Séminaire LPCM – Séance 3, jeudi 11 janvier 2023, 17h-19h : “Prospective et science-fiction : enjeux méthodologiques ” (Pôle de Saint-Cloud / En ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séance 3 : Prospective et science-fiction : enjeux méthodologiques

Sur place : Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud, 11. avenue Pozzo di Borgo, salle de réunion, 2e étage.

 À distance :  en ligne sur Teams

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions :

  • Philippe Ethuin (INSPE Amiens) : Le téléphone dans les fictions prospectives parues dans la presse française (1876-1895)
  • Sarah Mallah (Université Gustave Eiffel) : Produire l’intérêt héroïque en littérature de science-fiction

Modératrice : Valérie Stiénon (Université Sorbonne Paris Nord)

Présentation des deux interventions :

Philippe Ethuin  : Le téléphone dans les fictions prospectives parues dans la presse française (1876-1895)

Inventé en 1876, le téléphone devient, dans la presse française, un sujet d’actualité à partir de mars 1877. Intégrant la culture médiatique de son époque, le téléphone est immédiatement l’objet de discours prospectifs, souvent sous la forme de courtes fictions mettant en récit(s) l’invention dans ses usages à venir. Ces fictions contenant des éléments de prospective — dont l’intention peut aussi bien être de commenter ou de railler l’actualité que de véritablement se projeter dans l’avenir —, s’insèrent dans des séries discursives variées et souvent imbriquées. Les effets et enjeux sont multiples : ces textes participent de l’appropriation d’une nouvelle technique de communication, de l’amorce d’un discours média-technique et nourrissent l’imaginaire social autant qu’ils s’en alimentent.

Relu au prisme contemporain de l’archéologie des média, l’imaginaire originel projeté à partir du téléphone relève des hésitations entre curiosité scientifique et applications pratiques, s’appuie sur les expériences menées, met en scène des inventeurs « géniaux », inscrit le téléphone dans des généalogies et envisage des usages à venir à partir des expériences réelles aussi bien que de besoins, de désirs et de fantasmes.

La numérisation massive de la presse permet désormais d’en consulter un grand nombre. Cependant, si elle permet la constitution de corpus et de sous-corpus, la recherche plein texte par mots clés et expressions sur des sites tels que Gallica ou RetroNews peut présenter des limites et des biais.

Dans le cadre de notre travail de recherche, nous sommes amené à utiliser en premier lieu les outils de recherche avancée de Gallica et RetroNews ainsi que des outils de lexicométrie comme Gallicagram et, en second lieu, à réfléchir sur les effets des requêtes de recherche sur la composition, l’exploration et l’analyse d’un corpus de presse hétérogène original. Enfin, après avoir construit à partir de textes du corpus des fiches documentaires indexées, nous utilisons le logiciel de visualisation de graphe documentaire Cosma permettant de « représenter des notes interreliées sous la forme d’un réseau interactif dans une interface web », qui facilite la circulation dans un échantillon du corpus retenu.

Philippe Ethuin est enseignant à l’INSPE d’Amiens (Université de Picardie Jules Verne). Ses recherches littéraires portent sur la science-fiction et l’anticipation ancienne (du XIXe siècle à 1945), l’émergence de la littérature d’imagination scientifique et la littérature populaire. Rattaché au laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts) de l’Université de Bordeaux Montaigne (UR 4426), il prépare une thèse en sciences de l’information et de la communication consacrée aux discours prospectifs sur les médias émergents dans la presse française du dernier quart du XIXe siècle.

Sarah Mallah  : Produire l’intérêt héroïque en littérature de science-fiction.

L’un des principaux objectifs de ma thèse est de (dé)montrer la production de l’intérêt héroïque, ses mécanismes et ses limites, dans la littérature de science-fiction en contexte médiatique. Le corpus de thèse comporte trois cycles science-fictionnels, de l’autrice québecoise Élisabeth Vonarburg (1981, 1992), de l’autrice américaine Lois Lowry (1993-2012) et de l’auteur français Serge Lehman (1996-1997).

Les méthodes de recherche articulent une analyse proche des textes — avec d’un côté les outils de la (néo)-narratologie (Genette 1972, Jouve 1992, Baroni 2007) et de l’autre ceux de l’analyse poétique de la SF (Langlet 2006, Saint-Gelais 1999, Bréan 2012, Huz 2022) — et l’étude comparatiste des œuvres en contextes culturels et socio-politiques, ceux-ci influençant autant leur production que leur réception (Besson 2016, Letourneux 2017).

L’état actuel des travaux a révélé l’importance de plusieurs plans d’analyse qui sont susceptibles d’éclairer la production de l’intérêt héroïque en SF : le lien entre le maillage générique des textes de science-fiction, et les récits et héros sériels dans les cultures populaires et éditoriales contemporaines ; le lien entre les attributs héroïques, plus ou moins archétypaux, plus ou moins liés au novum et à la démarche conjecturale de la SF, et les changements symboliques contemporains affectant le culte de l’héroïsme ; le lien entre les effets thymiques et poétiques d’un récit intrigant, et les pratiques de lecture actuelles modelées par les stratégies éditoriales et la culture fanique.

L’objectif méthodologique d’une participation au séminaire LPCM serait de réfléchir à l’élaboration d’un protocole d’analyse qui, articulant ces différents plans, permettrait de montrer comment un texte de science-fiction en contexte médiatique produit de l’intérêt héroïque, et donc crée des figures héroïques. Certaines questions se posent : quels sont les attendus méthodologiques nécessaires à l’élaboration d’un tel protocole ? Ce protocole doit-il/peut-il être transposable à tous les textes d’un corpus ? Peut-on imaginer un protocole avec une structure générale stable, et certains paramètres à géométrie variable en fonction des types de textes ?

Sarah Mallah est doctorante sous la direction d’Irène Langlet (laboratoire LISAA, Université Gustave Eiffel). Sa thèse s’intitule : « Le héros et l’héroïne de science-fiction (Vonarburg, Lowry, Lehman) ».

Organisateurs·rices

Fanny Barnabé (Université de Namur), Marie-Lucie Bougon (Université Paris Nanterre), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)



Citer ce billet
Marie Lucie Bougon (2024, 9 janvier). Séminaire LPCM – Séance 3, jeudi 11 janvier 2023, 17h-19h : “Prospective et science-fiction : enjeux méthodologiques ” (Pôle de Saint-Cloud / En ligne). LPCM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vk65

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.