Appel à contributions : Le tournant fongique

Échéance des propositions : 13 octobre 2023

Un corpus grandissant, comprenant fiction contemporaine, films, ainsi que des réseaux plus orientés vers les sphères politiques et pratiques, tels que formés par des collectifs dédiés à la publication de zines, l’organisation de conférences ou l’écriture, se saisit de discours portant sur le fait fongique, afin de penser les limites poreuses et perméables des corps, de reconsidérer notre relation à l’espace, au temps, à la mort et à la décomposition, et de concevoir de nouvelles méthodes de perception, d’existence et de résistance au pouvoir. L’aspect peut-être le plus attrayant de cette nouvelle forme de coexistence spatiale, où politique, ontologies et savoirs se trouvent placés en état d’intersection, tient à la position liminaire de l’organisme fongique : ni pleinement animal, ni végétal, mais lié à chacun biologiquement et évolutionnairement parlant. Ce paradigme, structurellement marqué par la bifurcation et l’ambivalence propres aux enchevêtrements fongiques, évoque et implique une gamme de relations désarçonnantes et symbiotiques, dans lesquelles un environnement objectifié, se rapportant à un Anthropos tout-puissant, cède la place à un devenir intra-actif (tel que proposé par Karen Barad). En effet, ce que les réseaux de filaments mycéliaux proposent, ce sont des organismes relationnels fructifères, mais, plus important encore, ce qu’ils soulignent, c’est la possibilité d’une résilience informée par relationnalité, qui réfute les corrélations linéaires de simple causalité.

Quand bien même l’intérêt porté aux réseaux fongiques n’est pas nouveau[2], on observe dans sa traduction récente, par exemple dans la dernière adaptation sous forme de jeu vidéo de The Last of Us, création de HBO, les zines publiés par le Spore Liberation Front, ou encore les bustes fongiques de Xiaojing Yan, une intention plus apparente, plus marquée, que les ontologies qui leurs sont liées défassent et déconstruisent nos approches existantes quant à la question de notre être au monde, et de notre devenir avec lui. Aussi, un tel balayage nous permet de constater un investissement du fait fongique et de ses réseaux mycélaires, à travers les potentialités ontologiques et politiques qu’ils renferment, marqué par une imminence et une urgence accrues. Nous proposons de désigner ce regain d’intérêt sous le vocable de tournant fongique. Ce regain d’intérêt ne se limite par ailleurs pas aux seules créations littéraires, filmiques et esthétiques : ainsi, les rencontres intitulées The Radical Mycology, qui se tiennent chaque année depuis 2011, permettent aux participants de chanter les vertus des champignons et de leurs réseaux mycélaires, à l’intersection des champs politique et éthique. Pareillement, Mushroom Writing School désigne désormais un type de collectif d’écriture qui place l’accent sur les pratiques créatives en réseaux d’inspiration mycélaire.

Lorsque Anna Tsing examina et retraça les relations matérielles aux multiples strates formées par les champignons matsutake, elle prononça par la même occasion la fin de l’hégémonie de la perspective de l’homme chrétien occidental, assurant que “[l]e temps est venu pour de nouvelles manières de raconter de vraies histoires au-delà des premiers principes de la civilisation. Débarrassées de l’Homme et de la Nature, toutes les créatures peuvent renaître à la vie, et les hommes et les femmes peuvent s’exprimer sans être enfermés dans les limites d’une rationalité imaginée étroitement.” (vii). Pour autant, une des difficultés principales que rencontre celui ou celle qui aborde les perspectives liminales, multiples et fortement stratifiées qu’ouvrent les réseaux fongiques, consiste dans la capacité à imaginer et concevoir, en dehors de cadres rationnels, les ontologies radicales qu’elles constituent. Ainsi que le soulève Merlin Sheldrake dans Entangled Life : “Est-il possible pour nous humains, dotés que nous sommes de cerveaux, corps et langages animaux, d’apprendre à comprendre des organismes si différents ? Et comment pourrions-nous être changés au cours de ce processus ?” (29) Que pourrait signifier le fait de porter notre attention sur le fait fongique—pas seulement les champignons en tant qu’organismes visibles et fructifères, mais l’entièreté de leurs complexes réseaux mycorhiziens interspécifiques—au-delà de la logique figurative, en tant que paradigme matériel pouvant, potentiellement, remettre en cause les cadres de pensée humanistes ? Ainsi Eugenia Bone considère-t-elle que l’examen du fait fongique nous apprend que “tout ce qui vit est pluriel.” (283). Dans ce sens, en tant qu’entités radicalement écologiques, les champignons incarnent la réalité fondamentale de l’état écologique d’interconnexion, de collaboration et d’enchevêtrement interspécifique. La notion de “poétique du compost” avancée par Serpil Oppermann réconcilie une “décomposition continuelle avec une recomposition” qui “nous conduit à l’écart de l’anthropocentricité, en transformant les lieux de décomposition en lieux vibrant d’imaginations fécondes.” (136-137).

Le présent appel à contributions invite à considérer et investir les espaces et organismes fongiques comme des lieux de connexion à part entière entre arts et sciences, des lieux de pluralité et de résilience, traversant la littérature, le film, les arts et les médias. Au-delà d’une simple prise en compte des champignons en tant que métaphore, comment peut-on également prendre part à l’opération de ces territoires du fongique, dans leur refus de disparaître, et leur capacité à s’épanouir dans des conditions extrêmes – accomplissant une régénération vitale à partir de la mort et de la décomposition – dans leur potentialité aussi de défaire notre manière de considérer comme acquises nos ontologies comme nos épistémologies anthropocentriques ?

Dans ce contexte, nous adressons notre appel dans le but de recueillir les contributions portant, de façon non exclusive, sur les sujets suivants :
• Spatialité et environnement fongiques
• Concepts tels que contamination, résistance et résilience fongiques
• Spatialité queer, devenir queer et weird dans la littérature et les médias spéculatifs
• Excès d’espace et corps/porosité/fusion/co-constitution /contamination/concorporation
• Approches fongiques de l’Anthropocène, du Capitalocène, etc.
• Représentation fongique dans le bio-art, les médias visuels et la littérature
• Résistances et résiliences écocritiques par le biais des organismes fongiques dans la littérature et les médias
• Réappropriations néolibérales de discours fongiques et posthumanistes portant sur la multiplicité, et
critiques de celles-ci
• Approches matérielles des réseaux fongiques et mycélaires
• Économies de champignons/économies fongiques et critique dans et autour de ses rapports réels de productions/distribution et échange
• Décompositions et recompositions onto-épistémiques et fongique.
• Nous invitons également les essais créatifs sur les champignons, les réseaux fongiques et les enchevêtrements, les œuvres d’art originales, des pièces performatives, des poèmes et d’autres arts.

Veuillez envoyer votre proposition de chapitre de 600 à 900 mots avec un titre provisoire, une bibliographie et votre courte biographie à fungalturn@gmail.com pour le vendredi 13 octobre 2023.

Pour des questions ou préoccupations à propos de cet appel à contributions, veuillez contacter Dr Elif Sendur (elifsendur@gmail.com) et/ou Dr Allison Mackey (dramackey@gmail.com).

Chronologie provisoire pour cet hors- série :
Deadline to submit initial abstracts: October 13, 2023, Friday
Acceptance notices for the abstracts: October 27, 2023, Friday
First drafts deadline: January 12, 2024, Friday
Peer Reviews deadline: February 23, 2024, Friday
Second Round of Edits Deadline: March 22, 2024 Friday
Final version submissions deadline: May 3, 2024 Friday

[1] For example Suzanne Simard’s introduction of the notion of the wood wide web (to describe the complex underground web of roots and mycorrhizal fungi that connect trees and other plants to one another) in the 1990s drew serious attention to the idea of mycelial relations.
[2] En effet, l’introduction par Suzanne Simard, dans les années 1990, de la notion de Wood Wide Web (mettant en avant le complexe réseau de racines et champignons mycorhiziens qui connecte arbres et autres plantes les uns et unes aux autres), entraîna dans son sillage un fort intérêt pour les relations mycéliales.



Citer ce billet
Marie Lucie Bougon (2023, 2 octobre). Appel à contributions : Le tournant fongique. LPCM. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r321

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.