Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

7 et 8 juin 2024

Université Gustave Eiffel

Date d’échéance : 20 avril 2024

Journées d’étude organisée par Stella Louis et Fabien Delmas (LISAA, CCAMAN, Université Gustave Eiffel).

Texte de l’appel :

Le développement spectaculaire des séries américaines et l’avènement de “l’âge d’or”[1] qu’elles ont connu à partir de la seconde moitié des années 1990 sont associés à l’émergence d’une figure à la notoriété nouvelle dans le champ du système de production : le showrunner. À la fois scénariste, producteur et parfois réalisateur, le showrunner apparaît comme une figure démiurgique propre à l’ère de la convergence[2] et de la sérialité telle qu’elle s’affirme à partir du début du XXIe siècle. Si Steven Bochco apparaît comme le précurseur de cette nouvelle fonction, voire de cet art nouveau, l’âge d’or des séries américaines du premier quart du XXIe siècle est jalonné de noms qui ont permis l’émergence d’œuvres sérielles souvent décriées artistiquement et défavorablement comparées au cinéma. Darren Star, David Chase, Shonda Rhimes, Matthew Weiner, Vince Gilligan, David Simon notamment, se sont affirmés comme les nouveaux magnats d’une époque au cours de laquelle les séries et les récits sériels n’ont cessé de prospérer. De cette galerie se distingue la figure de Ryan Murphy. Au cours des vingt dernières années, il a été créateur, producteur exécutif, scénariste et réalisateur d’un large éventail de séries. Avec des productions aussi différentes que Nip/Tuck (2003-2010), Glee (2009-2015) ou American Horror Story (2011-), il apparaît comme l’une des personnalités les plus marquantes et incontestablement comme l’un des producteurs les plus importants de la télévision américaine moderne.

Artiste pop, Ryan Murphy est parvenu à imposer grâce à une grande diversité d’atmosphères, de récits et de genres, un style personnel et reconnaissable. Ce dernier se caractérise par un recours puissant à la forme et un maniérisme qui confine au baroquisme[3]. Son esthétique narrative singulière joue avec les extrêmes. Ses séries voient souvent cohabiter l’horreur, le vulgaire et le sublime. L’horreur, le gore et l’humour, le cynisme et l’absurde, y sont les ingrédients d’un spectacle esthétique sexy qui semblent presque toujours laisser transparaître la mission de Murphy : bousculer, déranger ou créer le malaise tout en offrant au spectateur une expérience visuelle inédite. Ses productions avant-gardistes trouvent leur unification dans une approche souvent expérimentale de la forme, du genre et des genres, des personnages et de la narration. Son approche formelle, portée par des personnages très affirmés, cultivant parfois un sens certain du spectaculaire ou du simulacre, est mise au service d’un discours, voire d’un engagement, centrée sur la diversité et le souci de rendre visibles des identités et des combats longtemps absents des médias américains. L’histoire de l’Amérique le fascine. L’histoire culturelle de l’Amérique mais aussi son histoire trash, sombre, faite de meurtres, de serials killers et d’affaires judiciaires. Ces aspérités, ces pulsions sombres sont mises en lumière, voire servent son esthétique morbide qui transforme le fait divers en œuvre d’art. Dans le contexte de la production télévisuelle du début du XXIe siècle, Ryan Murphy apparaît comme une sorte de fils spirituel et « trash » de Douglas Sirk ou de John Waters. Les codes traditionnels du mélodrame centrés sur le cliché, l’archétype, mais aussi une certaine naïveté, seraient portés par une maîtrise pop du grand spectacle.

Sa première série télévisée, Popular (1999-2001), créée avec Gina Matthews, offre les fondements d’une œuvre sensibilisée aux sujets progressistes et dont le message passe souvent par la satire. Des séries comme Feud (2017- ) et Hollywood (2020) proposent une contre-histoire du cinéma hollywoodien naviguant entre art du soap opera, exubérance et sensationnalisme, et axée sur une méditation sur la place des femmes, particulièrement d’âge mûr et/ ou au crépuscule de leur carrière, et plus généralement des minorités, dans l’industrie hollywoodienne. Quant à American Horror Story (2011- ) et American Crime Story (2016- ), elles ont établi un modèle de séries d’anthologie postmodernes, mêlant formes classique et moderne en subvertissant des formules du passé et les attentes spectatorielles pour servir un discours engagé contemporain lié à des questions culturelles, politiques et sociales du moment. La première, à la fois marque le début d’un empire télévisuel de franchises et caractérise une œuvre marginale : Ryan Murphy se sert d’un genre marginal – et des autres – pour renverser les représentations (ou non-représentations) hollywoodiennes plus traditionnelles (des femmes – et particulièrement des femmes âgées, des personnes queer, des personnes de couleur) et donner une importance aux marginaux.

Cet univers repose sur des comédiens récurrents qui constituent la « troupe » de Ryan Murphy. Cet ensemble se caractérise également par une certaine hybridité, regardant à la fois le passé et le présent cinématographiques et audiovisuels. Ainsi, partagés entre guest-stars et muses, les acteurs et actrices d’un certain cinéma (nouvel) hollywoodien comme Jessica Lange, Kathy Bates, John Travolta, Jamie Lee Curtis, côtoient des acteurs d’une nouvelle génération comme Sarah Paulson, Darren Criss, Evan Peters ou Emma Roberts ; eux-mêmes ayant pour partenaire des stars de la pop culture notamment musicale comme Britney Spears, Lady Gaga (avec qui il partage un amour pour les « freaks ») ou télévisuelle comme Kim Kardashian. Cette troupe inédite semble définir la télévision de Ryan Murphy. La présence récurrente de ces acteurs et actrices (anciens et nouveaux, confirmés voire admirés et débutants) crée une unité en rendant cohérent l’univers/ l’esthétique de Ryan Murphy.

Présentation de la journée d’étude

Cette journée d’étude a pour but de mettre en lumière le travail et l’évolution de l’une des figures les plus importantes de la télévision américaine et de l’art sériel. Au croisement des arts, entre télévision et cinéma, entre glamour et horreur, cette journée d’étude a pour objectif de mettre en évidence la multiplicité des facettes et des tempéraments, parfois contradictoires, d’une œuvre qui s’est imposée auprès du grand public.

Elle se déroulera sur le campus de l’Université Gustave Eiffel (Champs-sur-Marne) les vendredi 7 et samedi 8 juin 2024.

Afin d’établir le programme et d’orienter les propositions de contributions, les thèmes de réflexion suivants sont proposés :

●       Ryan Murphy, un historien « pop » du cinéma ?

●       De la marge à l’establishment

●       Le rapport de Murphy à la « galaxie » Sirk (Pedro Almodóvar, François Ozon, Xavier Dolan, Rainer Werner Fassbinder) s’agissant de la théâtralité des reprises de modèles spectaculaires

●       Ryan Murphy et les genres hollywoodiens (horreur, musical, mélodrame, teen movie)

●       Ryan Murphy et les formats audiovisuels : de la forme anthologique (tradition, renaissance) à la mini-série

●       Les actrices et les acteurs de Ryan Murphy, entre créatures et créateurs

●       Ryan Murphy comme point d’accès à une réflexion générale sur le système de production télévisuel et cinématographique américain et son évolution

●       Ryan Murphy et ses collaborations artistiques (avec Brad Falchuck, Ian Brennan, etc.)

●       Utilisation des faits divers et création de mythologies

●       La réception de Ryan Murphy par les fans et les critiques (les réactions critiques des fans, de la presse, aux USA et ailleurs)

●       Définir l’esthétique Ryan Murphy, entre autoréflexivité et métatextualité, entre hybridité formelle et hybridité esthétique

●        Ryan Murphy et la cohabitation/ confrontation des formes / thématiques classiques et modernes

●       Une esthétique de la provocation ?

●       Ryan Murphy est-il un « spécialiste » de la comédie ?

●       Les esthétiques extrêmes : de l’horreur au gore du sublime au camp

●       Les finals des séries et saisons

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 500 mots, sont à transmettre aux adresses suivantes fabien.delmas@univ-eiffel.fr et stella.louis@outlook.com au plus tard le 20 avril 2024. Elles devront être accompagnées d’une notice bio-bibliographique de quelques lignes.

Organisation : 

Stella Louis (Docteure en littérature et études cinématographiques)

Fabien Delmas (Maître de conférences à l’Université Gustave Eiffel)

Comité scientifique : 

Diane Arnaud (Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel)

Pierre Berthomieu (Maître de conférences, Université Paris Cité)

Marc Cerisuelo (Professeur des Université, Université Gustave Eiffel)

Serge Chauvin (Professeur des Université, Université Paris-Nanterre)

Baptiste Creps (Chercheur Post-doctoral, Université de Montréal)

Sarah Hatchuel (Professeure des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3)

Gilles Menegaldo (Professeur des Universités émérite, Université de Poitiers)

David Roche (Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3)

 —
[1] Ce constat fut notamment présenté et défendu par Martin Brett. Le spécialiste considère en effet qu’à partir de la fin des années 1990, avec des séries comme Les Sopranos (The Sopranos, David Chase, HBO, 1999-2007) ou Mad Men (Matthew Weiner, AMC, 2007-2015), l’esthétique sérielle atteint une complexité et une profondeur jamais connues jusqu’alors. Cette thèse fit l’objet d’un ouvrage de référence Des Hommes tourmentés ; l’âge d’or des séries, traduit de l’anglais par Léa Cohen, Paris, Points – Points documents, 2016.
[2] Henry Jenkins, La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par C. Jaquet, Paris, A. Colin/Ina Éd., coll. Médiacultures, 2013 [2006].
[3] Bruno Deruisseau, « De Popular à Hollywood : Ryan Murphy, un showrunner qui ne fait pas de compromis », Les Inrocks, https://www.lesinrocks.com/series/de-popular-a-hollywood-ryan-murphy-un-showrunner-qui-ne-fait-pas-de-compromis-152722-05-05-2020/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Mallah (22 mars 2024). Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images. LPCM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2i3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.