Appel à contributions : Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte (revue ATeM n°9-1)

Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte

Revue ATeM N°9,1 (Janvier 2025)

Date d’échéance : 30 juin 2024

Éds. Agnetta, Marco / Fuchs, Gerhild / Mathis-Moser, Ursula /
Mertz-Baumgartner, Birgit / Messner, Monika

Texte de l’appel

Musik zur Sprache gebracht – La musique mise en langage. C’est ainsi que s’intitule un volume publié en 1984 par Carl Dahlhaus et Michael Zimmermann, contenant des textes sur l’esthétique musicale de trois siècles, qui montre (entre autres) que la musique incite depuis toujours – en dépit du topos de l’indicibilité – à la réflexion au moyen du langage. À l’inverse, les textes constituent également, à travers toutes les époques, une base riche pour les compositions musicales, que ce soit dans la mise en musique ou dans la mise en forme musicale de narrations initialement verbales (par exemple dans ce que l’on appelle la ‹ musique à programme ›). De telles pratiques légitiment le renversement créatif du titre cité : le langage – mis en musique. Ces transferts et médiations entre langage et musique, qu’ils soient artistiques ou méta-réflexifs, seront au centre du cahier thématique n°9,1 (janv. 2025) d’ATeM. La simple combinaison d’un texte et d’une musique (et d’une interprétation) – comme elle caractérise la chanson – n’est pas au centre de l’intérêt.

Les interactions entre la langue et la musique, entre l’art linguistique et l’art sonore, font l’objet d’une littérature désormais incommensurable. De nombreux auteurs, qui travaillent principalement dans le domaine de la linguistique ou de la sémiotique, se concentrent sur les différences et (plus rarement) sur les points communs entre la langue et la musique, offrant ainsi une large base de matériel à une sémiotique contrastive (cf. Bierwisch 2012, Overbeck/Heinz 2012). La langue chantée et le phénomène de la ‹ chantabilité › conduisent la linguistique (cf. Overbeck 2011, Schafroth 2012) et la traductologie (cf. Franzon 2015, Apter/Hermann 2016) à poser chacune leurs propres questions. Les études littéraires et culturelles s’intéressent à la manière dont les textes littéraires peuvent se référer à des (morceaux de) musique, en parler ou les imiter, et à la fonction, à l’importance et à l’impact que peut avoir le discours sur la musique dans les textes littéraires (cf. Gess/Honold 2017, Odendahl 2019). De tels aspects sont également importants dans les travaux de recherche traitant les livrets d’opéra, la mise en musique de la poésie ou la relation entre poésie et musique (cf. par exemple Klinkert/Pevoski/Vittoz 2020). Dans le domaine de la musicologie et des Music Studies ou Sound Studies, un appareil terminologique différencié s’est développé pour pouvoir parler des phénomènes sonores (p. ex. van Leeuwen 1999). Mais les écrits académiques ne sont pas les seuls à se référer aux interdépendances entre langage et musique : d’autres discours d’experts et d’amateurs font également référence aux interdépendances entre langage et musique, par exemple dans des critiques (de spectacles) (Stöckl 2011) ou des conversations interpersonnelles.

Dans le numéro thématique 9,1 d’ATeM, nous souhaitons rassembler des contributions qui mettent l’accent sur de tels passages de la musique au langage (dans l’allusion poétique ou la description méta-réflexive, cf. Neumann 1986, Kehr 2021) ainsi que du langage à la musique. Les exemples traités (textes, morceaux de musique, etc.) doivent provenir de l’aire culturelle romane, conformément au profil de la revue.

Selon la discipline, les questions suivantes peuvent servir de point de départ :

Linguistique et sémiotique

  • aspects de la théorie des signes du langage et de la musique à tous les niveaux sémiotiques (syntaxe, sémantique, pragmatique) ; divergences et points communs
  • caractéristiques des textes chantés et leur ‹ chantabilité ›
  • rôle des éléments prosodiques du langage dans la mise en musique
  • phonation et audition de la parole et du chant
  • constitution de la signification dans l’interaction intermédiale de la langue et de la musique (y compris la voix) dans différents genres, discours musicaux (programmes, comptes rendus de concerts etc.) et settings
  • la métaphore dans la description et la caractérisation du phénomène acoustico-sensoriel qu’est la musique

Musicologie

  • mise en musique
  • stratégies de description du phénomène sonore
  • discours musical et esthétique (p. ex. traités, commentaires, recensions et critiques concernant la musique, critiques de spectacles)
  • interaction musicale : comment le langage contribue-t-il au music making en groupe ? Comment des questions problématiques sont-elles traitées lors de l’exécution de musique écrite ou improvisée (par exemple lors des répétitions, en classe, dans les master classes) ? Dans quelle mesure la musique elle-même constitue-t-elle une ressource de communication pour l’interaction dans des environnements non musicaux ?
  • sémantique de la musique dans les paratextes de la composition et de la mise en scène

Littérature et études culturelles

  • la musique comme langage des sensations (ou affects)
  • les formes de discours sur la musique dans les textes littéraires
  • les tentatives de ‹ traductions › littéraires de morceaux de musique
  • les interactions intermédiales entre la musique et la littérature : la musique comme élément créateur de forme et de sens dans tous les genres de production littéraire / la littérature comme fondement de productions musicales ou musico-littéraires
  • la narrativité comme principe créatif dans le langage et la musique

Traduction et traductologie

  • traduction de textes liés à la musique (opéras, chansons, comédies musicales, etc.) et défis spécifiques de la traduction (rimes, rythme, phrasé, ‹ chantabilité ›, métaphores, noms propres, etc.)
  • analogie traducteur/traductrice – interprète musical/e ou musicien/ne – traducteur/traductrice
  • métaphores musicales dans des préfaces de traducteurs et des traités de traductologie

 Délais et langue des contributions

  • propositions de contribution (titre de travail plus résumé, 250-300 mots sans bibliographie) : jusqu’au 29 février 2024 à gerhild.fuchs@uibk.ac.at ou monika.messner@uibk.ac.at
  • langue de la contribution ou du résumé : de préférence le français, l’italien ou l’espagnol ; l’allemand ou l’anglais sont également possibles.
  • réponse sur l’acceptation de la contribution : 31 mars 2024
  • soumission de la contribution (30.000-45.000 caractères, bibliographie comprise) : jusqu’au 30 juin 2024
  • évaluation par les pairs : 1er juillet 2024 – 30 septembre 2024
  • information sur les évaluations : début octobre 2024
  • remise de la version corrigée : 31 octobre 2024
  • mise en forme et publication : décembre 2024 – janvier 2025

Bibliographie

Apter, Ronnie / Herman, Mark : Translating for Singing : The Theory and Craft of Translating Lyrics. London : Bloomsbury, 2016.

Bierwisch, Manfred : „Sprache und Musik. Zeichentypen und ihre Konsequenzen“. In : Overbeck, Anja / Heinz, Matthias (éds) : Sprache(n) und Musik. München : Lincom Europa, 2012. S. 3–21.

Dahlhaus, Carl / Zimmermann, Michael (éds) : Musik zur Sprache gebracht. Musikästhetische Texte aus drei Jahrhunderten. München/Kassel : dtv/Bärenreiter, 1984.

Gess, Nicola / Honold, Alexander (éds) : Handbuch Literatur & Musik. Unter Mitarbeit von Sina Dell’Anno. Berlin/Boston : De Gruyter, 2017.

Franzon, Johan : “Three Dimensions of Singability : An Approach to Subtitled and Sung Translations”. In : Proto, Teresa / Canettieri, Paolo / Valenti, Gianluca (éds) : Text and Tune : On the Association of Music and Lyrics in Sung Verse. Bern : Peter Lang, 2015. S. 333–346.

Kehr, Johanna : Sprache im musikalischen Handlungskontext. Christian-Albrechts-Universität zu Kiel : Dissertation, 2021.

Klinkert, Thomas / Pevoski, Anna / Vittoz, Numa (éds) : Poésie et musique. Redaktionelle Mitarbeit und Verantwortung Ursula Mathis-Moser. Numéro spécial ATeM 5,2 (2020), DOI : https://doi.org/10.15203/ATeM_2020.

Leeuwen, Theo van : Speech, Music, Sound. Basingstoke : Macmillan, 1999.

Neumann, Peter : „Warum reden wir über Musik?“. In : Musik und Bildung 18, 1986. S. 223–224.

Odendahl, Johannes (éd.) : Musik und literarisches Lernen. Innsbruck : University Press, 2019.

Overbeck, Anja : Italienisch im Opernlibretto. Quantitative und qualitative Studien zu Lexik, Syntax und Stil. Berlin/Boston : De Gruyter, 2011.

Overbeck, Anja / Heinz, Matthias (éds) : Sprache(n) und Musik. München : Lincom, 2012.

Schafroth, Elmar : „Sprache und Musik : Zur Analyse gesungener Sprachen anhand von Opernarien“. In : Overbeck, Anja / Heinz, Matthias (éds) : Sprache(n) und Musik. München : Lincom, 2012. S. 39–58.

Stöckl, Hartmut : „An den Grenzen des Sagbaren. Schreiben über Musik – Sprachliche Ressourcen der Klangbeschreibung“. In : Kodikas/Code, Ars Semeiotica 34 (1-2), 2011. S. 143–163.



Citer ce billet
Sarah Mallah (2023, 29 octobre). Appel à contributions : Entre mise en texte de la musique et mise en musique du texte (revue ATeM n°9-1). LPCM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r336

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.