Appel à communication : Bande dessinée : histoire d’artistes, histoires de médias

Résumé

En 1974, Angoulême consacre la bande-dessinée comme 9ème art à l’occasion de son premier festival international. Cinquante ans plus tard, ce médium hybride dans sa dimension à la fois artistique et littéraire est au cœur de nos vies et repousse sans discontinuer les limites de la case étroite dans laquelle la BD avait été assignée. Manga, comic book, roman graphique, la narration illustrée touche un public toujours plus conséquent et aborde des thématiques tout aussi riches. Le séminaire des doctorants du laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations) veut offrir aux chercheur·euses et aux acteur·ices du milieu, l’occasion de réfléchir au statut de la BD aujourd’hui et dans le passé. Plusieurs dimensions seront à l’honneur : la manière dont la BD se construit au croisement de disciplines artistiques, son rapport aux autres arts (peinture, cinéma, architecture, etc.) de même qu’à l’histoire des arts ainsi que sa place en galeries et dans les musées.

Argumentaire

En 1974, Angoulême consacre la bande-dessinée comme 9ème art à l’occasion de son premier festival international. Cinquante ans plus tard, ce médium hybride dans sadimension à la fois artistique et littéraire est au cœur de nos vies et repousse sans discontinuer les limites de la case étroite dans laquelle la BD avait été assignée. Manga, comic book, roman graphique ou bande-dessinée franco-belge, la narration illustrée touche un public toujours plus conséquent et aborde des thématiques tout aussi riches.

Il est désormais loin le temps où l’on abandonnait Tintin et ses amis pour de “vrais livres”. Mais alors que la bande dessinée est célébrée et institutionnalisée, comment intégrer cet art populaire dans l’histoire de l’art ? Qu’y a-t-il de nouveau à dire du rapport entre BD et art quand, dès 1990, le MoMA l’inscrit clairement dans sa continuité avec l’exposition High and Low: Modern Art and Popular Culture (New York, MoMA, 7 octobre 1990 – 15 janvier 1991) ? Comment aborder un univers allant des fantaisies oniriques de Winsor McCay et son Little Nemo, aux réflexions prospectivistes et écologistes de Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici et leur Monde sans fin ? Quid de la liberté de ton et de forme héritée des artistes ayant contribué au légendaire Métal Hurlant ou de l’impact culturel et visuel des productions américaines et japonaises ? Comment les auteur·ices, dessinateur·ices et coloristes parviennent à renouveler leur art ? A l’heure du numérique, comment la bande-dessinée intègre la technologie comme mode de production, d’édition et de distribution ? Autant de questions dont nous serions bien en peine de faire le tour…

Néanmoins, à l’occasion du séminaire des doctorants du laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations), nous souhaitons offrir aux chercheur·euses et aux acteur·ices du milieu, l’occasion de réfléchir au statut de la bande-dessinée aujourd’hui et dans le passé. Au travers des différentes interventions, plusieurs dimensions seront à l’honneur. Qu’est ce que la bande-dessinée et comment la définir ? Qu’il s’agisse d’écriture, de dessin, de technique ou d’édition, la manière dont cet objet se construit au croisement de disciplines artistiques sera l’objet de nos réflexions. Cette même intermédialité de la bande-dessinée nous pousse également à interroger son rapport aux autres arts (peinture, cinéma, architecture, etc.) de même qu’à l’histoire des arts et des artistes dont la nature historique se trouve soudainement confrontée à une transposition “fictive” constituée de cases, de bulles, de cernes et de gaufriers. Enfin, s’il est convenu que la bande-dessinée est effectivement le 9ème art, sa présence en galeries et dans les musées fera l’objet de discussions à l’aune des nombreux événements lui étant consacrés cette année, notamment l’exposition Bande Dessinée (1964 – 2024) (Paris, Centre Pompidou, 29 mai 2024 – 4 novembre 2024), curatée par Emmanuèle Payen et Anne Lemonnier dont la dimension historiographique a de quoi exciter la curiosité du milieu universitaire.

Le programme sera réparti en trois temporalités :

  • deux journées d’étude les 11 et 12 juin 2024
  • une visite de l’exposition Bande Dessinée (1964 – 2024) au Centre Pompidou (à confirmer).

Modalités de soumission

Nous souhaitons ainsi faire de cette journée d’études un moment d’échange entre étudiants professeurs, artistes et commissaires. Nous vous attendons donc nombreux·ses ! Vous pouvez envoyer vos propositions de contributions créatives et / ou scientifiques, avec titre et résumé (2000 caractères maximum) à l’adresse mail suivante : doctorantshar@gmail.com avant le 22 avril

Comité organisateur

  • Quentin Fischer (doctorante en Etudes cinématographiques, Université Paris-Nanterre, HAR)
  • Simon Grainville (doctorant en Histoire de l’Art, Université Paris-Nanterre, HAR)
  • Davia Lagos (doctorante en Histoire de l’Art, Université Paris-Nanterre, HAR)
  • Anaëlle Vaissié (doctorante en Histoire de l’Art, Université Paris-Nanterre, HAR)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Faingnaert (11 avril 2024). Appel à communication : Bande dessinée : histoire d’artistes, histoires de médias. LPCM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w75r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.