Séminaire LPCM – séance 9, jeudi 4 avril 2024, 16H-18H30 : Penser le rap (Université Paris Cité / en ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séance 8 – Jeudi 4 avril 2024, 16h-18h30 : Penser le rap

Présentation de la séance : Quelles approches méthodologiques permettent de penser le rap comme un objet d’étude dans le cadre d’une thèse ? Quels sont les enjeux soulevés par ce genre musical ? les trois participants, qui préparent des thèses sur le rap depuis des méthodologies variées, présenteront leurs travaux en cours. 

Lieu : Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris. Salle 578F (Halle aux farines).

À distance :  en ligne sur Zoom

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions

  • Léonard Rembert (Montpellier 3) : « Textuellement parlant » : enjeux et limites d’une approche poétique du rap français
  • Juliette Hubert (Université Polytechnique Hauts-de-France) : Proportion et rôle de la rupture dans le flow de la trap francophone actuelle
  • Hector Jenni (Sorbonne Nouvelle) : Auto(socio)biographie, autoethnographie, autofiction : politique du récit de soi chez Booba

Répondante : Virginie Brinker (Université de Bourgogne)

Présentation des interventions

  • Léonard Rembert (Montpellier 3) : « Textuellement parlant » : enjeux et limites d’une approche poétique du rap français

    Mon intervention sera une petite introduction théorique à la recherche littéraire sur le rap français à partir de mon expérience doctorale et de l’évolution de mon sujet de thèse (de la notion littéraire de « lyrisme » à celle de « lyricisme » propre au champ du rap) qui rend compte de problématiques qui font l’objet de débats stimulants au sein du champ de la recherche académique sur le rap. Je partagerais en particulier quelques pistes de réflexion sur trois points : les limites d’une « textualisation » de l’interprétation rappée, les enjeux spécifiques d’une approche poétique des paroles (les « lyrics ») et enfin les risques de la volonté de légitimer à tout prix le rap en la rapprochant de la culture lettrée. 

  • Juliette Hubert (Université Polytechnique Hauts-de-France) : Proportion et rôle de la rupture dans le flow de la trap francophone actuelle

Mon intervention consistera à exposer le sujet, les enjeux et les principaux points de mon travail de thèse, puis à présenter quelques enjeux méthodologiques liés à l’étude des musiques populaires. Ma thèse porte sur la trap francophone et sur la possibilité de la définir à travers sa propension à la rupture, sur le plan musical comme textuel. La trap est un sous-genre du rap né aux États-Unis dans les années 2000, et arrivé au milieu des années 2010 en France. Si la trap États-Unienne a déjà été étudiée d’un point de vue sociologique, ethnographique et philosophique en tant que phénomène au succès mondial, propice à l’hybridation avec de nombreuses cultures et musiques populaires locales, véhicule d’idées et d’affects significatifs d’une certaine expérience contemporaine (Heuguet & Menu, 2021) (Phillips, 2021), et témoin d’une nouvelle façon de créer de la musique (Waugh, 2020), le sous-genre n’a pas été encore abordé en tant que tel d’un point de vue musicologique, et encore moins sa variété locale qu’est la trap francophone, elle-même très populaire dans le paysage discographique français et belge. Il me semble d’abord intéressant d’étudier la musique et le texte de la trap, dans ses propriétés formelles, puis, dans la lignée des travaux qui se sont penchés sur le sens du succès mondial de la trap dans la culture populaire actuelle, de me pencher sur le sens que peut avoir ce succès si l’on la définit en grande partie par l’usage de phénomènes de rupture. Il s’agira donc de montrer l’importance des figures de rupture dans la trap francophone, puis d’interpréter cette propension à la rupture à travers différents cadres d’analyses esthétiques et poïétiques et enfin, après avoir passé en revue les différents styles et artistes qui peuvent ou pourraient être identifiés à la trap, de proposer un modèle stylistique pour le texte « trap » francophone comme point aveugle ou chaînon manquant de la catégorisation générique telle qu’elle est établie par les critiques professionnels, amateurs, les plateformes de diffusion, les labels et les artistes eux-mêmes.  J’exposerai rapidement, à travers un cas concret, les exemples de rupture grammaticale présents dans le morceau. 

  • Hector Jenni (Sorbonne Nouvelle) : Auto(socio)biographie, autoethnographie, autofiction : politique du récit de soi chez Booba

Dans l’egotrip, le rappeur met en jeu son image pour convaincre l’auditoire de son excellence artistique et personnelle. Il élabore ainsi un ethos crédible, en mobilisant diverses ressources rhétoriques, parmi lesquelles se trouve la mise en récit de soi : celle-ci constitue pour les artistes rap un moyen d’authentifier leur image, en évoquant leur parcours de vie, typiquement marqué par une forte adversité sociale, que l’éthique personnelle du sujet parvient à sublimer. Ainsi, en considérant les aspects du récit de soi dans l’oeuvre de Booba, il apparaît que la pratique de l’egotrip reformule à sa manière certains des enjeux de l’écriture autobiographique contemporaine : le rappeur inscrit sa propre expérience biographique dans une condition collectivement partagée, médite sur sa trajectoire transclasse et la fidélité à soi-même qu’elle implique, tout en mêlant son récit de projections fantasmatiques qui participent à brouiller les contours du sujet lyrique.



Citer ce billet
Marie Lucie Bougon (2024, 30 mars). Séminaire LPCM – séance 9, jeudi 4 avril 2024, 16H-18H30 : Penser le rap (Université Paris Cité / en ligne). LPCM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4xn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.