise » sont de plus en plus nombreux, ils sont à la fois un témoignage de cette préoccupation sociale, mais servent aussi de support à ces discours. Dans la dernière décennie, deux organisations criminelles fictives présentant des masculinités troublés ont oeuvré sur les écrans : Sons of Anarchy et Peaky Blinders. Pour autant, si la promesse des titres est celle d’une aventure collective où tous les membres du gang seront développés, force est de constater que le récit s’articule autour des deux leaders charismatiques que sont Jax Teller et Tommy Shelby. Il semble alors important d’analyser précisément ces deux leaders, la construction de leur masculinité troublée et leur incarnation d’un idéal viril criminel. L’idée est notamment de travailler plusieurs thématiques qui semblent structurer la construction de ces personnages : le corps, l’esprit et l’entourage afin de les mettre en tensions avec les discours sur la « crise de la masculinité » contemporaine.



Citer ce billet
Victor Faingnaert (2024, 17 avril). Séminaire LPCM – séance 10, jeudi 25 avril 2024, 17H-19H : Séries TV et représentations (Université Nanterre / en ligne). LPCM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w88n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.