Appel à communications : La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design (Nabeul, Tunisie)

La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design

Colloque international les 28 au 30 avril 2024

Complexe Culturel Néapolis Nabeul, Nabeul, Tunisie (5800)

Date d’échéance : 29 février 2024

Texte de l’appel : 

Le paysage n’est pas synonyme de la « nature » autant qu’il constitue l’une de ses constructions intellectuelles. Le jardin, à titre d’exemple, est un morceau arraché de la nature. Le paysage constitue son tableau. Il est en l’occurrence l’équivalent construit de la nature. Au lieu de faire nature, le paysage la traduit plutôt à travers une série de sublimations linguistiques et visuelles. Il n’est pas une image qui la représente. Il en constitue plutôt son icône. Dans ce paysage/icône, il y a une plus-value sublimatoire qui donne à ses attributs visuels ou linguistique une fonction rhétorique transposant l’artificiel sur le naturel ; ce qui rend les composantes du paysage visibles ou lisibles dans l’espace.

De ce fait, le « paysage » s’annonce comme une notion très ouverte à différents domaines. Elle peut toucher les arts visuels, la littérature, l’histoire, la géographie, l’écologie, le cinéma, le design… Sa présence se manifeste de façon variable suivant ses différents champs d’applications et ses multiples représentations culturelles.

En littérature, le terme « paysage » est une invention de l’époque moderne. Le dictionnaire de langue de Paul Robert le définit comme « la partie d’un pays que la nature présente à l’œil qui le regarde ». Cette définition met en relation trois éléments, à savoir le pays, la nature et le regard. Elle met l’accent sur la complexité et sur l’infini des possibilités de paysages étant donné que la nature est par définition changeante et que le regard est à chaque fois nouveau.

Dans le roman, par exemple, le paysage apparaît sous forme de passages descriptifs renfermant des références topographiques et/ou historiques nourrissant la narration.

Dans la poésie, le paysage a un statut particulier. Il change d’une école littéraire à une autre, d’un poète à un autre, d’un recueil à un autre. Dans la poésie romantique, par exemple, la nature se donne à lire comme un décor qui berce l’âme du poète et s’identifie à son intérieur au point d’en devenir le miroir, le reflet.

Dans la peinture, le paysage est une invention historique datée. Il renouvelle le statut de l’image représentative de la nature (eidolon) pour créer progressivement la possibilité de son autonomie esthétique. Le paysage pictural donne à voir, donc, une image de la nature sans en être la copie fidèle.

Dans la photographie, le paysage constitue un genre artistique des plus pratiqués dont l’objet consiste à effectuer des cadrages sur la nature pour reconstituer sa visibilité. Cependant, dans la photographie de paysage, il faut distinguer entre celui qui est naturel et celui qui est urbain car l’esthétique de l’image et son cadrage photographique ne sont pas les mêmes du tout.

Au cinéma, le paysage a pris place dans les années cinquante. Quand les salles de cinéma s’équipent d’écrans géants, la largeur de l’image filmique diffusée au spectateur se double et se triple par rapport à sa hauteur. Ce format panoramique englobe le spectateur au sein de l’action dramatique en l’intégrant dans un paysage assorti à son cadre filmique. Ce format prend aussi le visage comme paysage au cinéma pour que celui-ci devient une synthèse morphologie et physionomie. Il y a, en fait, une équivalence entre grand plan et visage car ce dernier est considéré en lui-même comme un grand plan et vice versa.

Dans le domaine du design, on pense le paysage comme un environnement, un milieu, une relation entre l’homme et la nature passant par la médiation culturelle. Il s’agit là de repenser les modalités de conceptualisation nécessaires à l’établissement d’un nouveau rapport réunissant l’humain et le naturel.

Axes du colloque proposés

Nous proposons à cet égard un ensemble de questions problématiques pour les chercheurs souhaitant contribuer à cette rencontre scientifique.

1- Représentations du paysage dans le roman

2- Représentations du paysage dans la poésie

3- Représentations du paysage dans les arts visuels (peinture, photographie, vidéo et cinéma)

4- Le paysage comme sujet de tournage au cinéma et la place réservée au spectateur

5- Le designer comme médiateur culturel entre l’humain et le naturel

Modalité de soumission

Les chercheurs souhaitant participer au colloque doivent envoyer une proposition comprenant : les coordonnées et l’affiliation de l’auteur, un résumé de l’intervention et 3 à 5 mots clefs.

Le tout ne doit pas dépasser les 1500 signes.

Les propositions peuvent être rédigées en arabe ou en français. Elles doivent être envoyées avant le 28 février 2024 à l’adresse : fabrique.paysage@gmail.com

Dates importantes

·        29 février 2024 – Date limite de réception des résumés

·        10 mars 2024 – Avis d’acceptation des résumés

·        1 avril 2024 – Le règlement des frais d’inscription

·        15 avril 2024 – Date limite pour soumettre une présentation PowerPoint

·        28-30 avril 2024 : déroulement du colloque international « La fabrique du « paysage » dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design » au centre culturel Néapolis à Nabeul.

Frais d’inscription

Les candidats sélectionnés devront verser les frais d’inscription de 250 dt sur le compte de l’association Rakch de la Culture, des Arts et du Design.

Ces frais couvrent l’accueil du conférencier pour une nuitée à l’hôtel Ghaya à Nabeul, les déjeuners et le diné ainsi que l’ensemble de la documentation spécifique au colloque.

Les frais de logement et de restauration sont pris en charge par l’association.

Comité scientifique

·        Hedia Abdelkafi, Professeure émérite de l’Enseignement Supérieur, Université El Manar

·        Khaled Abida, Maître de conférences, Université de Monastir

·        Nizar Ben Saad, Professeur de l’Enseignement Supérieur, Université de Sousse

·        Hayet Ben Charrada, Maître de conférences, Université El Manar

·        Wafa Abida, Maître de conférences, Université Paris I


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Mallah (10 janvier 2024). Appel à communications : La fabrique du paysage dans la littérature, les arts visuels, le cinéma et le design (Nabeul, Tunisie). LPCM. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkap


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.