Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique

3 mai 2024

Paris

Date d’échéance : 4 mars 2024

Journée d’étude et de création organisée par Camille Bloomfield (Université Paris-Cité, CERILAC), Caroline Giraud (instapoétesse), Liza Hammar (Université du Québec à Montréal), et Marc Jahjah (Université de Nantes).

Texte de l’appel :

La poésie bénéficie actuellement, comme l’ont remarqué plusieurs critiques et journalistes, d’un spectaculaire retour en grâce auprès des jeunes générations. Ce regain d’intérêt semble s’expliquer en partie par une recrudescence des pratiques créatives sur le web, plus particulièrement sur les réseaux sociaux, qui offrent nombre d’outils facilitant notamment un aspect visuel soigné et des productions multimédia complexes (texte, image et son souvent en dialogue), tout en ayant l’avantage d’être moins intimidantes que le papier. La littérature numérique, longtemps réservée à des créateurs et des créatrices ayant un niveau élevé de maîtrise des technologies, est ainsi, depuis une quinzaine d’années, accessible à toute personne dotée d’un smartphone, ce que Leonardo Flores a identifié comme étant la marque de la troisième génération de la « littérature numérique ».

Mais il n’y a pas que cela : cette démocratisation des supports modernes de la création poétique s’accompagne d’une réflexion politique et contemporaine sur la visibilité de celles et ceux qui pratiquent la poésie, les réseaux sociaux offrant une tribune précieuse à des voix peu audibles jusqu’ici dans le champ littéraire, qui peuvent associer leur écriture aux luttes les plus saillantes de la jeunesse aujourd’hui (environnement, féminisme, antiracisme, etc.). En parallèle d’un champ poétique plus traditionnel se développe donc un champ alternatif où émerge une littérature engagée, et plus rarement expérimentale. L’étude des productions et des postures sur Instagram, réseau particulièrement prisé des artistes et encore, pour l’instant, utilisé par plusieurs générations, offre donc une perspective intéressante pour étudier ce renouveau d’une poésie non seulement « faite par tous », où les frontières entre pratique amateure et pratique professionnelle sont quelque peu brouillées, mais aussi foncièrement ancrée « dans la cité ».

Qui sont les « instapoètes » et les « instapoètesses » ? Quelle est leur particularité par rapport à celles & ceux qui écrivent sur les autres réseaux socio-numériques (Twitter, Youtube…) ? Les productions sur Instagram demeurent-elles vouées in fine à l’édition papier, reproduisant ainsi une hiérarchie existante des supports, et, le cas échéant, comment s’opère la transformation d’un médium à l’autre ? Quelles sont les nouvelles instances de légitimation pour cette poésie, ses figures de proue, voire les nouvelles normes qui se dessinent dans cet espace ? Le réseau social est-il plutôt un lieu de création ou de diffusion de la poésie ? Et enfin, l’étude de la poésie sur Instagram peut-elle être l’occasion pour nous d’envisager autrement la question de la littérarité ?

Dans une volonté de faire le point sur cet espace récent, trop souvent abordé à l’aune de sa seule « valeur poétique » (ou absence de), cette journée se veut placée sous l’angle de la recherche-création, en proposant des formes hybrides et en encourageant un décloisonnement des pratiques universitaires et créatives (communications-performances, lectures, ateliers, recherche-action…). Si c’est surtout l’instapoésie francophone qui sera évoquée dans ce premier temps, la journée peut également être ouverte à d’autres aires géographiques et culturelles, et sera quoi qu’il en soit suivie ultérieurement par une seconde journée, plus orientée vers les questions internationales et comparatistes autour de la poésie sur Instagram.

La thématique étant située au carrefour de plusieurs disciplines, la journée cherchera autant que possible à faire dialoguer des spécialistes de ces différentes disciplines et approches théoriques  : littérature contemporaine (poésie contemporaine, littérature numérique, rapport texte-image), information & communication (travaux sur les écrits d’écran, les productions numériques, design & littérature), théories critiques (études féministes, théorie critique de la race, approches marxistes, queer, antipsychiatriques, etc.), sciences sociales (sociologie du champ et anthropologie des pratiques, sciences politiques) et histoire de l’art.

Dans le but d’être le plus en prise possible avec le terrain, nous aimerions associer aux discours universitaires des prises de parole par des intervenant·es venant du champ de la poésie, de l’édition aux revues en passant par les prix littéraires ou les agents : tous les acteurs et actrices d’une nouvelle chaîne de poésie qui se développe à la fois dans et hors du livre sont donc les bienvenus à envoyer des propositions.

Informations pratiques 

Date de la journée : 3 mai 2024
Lieu : Université Paris-Cité (site des Grands Moulins, 75013)
Envoi des propositions (une demi-page maximum + bio-biblio) pour le 4 mars 2024
À envoyer à :

Camille Bloomfield camille.bloomfield@u-paris.fr

Caroline Giraud mediadevconsult@gmail.com

Liza Hammar hammar.liza@uqam.ca

Marc Jahjah marc.jahjah@univ-nantes.fr

Bibliographie indicative

Allard, Laurence, « Partages créatifs : stylisation de soi et expérimentation artistique », Communication & langages 2017/4 N° 194, p. 29 -39.

Belin, Olivier, « Vers une poésie commune ? Les poètes amateurs de Twitter, Instagram et Wattpad », Nouvelle revue d’esthétique, vol. 25, n° 1, 2020, p. 57-66.

Belin, Olivier, La Poésie faite par tous, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Bloomfield, Camille, « La poésie sur Instagram : nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », in Littérature et design : visualités et visualisations du texte en régime numérique, Mougin, Pascal (dir), Presses du réel, à paraître au premier semestre 2024.

Bonnet, Gilles, Pour une poétique numérique. Littérature et internet, Hermann, 2017.

Bonnet, Gilles, Fülöp, Erika, Théval, Gaëlle (dirs), Qu’est-ce que la littéraTube ? (édition augmentée), Les Ateliers de [sens public], Montréal, 2023, https://ateliers.sens-public.org/qu-est-ce-que-la-litteratube/index.html

Citton, Yves, L’Économie de l’attention: nouvel horizon du capitalisme ? Paris, La Découverte, 2014.

Dubois, Sébastien, « The French poetry economy », International Journal of Arts Management, vol. 9, n° 1, 2006, p. 23-34.

Dubois, Sébastien, La Vie sociale des poètes, Presses de Sciences Po, Paris, 2023.

Dujin, Anne, « Où est passée la poésie française ? Portrait d’un univers paradoxal », Revue du Crieur, vol. 5, n° 3, 2016, p. 62-77.

Flores, Leonardo, « Third Generation Electronic Literature », Electronic Book Review, 7 avril 2019, en ligne : https://doi.org/10.7273/axyj-3574

Gervais, Bertrand, et Mariève Desjardins. 2009. « Le spectacle du corps à l’ère d’Internet : entre virtualité et banalité ». Protée 37 (1): 9‑23, en ligne : https://doi.org/10.7202/001233ar.

Jahjah, Marc, « Littérature, numérique et régimes de visibilité : du texte livresque aux formes imaginales » in Littérature et design : visualités et visualisations du texte en régime numérique, Mougin, Pascal (dir), Presses du réel, à paraître au premier semestre 2024.

Lotman, Rebekka, « The Semiotics of New Era Poetry: Estonian Instagram and Rap Poetry », Studia Metrica et Poetica 8.2, 2021, Tartu, p. 58-79.

Nachtergael, Magali (dir.), « Littératures expérimentales » [En ligne], Itinéraires, 2017-3 | 2018,  https://journals.openedition.org/itineraires/3708

Nachtergael, Magali, Poet Against The Machine. Une histoire technopolitique de la littérature, Marseille, Le Mot et le reste, 2020, 194 p.

Manning, Maria, « Crafting Authenticity: Reality, Storytelling, and Female Self-Representation through Instapoetry », Storytelling, Self, Society, 16 (2): 263–79 2020.

Manovich, Lev, Le Langage des nouveaux médias, Les Presses du réel, 2010.

Paveau, Marie-Anne, L’Analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Hermann, coll. « Cultures numériques », 2017.

Mougin, Pascal (dir), La Tentation littéraire de l’art contemporain, Presses du réel, 2017.

Noel, Urayoán, « The Queer Migrant Poemics of #Latinx Instagram », New Literary History 50, no. 4 (2019): 531-557, https://doi.org/10.1353/nlh.2019.0053

Penke, Niels, Instapoetry. Digital, image, texts. Palgrave Macmilan, 2023 (eBook), https://doi.org/10.1007/978-3-662-66834-4

Piazzesi, Chiara & Lavoie Mongrain, Catherine,  « Selfies de femmes, négociation normative et production de culture visuelle sur Instagram et Facebook », Recherches féministes, 33(1), 135–151, 2020. https://doi.org/10.7202/1071246ar

Théval, Gaëlle, « “La poésie est à la mode”, (Insta)poésies en performance », dans La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse, Fabula / Les colloques, 2021, en ligne : http://www.fabula.org/colloques/document7458.php.

Vodoz, Joséphine,  « Quelle poétique pour Instagram ? Possibles et contraintes du support : l’exemple d’@anthropie », Komodo 21, n° 12, 2019, C. Chatelet et G. Kergourlay (dir.), « Usages, formes et enjeux de la “poésie numérique” », en ligne : http://komodo21.fr/poetique-instagram-possibles-contraintes-support-lexemple-danthropie/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Mallah (19 février 2024). Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris). LPCM. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv4l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.