Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne)

Lieu : Université Paris Cité, salle 679C, Bâtiment des Grands Moulins, esplanade Vidal-Naquet, bâtiment C, 6e étage

Attention : ne pas confondre le bâtiment des Grands Moulins avec la Halle aux Farines, de l’autre côté de l’esplanade. En arrivant depuis la passerelle, il s’agit du grand bâtiment administratif sur votre gauche. L’entrée se fait au niveau de la grille située près de la sculpture de bateaux “Monochrome for Paris” de Nancy Rubins

 À distance :  en ligne sur Zoom

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions

  • Laurence Riu-Comut (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Quand le roman contemporain compose avec les films de genre : formes et enjeux de la transposition intermédiale du western et du film noir
  • Ada Lipman (INALCO) : Bien plus que des comédies musicales kitsch : comment étudier le cinéma populaire hindi (Bollywood) ?
  • Enzo Le Guiriec (Université Jean Moulin Lyon 3) : Le fait religieux japonais dans le jeu vidéo et le dungeon crawler

Présentation des interventions

  • Laurence Riu-Comut (Université de Pau et des Pays de l’Adour) – Quand le roman contemporain compose avec les films de genre : formes et enjeux de la transposition intermédiale du western et du film noir

Cette communication envisage le tropisme du roman contemporain vers le cinéma au prisme des genres filmiques, à l’intersection de l’intermédialité et de la généricité cinématographique. À partir de mes travaux de recherche doctorale, je propose une réflexion sur les outils et les méthodes permettant d’examiner l’empreinte du western et du film noir sur un corpus de romans des domaines français et anglo-saxon parus à partir du début des années 1980, période où le roman se tourne vers le cinéma, en particulier vers ses genres populaires. Ces derniers séduisent des romanciers soucieux de retrouver le plaisir du récit sur un mode critique, après une période de relatif essoufflement du roman sous l’effet des avant-gardes littéraires et du Nouveau Roman. Il s’agira dans un premier temps de présenter des indices de filmicité identifiés à partir de la théorie de l’intermédialité (Liliane Louvel), afin de considérer la transposition des formes et des représentations du western et du film noir dans le médium littéraire. Ce cadre théorique sera élargi dans un second temps pour étudier la transposition des genres du cinéma. La relation intermédiale est en effet complexifiée ici par le recyclage des codes, des stéréotypes et des mythologies du cinéma de genre – lieux, personnages et situations narratives, techniques et esthétiques filmiques. Je proposerai à cette fin des critères de généricité filmique, en me fondant sur les critères « sémantico-syntaxiques » que présente Rick Altman dans The American Film Musical (1987). À partir de ce cadre méthodologique, je m’intéresserai aux formes et aux enjeux de ces phénomènes d’intermédialité générique, de la carnavalisation des stéréotypes à la parodie des scénarios de genre, pour en interroger la portée critique. La réflexivité ludique permet en effet au roman contemporain d’interroger à la fois les conventions romanesques et filmiques, en un hommage paradoxal au cinéma de genre.

Laurence Riu-Comut est agrégée de Lettres modernes et docteure en Littérature générale et comparée. Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section, elle est membre de l’équipe « Arts et savoirs » de l’unité de recherche ALTER (« Arts/Langages : Transitions et Relations ») à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, où elle enseigne en tant que PRAG. Elle a soutenu en 2022 une thèse de doctorat intitulée « Ce que les genres du cinéma font au roman contemporain. Formes et représentations du western et du film noir chez les romanciers des domaines français et anglo-saxon depuis 1980 », réalisée sous la direction d’Yves Landerouin à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Depuis plusieurs années, elle a élargi ses travaux au genre policier dans le cadre du projet « ROM’POL. Le polar en langue romane, un patrimoine culturel émergent » porté par le consortium UNITA.

  • Ada Lipman (INALCO) – Bien plus que des comédies musicales kitsch : comment étudier le cinéma populaire hindi (Bollywood) ?

Le cinéma indien fête cette année son 110e anniversaire, ce qui nous donne l’occasion de nous interroger sur les méthodes d’analyse et d’études de cette cinématographie. Souvent considéré comme une pauvre copie du Hollywood, le cinéma populaire hindi, basé dans la ville de Mumbai (autrefois : Bombay, d’où le nom Bollywood), est souvent vu par le public occidental comme une bizarrerie, qui fait rire par son côté kitsch et absurde. Mais regarder (et d’autant plus étudier) le cinéma hindi avec le prisme occidental mène indiscutablement à une incompréhension et, en conséquence, un certain mépris encore souvent présent chez les cinéphiles occidentaux.

Les films populaires hindis (et d’autres films populaires indiens, car le « Bollywood » ne correspond pas à l’ensemble des cinématographies indiennes) sont souvent vus comme des « comédies musicales » et étonnent le public étranger quand ils ne s’inscrivent pas dans les codes de ce genre. Les comédies musicales sont caractérisées, avant tout, par la présence des chansons chantées par les personnages. Or, les chansons étant un des éléments-clés du cinéma populaire indien, elles ne déterminent aucunement le genre du film donné. Puisant dans une tradition différente de la tradition occidentale, notamment dans les différentes formes du théâtre local (de la théorie classique décrite dans le Nâtya-shâstra Traité sur les arts dramatiques, aux théâtres populaires urbains du XIXe siècle), le cinéma hindi doit être étudié à travers les codes culturels qui lui sont propres afin de pouvoir s’affirmer non seulement par sa production abondante, mais aussi par la qualité de ses oeuvres.

Je propose une intervention qui visera à présenter les racines et fondements du cinéma populaire en langue hindie, ainsi que quelques pistes et méthodes d’analyse.

Après des études de licence et de Master en hindi, spécialisation Arts et littérature (2015-2020), Ada Lipman est depuis 2020 doctorante contractuelle à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) à Paris, où elle enseigne les cinémas d’Asie du Sud. Elle y prépare au CERLOM (EA 4124) une thèse de doctorat intitulée L’Empereur Akbar, personnage de fiction littéraire et audiovisuelle en Inde et dans la diaspora indienne, de l’indépendance à nos jours, sous la direction de Harit Joshi et Stéphane Sawas. Son mémoire de Master portait sur les adaptations de la littérature européenne dans le cinéma hindi, en particulier sur la trilogie shakespearienne du réalisateur indien Vishal Bhardwaj. Un article basé sur ce mémoire de Master a été publié dans la Comparative Literature Review de l’Université Aristote de Thessalonique. Un autre article, basé sur sa recherche actuelle sera bientôt publié dans la rubrique « Fictions Historiques » de la Revue d’histoire culturelle. Dans sa recherche, elle s’intéresse aux relations entre différents arts, notamment entre la littérature et le cinéma, aux échanges entre l’Inde et l’Europe, ainsi qu’à la manière dont la culture populaire indienne d’aujourd’hui puise dans l’histoire du pays.

  • Enzo Le Guiriec (Université Jean Moulin Lyon 3) – Le fait religieux japonais dans le jeu vidéo et le dungeon crawler

Le fait religieux japonais, syncrétique, imprègne par ses motifs et son imaginaire culture et subculture de l’archipel. On peut cependant s’interroger sur la pertinence de son emploi pour déchiffrer l’environnement transmédia japonais, puisque les médias de masse postmodernes intègrent ce que la recherche japonaise nomme « animalisation » de l’audience et réification de signifiants sans signifiés. C’est notamment le cas pour le jeu vidéo, issu des technologies occidentales, et pour le genre dungeon-crawler héritier du jeu de rôle sur table. Nous explorerons trois facettes du fait religieux japonais au sens large (dans sa pluralité et ses mélanges) au sein de cette typologie, en suivant les unités morphologiques vidéoludiques minimales. D’abord, les enjeux audiovisuels, qui montrent un renversement identitaire. Le fantasme japonais, d’abord étranger, est intégré dans les discours des natifs sur leur propre histoire. Ensuite l’impact narratif, c’est-à-dire les motifs de la littérature religieuse et leur présence dans les narrations vidéoludiques, mais aussi les transformations qu’ils subissent et imposent sur les modalités narratives. Enfin la présence au coeur même des systèmes d’interaction du fait religieux. Ces trois points nous permettront de constater le besoin d’une réfection des outils méthodologiques conçus jusqu’alors pour étudier le jeu vidéo. En effet, ceux-ci sont en grande partie issus du travail occidental, une référence pour la ludologie japonaise. Le paradigme religieux pourrait montrer que des processus de synthèse masquent le coeur des phénomènes japonais, lesquels s’appuient toutefois toujours sur une ancre : le corps. Nullement répudié au Japon, il est aussi au fondement de l’activité (vidéo)ludique. Son apparente disparition dans le dungeon-crawler montrerait en vérité sa persistance. Le corps serait ainsi le point d’articulation entre influences extérieures et culture propre. Étudier le corps sacré au sein du jeu vidéo reviendrait à chercher ce qui le définit fondamentalement, quel que soit le domaine ou le médium.

Organisateurs·rices

Fanny Barnabé (Université de Namur), Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)



Citer ce billet
Fanny Barnabé (2024, 5 février). Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne). LPCM. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr89

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.