Julien Régibeau (Université de Liège)

Julien Régibeau est Maître de conférences et Assistant du Département des sciences historiques de l’Université de Liège.

Lauréat d’une bourse de recherche Jean Jacobs du Collegio dei Fiaminghi, auprès de L’Università degli Studi de Bologne en 2011-2012, il obtient une bourse Sciences-humaines de l’ULiège entre 2012 et 2013 puis un mandat d’aspirant FRS-FNRS entre 2013 et 2017. Docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie depuis 2019, il est membre de Transitions – Unité de recherches sur le Moyen Âge & la première modernité de l’Université de Liège. Il fait en outre partie du comité du groupe de contact FNRS ModerNum (réseau des modernistes francophones de Belgique), dont il est un membre actif depuis sa création en 2015. Lauréat d’une bourse d’Excellence WBI.WORLD (2021-2023) et d’une bourse de la Fondation Lambert Darchis (2022-2023), il a mené une recherche postdoctorale à Rome tout en assumant une charge d’enseignement à l’Université de Liège.

Son activité scientifique s’inscrit tout d’abord dans les champs de l’histoire politique et religieuse de l’Europe, au cours de la première modernité. A travers une approche culturelle de la diplomatie et de la paix ainsi qu¿une attention particulière portée à l’institution pontificale, il s’intéresse aux pratiques, aux discours, aux crises et aux accommodements qui régissent les rapports multilatéraux entre les pouvoirs occidentaux. Après avoir consacré ses recherches aux relations tant politiques qu’ecclésiastiques entre les Pays-Bas méridionaux, la péninsule ibérique et la curie romaine, dans la seconde moitié du XVIe siècle, il a étudié la reconfiguration de la culture diplomatique de la papauté lors du congrès de Westphalie (milieu XVIIe siècle). En 2019, il a soutenu une thèse intitulée « Faire face à l’incertitude du monde. Pratiques diplomatiques et identité politique du Saint-Siège à l’épreuve des paix de Westphalie (1639-1651) ». Les recherches qu’il a réalisé à Rome, auprès du Dipartimento di Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo de La Sapienza, portent sur les échanges interconfessionnels entre la machine diplomatique pontificale et les pouvoirs protestants.

Parallèlement, il s’intéresse dans ses enseignements et ses recherches au rôle social de l’historien, à l’épistémologie de l’histoire, à l’histoire publique et à la médiation des savoirs. Il a notamment travaillé sur les débats qui ont suivi la publication de l’History Manifesto ainsi que sur la parole des historiens sommés de prendre position face aux déboulonnages de statues d’esclavagistes et de colonialistes. Ces réflexions sont poursuivies sur le terrain de la Digital history, à la croisée de l’étude des représentations populaires du passé et des Games studies. Il mène actuellement des recherches consacrées aux discours sur l’époque moderne véhiculés par le Live game streaming.

Domaines de recherche

  • Histoire des temps modernes
  • Histoire politique
  • Histoire des religions
  • Histoire culturelle
  • Histoire sociale
  • Historiographie
  • Politique internationale
  • Représentations diplomatiques et consulaires
  • Communication politique
  • Communication et médiation
  • Religions chrétiennes

Fiche annuaire sur le site de l’Université de Liège

Publications et communications



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2024, 2 février). Julien Régibeau (Université de Liège). LPCM. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqtt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.