Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne)

Journée d’études “Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours”

30 mai 2024

En ligne

Date d’échéance des propositions : mercredi 20 mars 2024

Organisée par le CELIS, sous la direction de Kim Lefebvre et d’Hélène Vial (Université Clermont Auvergne, CELIS)

Texte de l’appel

Cette journée d’études s’inscrit dans un projet scientifique porté conjointement par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, UR 4280) et par le Centre International de Recherche « Catastrophes naturelles et développement durable »  (CIR-4) mis en place par le CAP 20-25 du label I-Site de l’Université Clermont Auvergne.

Le programme multidisciplinaire du CIR-4 vise à « étudier l’ensemble des facteurs de la chaîne des risques liés aux aléas naturels générateurs de catastrophes (éruptions volcaniques, séismes, tsunamis, orages, précipitations intenses, crues…), depuis l’aléa lui-même jusqu’à la prise en compte de ses dimensions humaines, sociales et économiques, afin d’en réduire les impacts et les conséquences ». Cette journée d’étude a pour objectif d’enrichir les recherches conduites par le CIR-4 sur les interactions complexes entre les aléas naturels et les sociétés avec une approche littéraire et, plus spécifiquement, sociopoétique. Celle-ci consiste à étudier l’influence des représentations sociales dans la création littéraire en ce qu’elles constituent un champ culturel servant d’avant-texte ; la compréhension des interactions entre les représentations sociales circulant dans l’imaginaire collectif et le processus d’écriture permet d’éclairer les œuvres et les réflexions et évolutions sociales qu’elles peuvent à leur tour susciter.

La présente journée d’étude vise à définir et à étudier les liens dynamiques entre les représentations sociales des catastrophes naturelles forgées à travers le temps et l’espace – sans aucune limitation, de l’Antiquité à nos jours et dans toutes les aires géographiques et culturelles – et les œuvres littéraires afin d’interroger le rôle de la littérature dans l’expression, la transformation et la diffusion de ces représentations. 

L’analyse de ces liens se fera notamment à travers trois perspectives :

La littérature comme espaces de mémoire, ou les témoignages littéraires sur les catastrophes naturelles comme premiers reflets des représentations sociales de ces événements

L’Histoire est ponctuée de grandes catastrophes naturelles, de l’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. au séisme et au tsunami qui touchèrent le Japon le 11 mars 2011 (entraînant l’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi), en passant par le grand séisme de Lisbonne le 1er novembre 1755. Ces aléas naturels ont fait l’objet de témoignages, notamment sous formes littéraires. Entre la perception brute de ces événements et leurs représentations littéraires dictées par des poétiques auctoriales, un rôle essentiel est joué par les représentations sociales qui se construisent à partir de et autour de la catastrophe. De quelles façons ces témoignages participent-ils à la construction et à la consolidation de représentations sociales sur les catastrophes naturelles ? Comment rendent-ils compte des réflexions sociales que ces événements ont engendrées ? Pourront être étudiés dans cette perspective des témoignages littéraires rendant compte de catastrophes naturelles, toutes époques et aires confondues.

La littérature comme réservoir de matrices culturelles sur les catastrophes naturelles, ou les représentations littéraires des aléas naturels comme reflets d’imaginaires sociaux sur ces événements

Si la perception des catastrophes naturelles à travers l’Histoire a permis d’enrichir sous forme de témoignages le champ littéraire, celui-ci se constitue aussi à partir de motifs spécifiques transmis depuis l’Antiquité. De la littérature archaïque grecque à la climate fiction contemporaine, l’écriture est l’un des principaux vecteurs de la construction, de la diffusion et de la mutation des représentations sociales des catastrophes naturelles. Elle porte ainsi sur ces événements, en une chaîne ininterrompue, des réflexions sociales qui s’avèrent particulièrement déterminantes dans le contexte actuel. En effet, parmi les principales menaces de la crise climatique de notre temps figurent la multiplication et l’intensification de catastrophes face auxquelles les sociétés sont de plus en plus vulnérables. La littérature occupe déjà une place de premier choix dans l’émergence et dans la diffusion de réflexions sociales contemporaines sur ces catastrophes, notamment à travers des genres nouveaux telle la cli-fi.

Les représentations sociales des catastrophes naturelles dans la littérature comme champ d’analyse

Si la littérature constitue à la fois un lieu de mémoire qui forge des représentations sociales sur les catastrophes naturelles par des témoignages et un réservoir de motifs bâti à partir des perceptions et des représentations sociales de ces événements qui, elles-mêmes, sont reconfigurées et diffusées au fil des productions littéraires, un possible champ d’analyse se dessine pour identifier les réflexions sociales sur les catastrophes naturelles portées par une œuvre dans une perspective plus contemporaine. Ainsi des auteurs et des penseurs de tous horizons invitent-ils à relire l’Odyssée d’Homère ou l’Énéide de Virgile à la lumière des crises climatiques de notre temps. Il s’agit donc ici de considérer la littérature et les représentations sociales des catastrophes naturelles qu’elle forge, diffuse et reconfigure comme un support analytique pour (ré)interpréter les œuvres et définir les réflexions sociales sur les catastrophes naturelles.

Modalités de soumission

Cet appel est ouvert à la fois aux chercheurs et chercheuses s’intéressant aux perspectives d’analyse proposées et aux auteurs et autrices dont les œuvres entrent en écho avec les thématiques mentionnées.

Les propositions de communication (titre et résumé), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, ne devront pas excéder une page. Elles sont à adresser à Kim Lefebvre (kim.lefebvre@uca.fr) et Hélène Vial (helene.vial@uca.fr) jusqu’au mercredi 20 mars 2024 inclus.



Citer ce billet
Flavie Falais (2024, 8 février). Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne). LPCM. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs89

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.