Appel à communications : La fabrique du scandale : entre intentions scandaleuses et réceptions scandalisées (Nanterre)

La fabrique du scandale : entre intentions scandaleuses et réceptions scandalisées

Vendredi 31 mai 2024

Université Paris Nanterre

 Date d’échéance : 27 mars 2024

Journée d’études organisée par les doctorant.e.s du CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française).

Texte de l’appel :

Qu’est-ce qui fait scandale ? Une œuvre, un événement, un geste, un mot, voire une personne en tant que telle peuvent être tour à tour qualifiés de scandale ou scandaleux. À lire les dictionnaires et à interroger ses usages, il semble que le terme renvoie à une exclamation collective, dirigée contre quelque chose à rejeter, car vécu comme une menace par le groupe. Le dictionnaire de Furetière (1690) donne ainsi comme premier sens au scandale : « Action ou doctrine qui choque les mœurs, ou la commune opinion d’une nation ». Suit ensuite un emploi quelque peu vieilli : « se dit aussi du bruit, de l’éclat, de l’affront qu’on fait en public à quelqu’un ». Pris dans une origine et une portée tout autant collectives, ce que nous désignons sous le terme de scandale semble lié à la fois à une intention scandaleuse et à une réception scandalisée. Le scandale s’y réduit-il pour autant ?

Le scandale s’inscrit dans une temporalité parfois en décalage avec la réception immédiate ou a contrario lointaine de l’œuvre. On ne compte pas les toiles impressionnistes qui firent scandale en leur temps, et les œuvres de ces peintres furent principalement rejetées par le système académique. De nos jours, l’institutionnalisation des impressionnistes est complète : ils sont unanimement célébrés et révérés, à tel point qu’on tend à identifier la peinture de la deuxième moitié du XIXe siècle à leurs productions. Qu’est-ce qui peut expliquer un tel passage, d’un scandale originel à une sacralisation incontestée ? À l’inverse, certaines œuvres suscitent le scandale a posteriori, qui ne furent pas reçues comme scandaleuses à leur parution. Pensons aux récents exemples des textes de Gabriel Matzneff, qui font aujourd’hui scandale (notamment après le témoignage de Vanessa Springora dans Le Consentement, Paris, Grasset, 2020), scandale incomparable à l’écho de leur parution, ou à celui de certains albums de Bastien Vivès. Ces ensembles d’exemples de scandales atténués ou différés, sans être symétriques, nous invitent à interroger le processus du scandale : quels éléments réunir pour obtenir un scandale, et dans quelle temporalité ?

Cette journée d’étude appelle ainsi à interroger le scandale dans sa généalogie : que révèle-t-elle du scandale ? La mettre au jour revient-il à comprendre les raisons du scandale ? Épuise-t-elle le rapport entre scandale, intention et réception ? Afin d’appréhender le scandale dans une perspective généalogique, il est utile de rappeler une distinction proposée par Cocteau entre d’une part le « scandale volontaire », qui découle d’une intention de scandale, et d’autre part le « scandale involontaire », non prémédité mais reçu comme scandale (La Jeunesse et le scandale, Le Livre blanc et autres textes, Librairie Générale Française, 1999, p. 113-114). S’agit-il pour autant de distinguer aussi nettement un scandale de l’intention d’un scandale de la réception ?

Outre cette question de chronologie ou de diachronie, il s’agira d’envisager la complexité du scandale en synchronie. Le scandale impliquant un partage de certaines valeurs, différentes communautés, pour lesquelles il y a scandale ou non.

Scandale et société : la nature publique du scandale 

Qu’est-ce qui unit des œuvres aussi disparates que Madame Bovary, Les Fleurs du mal, La Dernière tentation du Christ, Tintin au Congo ? Probablement leur façon similaire de générer des réactions collectives. Dans Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, L. Boltanski, E. Claverie, N. Offenstadt, et S. Van Damme définissent ainsi le scandale : « C’est une mise en accusation publique qui conduit sans coup férir au châtiment reconnu comme légitime et souhaitable, de l’accusé. Ici, la communauté de jugement se montre, au moins publiquement, parfaitement unie dans l’action, et elle trouve une satisfaction collective dans le châtiment, tandis que l’accusé ne rencontre jamais personne qui prenne en public sa défense » (p 11). Certes, cette définition est à nuancer : certaines personnes peuvent se positionner publiquement en faveur d’une autre personne dont émane le scandale. Pour autant, cette définition permet de mettre en valeur la nature publique du scandale. La présence d’un scandale suppose la réception et la circulation d’une œuvre jusqu’à un public qui se positionne contre elle, principalement en termes axiologiques. Le scandale est donc toujours public ; quelque chose a été fait, a été dit qui ne devait pas l’être. Il se trouve ainsi toujours lié à l’image qu’une société, qu’une communauté se donne d’elle-même, puisque vécu « comme une épreuve à travers laquelle est réévalué collectivement l’attachement à des normes » (Damien Blic et Cyril Lemieux, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, vol. 71, no. 3, 2005, p 9-38).

Inséparable de la question de la réception, la notion de scandale permet également d’interroger l’intention. Si les scandales politiques, financiers, sanitaires ou religieux ne sont a priori pas souhaitables par les personnes concernées qui se trouveront accusées, il en va tout autrement pour les artistes ou créateurs. Plaisir de choquer pour les uns, nécessité de remuer les bas-fonds de l’âme humaine pour les autres : quelle utilité ou finalité du scandale en art ?

Quand le scandale questionne la morale (individuelle et collective) 

Historiquement, le terme de scandale s’articule à une conception religieuse et au domaine du sacré. Qu’il s’agisse du terme latin scandalum, qui désigne ce sur quoi on trébuche, ou bien de la perception chrétienne du scandale comme occasion de péché, le scandale génère la chute. Celle-ci est avant tout morale. C’est bien du mal dont il est question. Celui par lequel arrive le scandale est celui qui a mal agi, qui a entraîné ou bien s’est laissé entraîner au vice : d’où les notions théologiques de « scandale actif » et de « scandale passif ». Le scandale vient donc perturber les instances morales et les valeurs qu’elles portent parce qu’il offense, insulte, rabaisse, provoque la déchéance. Le scandale est donc toujours, en un sens, le scandale du mal : il est mauvais de dire cela, de faire ceci, de parler, de peindre ou de penser de cette façon. Les raisons du scandale en art sont d’ailleurs souvent liées à la morale. Le scandale, dans le domaine de la création, questionne l’art en termes axiologiques. Que dit alors le scandale des mœurs de la société dans laquelle il éclate ? Que dit-il de celles et ceux qui le déclenchent ?

Du scandale au scandaleux : une relativité du scandale ? 

Ce qui fut scandale ne l’est plus. On garde la mémoire d’une chose – œuvre, propos, geste – scandaleuse, mais le scandale s’efface. Ainsi, le scandale se présente comme événement. Qualifier quelque chose de scandaleux ne revient pas nécessairement à le désigner comme scandale. Au contraire, l’existence de cet adjectif relève davantage des susceptibilités individuelles. Le « scandaleux » désigne ce que l’on considère comme indigne, ce qu’on perçoit comme à dénoncer ou à supprimer. Il est l’expression d’un affect propre aux individus. Le « scandale », comme événement collectif, relève quant à lui d’une variation contextuelle. Ce qui fait scandale dans un groupe, dans une communauté peut ne pas faire scandale – ou ne pas faire le même scandale – dans un autre groupe ou communauté. Le scandale, en tant qu’il questionne les valeurs communes d’une société, est variable. Les valeurs collectives changent : ce qui fit scandale hier ne fait pas nécessairement scandale aujourd’hui et l’on ne sait ce qu’il en sera pour demain. Variable dans le temps et dans l’espace, la notion de scandale permet alors d’interroger la façon que les êtres humains ont de faire communauté dans des contextes temporels, culturels et géographiques différents. C’est pourquoi la distinction entre scandale et polémique doit être posée. Là où la polémique évoque le conflit dans lequel s’entremêlent des opinions opposées, le scandale porte en lui quelque chose de fédérateur puisqu’il est souvent lié à l’expression d’une indignation publique, générale, partagée.

La variation dans le temps et dans l’espace des mœurs humaines suppose une réactivation perpétuelle du potentiel scandaleux d’une œuvre. Une œuvre qui a fait scandale par le passé peut ne plus faire scandale. Une œuvre qui n’a historiquement pas fait scandale peut faire scandale dans le présent. La question qui se pose alors est celle de la performativité du scandale : il fait bouger les lignes sociales, permettant à la communauté de réagencer l’ensemble de ses valeurs.

Mythifications du scandale

Il y a souvent loin du scandale initial à la mémoire collective. Celle-ci peut prendre le pas sur une lecture nuancée de l’événement, et y lire a posteriori un moment fondateur, irruption inattendue d’une nouveauté totale incomprise par les contemporains. L’histoire littéraire présente alors une succession de scandales comme autant de passages de relais entre genres ou mouvements : de la querelle du Cid, vue comme la naissance du théâtre classique, à la bataille d’Hernani, surgissement du romantisme, en passant par les procès des Fleurs du mal et de Madame Bovary en 1857, caps de l’histoire de la poésie et du roman du XIXe siècle, c’est comme si l’histoire littéraire marchait au pas des scandales révolutionnaires suscitées par des œuvres mal ou dramatiquement reçues, mais faisant date et postérité. N’y a-t-il pas là une forme de mythification ? Quelle est la distance entre le scandale fondateur reçu par l’histoire et nos imaginaires collectifs, et l’événement lui-même, si on le réinscrit dans son époque et son contexte ? Plutôt que de se contenter de relever une exagération dans la relecture de ces événements, ne faudrait-il pas interroger cette exagération en tant que telle ? Pourquoi le scandale prend-il autant d’importance ? Si les scandales sont à ce point présents dans les manuels comme dans l’imaginaire collectif, n’est-ce pas parce qu’ils ont une fonction particulière dans la mise en récit de l’histoire (politique, littéraire, artistique) ?

Pistes de réflexion :  

Les faiseurs de scandales
Scandale(s) et contexte(s)
Relativité du scandale ? Différenciation historique, géographique et culturelle
Scandale et vérité(s)
Chronologie du scandale
Scandale et révolution(s)
Scandales modèles : schémas et modes d’emploi
Scandales fertiles, scandales stériles ?
Conséquences d’un scandale : législatives, politiques, économiques, esthétiques (remodèlement des goûts du public, etc.)

Bibliographie indicative

Delphine Aebi, Le scandale au théâtre des années 1940 aux années 1960, Ferney-Voltaire : Honoré Champion éditeur, 2017.

George Bernanos, Scandale de la vérité, Paris, Gallimard, 1939.

Donatella Bisconti, Daniela Fabiani, Luca Pierdominici, Cristina Schiavone (dir.), Esclandre. Figures dynamiques du scandale du Moyen Âge à nos jours, Macerata, EUM – Edizioni Università di Macerara, coll. “Regards Croisés, 2”, 2021.

Damien Blic et Cyril Lemieux, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, vol. 71, no. 3, 2005, p. 9-38.

Luc Boltanski, Claverie Élisabeth, Nicolas Offenstadt, Stéphane Van Damme dir.), Affaires, Scandales Et Grandes Causes De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007.

Leszek Brogowski, Joseph Delaplace, Joël Laurent (dir.). Défier la décence : Crise du sens et nouveaux visages du scandale dans l’art. Nouvelle édition [en ligne]. Arras : Artois Presses Université, 2016.

Peter Frei, François Rabelais et le scandale de la modernité, Pour une herméneutique de l’obscène renaissant. Genève, Librairie d’Oz, 2016.

René Girard, Celui par qui le scandale arrive, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

Henri Godard, Céline scandale : essai, Paris, Gallimard, 1994.

Julien Mathieu, « Un mythe fondateur de la musique contemporaine : le « scandale » provoqué en 1954 par la création de Déserts d’Edgar Varèse », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. no51-1, no. 1, 2004, p 129-152.

Patrick Mathieu (dir.), Voyage et scandale, sous la direction de Patrick Mathieu, Paris, Classiques Garnier, 2022.

Capucine Nemo-Pekelman, « Scandale et Vérité Dans La Doctrine Canonique Médiévale (XIIe – XIIIe Siècles) », Revue Historique de Droit Français et Étranger (1922-), vol. 85, no. 4, 2007, p 491–504.

Claude Petitfrère, Le Scandale du “Mariage de Figaro” prélude à la Révolution française ? 1784, Bruxelles : Éd. Complexe [Paris] : [diff. Presses universitaires de France], 1988.

Modalités de réponse

Cet appel à contributions est prioritairement ouvert aux jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s), quel que soit leur domaine de recherche : lettres, arts, sciences humaines et sociales. Chaque communication durera approximativement une vingtaine de minutes, et sera suivie d’un temps d’échange et de questions. Les propositions de communication d’une longueur maximale de 2500 signes (espaces comprises), auxquelles pourra s’ajouter une bibliographie indicative, sont à envoyer à l’adresse jecslfdoc@gmail.com pour le 27 mars et s’accompagneront d’une courte présentation.

Comité organisateur (doctorant·e·s du CSLF):

Aurélien Billault

Julie Chabroux-Richin

Kim Hanol

Kim Wooyoung

Jeanne Meslin

Benoît Petiet

Jean-Baptiste Quantin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Mallah (4 mars 2024). Appel à communications : La fabrique du scandale : entre intentions scandaleuses et réceptions scandalisées (Nanterre). LPCM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy71


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.