Appel à communications : L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy (Les Têtes Imaginaires)

Journée d’études “L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy”

2 et 3 février 2024 (14h-18h)

En ligne

Échéance des propositions : 20 novembre 2023

Organisé par l’association les Têtes imaginaires (revue Fantasy Art and Studies). 

 

Crédits illustration : Justine Pellet 

[English version below]

Texte de l’appel

Parmi de nombreuses caractéristiques communes, la Fantasy s’inscrit dans la lignée des contes de fées par son usage régulier de vêtements et d’accessoires surprenants, aptes à jouer le rôle d’adjuvants ou à orienter profondément la narration. En écho aux robes astronomiques astucieusement réclamées par Peau d’Âne, ou aux bottes de sept lieues du Petit Poucet, la Fantasy met en scène de nombreuses tenues symboliques, révélatrices ou parfois trompeuses, qui contribuent à tisser des enjeux narratifs parfois complexes et à étoffer – littéralement – le récit. Dans la version cinématographique du Magicien d’Oz (1939), c’est grâce à des souliers rouges que la jeune Dorothy parvient à retrouver son Kansas natal – des accessoires d’ailleurs eux-mêmes objets de nombreuses spéculations, volés, retrouvés et toujours nimbés de mystère. C’est un pantalon qui sert de trait d’union à la fois magique et émotionnel entre les héroïnes de Quatre filles et un jean (2001-2011). Dans La Passe-miroir (2013-2019), les gants constituent certes un accessoire, mais sont surtout un outil de protection nécessaire pour Ophélie, qui lui permet de contrôler son talent de liseuse d’émotions. Parmi toute la variété des objets aux capacités magiques, les vêtements occupent une place de choix en Fantasy. Certains sont finement détaillés et unissent par leur apparence travaillée l’art magique à l’artisanat couturier, comme les robes de la lune, du soleil et des étoilées taillées et brodées par l’héroïne de The Blood of Stars (2019-2020). D’autres semblent anodins et dissimulent de grands pouvoirs sous une apparence ordinaire, comme la simple chaussette devenue symbole d’émancipation de l’elfe de maison Dobby dans Harry Potter (1997-2007). Cette saga se distingue même tout particulièrement par son usage de vêtements et d’accessoires magiques, du Choixpeau décidant de la répartition des élèves de Poudlard à la cape d’invisibilité issue du Conte des trois frères. Ces objets associent une apparence de familiarité rassurante à des caractéristiques magiques, qui invitent à percevoir le quotidien au prisme d’un potentiel merveilleux.

D’ailleurs, même lorsque les vêtements eux-mêmes ne sont pas toujours investis d’une force surnaturelle, ils n’en restent pas moins des outils souvent décisifs dans la construction de l’identité, de la reconnaissance et du pouvoir des personnages. Certes, si l’habit ne fait pas le moine, dans les univers de Fantasy il y contribue malgré tout activement. Gandalf est-il tout à fait le même lorsqu’il troque son manteau gris pour une robe de mage blanc (J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux, 1954-1955) ? L’identification des Istari de la Terre du Milieu par leur couleur, associée à différents statuts et pouvoirs, montre bien à quel point l’apparence joue aussi un rôle dans la construction des personnages et dans la façon dont ils font évoluer le récit. Genre à la fois de l’imaginaire, du symbolique et de la représentation, la Fantasy donne fréquemment à voir des vêtements sur-signifiants, dont la portée s’étend bien au-delà d’une fonction pratique. Le soin accordé à la description des tissus des robes dans Le Sorceleur d’Andrzej Sapkowski (1986-2013) rappelle par exemple que la beauté des magiciennes est une arme magique et politique, bien avant de convoquer des enjeux esthétiques. Le vêtement révèle autant qu’il dissimule, permettant aux auteurs et autrices de construire des attentes ou au contraire de les détourner, témoins les nombreux épisodes de travestissement des héros. En faisant passer de femme à homme, de pauvre à riche ou inversement, la tenue vestimentaire aide à définir les personnages, et permet tour à tour d’en cacher ou d’en dévoiler les secrets. Les pratiquantes et pratiquants de cosplay ne s’y trompent d’ailleurs pas, en faisant de la tenue un vecteur d’enjeux plus larges associés aux protagonistes et au contexte dans lequel ils évoluent. En ce sens, les propositions pour cette journée d’études pourront également porter sur les pratiques vestimentaires de fans et l’art du cosplay de Fantasy, dans la mesure où le dessin et la conception matérielle des tenues peuvent constituer des éléments extérieurs décisifs dans la création des personnages.

Les propositions pourront porter sur des études de cas spécifiques, ou sur des analyses plus globales, prenant en compte la question de la représentation vestimentaire en Fantasy et son impact sur la construction et la réception des récits. L’étude pourra être étendue aux accessoires vestimentaires, type chapeaux, écharpes, gants, chaussures, etc. Les propositions pourront aborder, sans s’y limiter, les axes de recherche suivants :

  • l’usage symbolique des couleurs, motifs et matières des vêtements et des accessoires vestimentaires des personnages ;
  • l’évolution des tenues des personnages, ou au contraire leur fixité ;
  • la modernisation des vêtements et des accessoires vestimentaires dans les réécritures et adaptations d’œuvres de Fantasy ;
  • l’inspiration historique ou tirée d’autres genres littéraires et artistiques dans la représentation des vêtements et accessoires vestimentaires en Fantasy ;
  • l’absence de vêtements, totale ou partielle, et l’imaginaire qu’elle convoque ;
  • la spécificité (ou non) du cosplay de Fantasy ;
  • etc. 

Modalités de soumission

La journée d’études se déroulera en ligne, les après-midis des vendredi 2 et samedi 3 février 2024. Les propositions de jeunes chercheurs et chercheuses sont notamment les bienvenues.

Les propositions de communication (.doc ou .docx), en français ou en anglais, d’environ 2000 signes, présenteront clairement une question de recherche, un cadre théorique et méthodologique ainsi que les principaux axes d’analyse envisagés. Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique, et seront adressées conjointement à fantasyartandstudies@outlook.com et justine.breton@univ-reims.fr pour le 20 novembre 2023 au plus tard.


English version

Fantasy Clothing

Among many common characteristics, Fantasy is rooted in the tradition of fairy tales through its frequent use of surprising clothing and accessories, capable of acting as aids and profoundly shaping the narrative. Echoing the cleverly requested astronomical dresses of Donkeyskin, or the seven-league boots of Little Thumb, Fantasy showcases numerous symbolic, revealing, or sometimes deceptive outfits, which contribute to weaving complex narrative stakes and to enriching the story. In the cinematic version of The Wizard of Oz (1939), young Dorothy manages to find her way back to her native Kansas thanks to red shoes – accessories that have been the subject of numerous speculations, since they have been stolen, recovered, and are stil surrounded by mystery. In The Sisterhood of the Traveling Pants (2001-2011), a pair of jeans serves as a magical and emotional connection between the heroines. In The Mirror Visitor (2013-2019), gloves are an accessory, but they are also primarily a necessary protective tool for Ophelia, allowing her to control her talent as an emotion reader. Among the wide variety of objects with magical capabilities, clothing holds a significant place in Fantasy. Some are intricately detailed, uniting magical art with couture craftsmanship, like the moon, sun, and starry dresses tailored and embroidered by the heroine of The Blood of Stars (2019-2020). Others appear insignificant and hide great powers beneath an ordinary appearance, like the simple sock that becomes a symbol of emancipation for the house elf Dobby in Harry Potter (1997-2007). This saga even stands out particularly for its use of magical clothing and accessories, from the Sorting Hat determining Hogwarts students’ houses to the invisibility cloak from the Tale of the Three Brothers. These objects combine a reassuring sense of familiarity with magical characteristics that invite perceiving everyday life through the prism of wonder.

Moreover, even when pieces of clothing themselves are not always imbued with supernatural power, they nonetheless frequently remain decisive tools in character identity, recognition, and power construction. Indeed, while clothes do not make the man, in Fantasy universes they nevertheless actively contribute to defining characters. Is Gandalf quite the same when he exchanges his grey cloak for a white wizard’s robe (J.R.R. Tolkien, The Lord of the Rings, 1954-1955)? The identification of the Istari in Middle-earth by their colours, associated with different statuses and powers, clearly shows how appearance also plays a role in character construction and narrative evolution. As a genre encompassing the imaginary and the symbolic, Fantasy frequently features over-significant garments, the importance of which extends far beyond their practical function. The careful description of the fabrics used in the dresses in Andrzej Sapkowski’s The Witcher series (1986-2013), for example, serves as a reminder that the beauty of the sorceresses is a magical and political weapon, well before invoking aesthetic concerns. Clothing reveals as much as it conceals, allowing authors to build expectations or, conversely, to subvert them, as seen in the numerous instances of hero disguises. By transforming from woman to man, from poor to rich, or vice versa, attire helps define characters and alternately conceals or unveils their secrets. Cosplayers are not mistaken in this regard, using clothing as a medium for broader issues associated with protagonists and their evolving contexts. In this sense, proposals for this online symposium could also focus on fan clothing practices and the art of Fantasy cosplay, given that the design and material conception of costumes can play crucial external elements in character creation.

Proposals can address specific case studies or broader analyses, taking into account the question of clothing representation in Fantasy and its impact on narrative construction and reception. Analyses could also extend to clothing accessories such as hats, scarves, gloves, shoes, etc. Proposals could explore, among other things, the following research topics:

  • the symbolic use of colours, patterns, and materials in the characters’ clothing and clothing accessories;
  • the evolution of characters’ attire or, conversely, their constancy;
  • the modernization of clothing and clothing accessories in rewritings and adaptations of Fantasy works;
  • historical inspiration or inspiration drawn from other literary and artistic genres in the representation of clothing and clothing accessories in Fantasy;
  • the absence of clothing, whether total or partial, and the imagination it invokes;
  • the specificity (or lack thereof) of Fantasy cosplay;
  • etc.

Terms of submission

This online symposium will take place on Friday 2 February and Saturday 3 February 2024. Proposals from young researchers are especially welcome.

 Abstracts of approx. 300 words (.doc or .docx), written in English or French, shall clearly present a research thesis, a theoretical basis and methodology, as well as the main ideas developed within the paper. The proposal will include a short biographical presentation of the authors, and they shall be sent jointly to fantasyartandstudies@outlook.com and justine.breton@univ-reims.fr before November 20th, 2023. Enquiries can be sent to the same addresses.


Comité scientifique / Scientific committee

Viviane Bergue, docteure en littérature comparée, éditrice de la revue Fantasy Art and Studies – PhD in Comparative Literature, editor of Fantasy Art and Studies

Justine Breton, maître de conférences en littérature française – Associate Professor, Université de Reims Champagne-Ardenne

Florie Maurin, docteure en littérature française – PhD in French Literature

Audrey Tuaillon Demésy, professeur des universités en STAPS – Professor in Sports Science, Université de Franche-Comté

Bibliographie indicative / Reference list

Anthore-Baptiste Soline et Baptiste Nicolas, « Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité », dans Florian Besson et Justine Breton (dir.), Médiévalisme en séries, Mundus Fabula [En ligne], dossier thématique, 2023, à paraître.

Flannery Kathryn T., The Emperor’s New Clothes: Literature, Literacy, and the Ideology of Style, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1995.

Gilsdorf Ethan, Fantasy Freaks and Gaming Geeks, Guilford, The Lyons Press, 2010.

Maurin Florie, « “Qu’est-ce que vous êtes ?” La sanctification d’Alina Starkov dans Shadow and Bone », Fantasy Art and Studies n° 14 : Identités en mouvement / Moving identities in Fantasy fiction – Actes de la journée d’études « Construction et évolution de l’identité dans les séries TV de Fantasy », été/summer 2023, p. 143-153.

Timoner Amelha, « Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir », dans Justine Breton (dir.), Ces petites filles qui lisent, Cahiers Robinson n° 51, Arras, Artois Presses Université, 2022, p. 43-55.

Winge Therèsa M., Costuming Cosplay: Dressing the Imagination, Londres, Bloomsbury Visual Arts, 2018.



Citer ce billet
Flavie Falais (2023, 7 septembre). Appel à communications : L’étoffe des héros : le vêtement de fantasy (Les Têtes Imaginaires). LPCM. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r31b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.