Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

PRAG, Docteur en Littérature générale et comparée – Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section

Laurence Riu-Comut est agrégée de Lettres modernes et docteure en Littérature générale et comparée. Qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 10e section, elle est membre de l’équipe « Arts et savoirs » de l’unité de recherche ALTER (« Arts/Langages : Transitions et Relations ») à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, où elle enseigne en tant que PRAG. Elle a soutenu en 2022 une thèse de doctorat intitulée « Ce que les genres du cinéma font au roman contemporain. Formes et représentations du western et du film noir chez les romanciers des domaines français et anglo-saxon depuis 1980 », réalisée sous la direction d’Yves Landerouin à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Domaines de recherche 

  • Littérature et cinéma, littérature et séries, intermédialité, transmédialité
  • Roman contemporain des domaines français et anglo-saxon
  • Genres cinématographiques (film noir, western)
  • Roman policier en langues romanes, roman policier régional

Thèse de doctorat (2022) 

Cette thèse est consacrée à l’examen de l’influence du film noir et du western sur le roman français et anglo-saxon à partir du début des années 1980. L’on sait que le cinéma fait désormais figure de modèle pour l’écriture romanesque, et l’empreinte du septième art sur la littérature est l’objet de nombreuses études critiques, mais la question de l’influence particulière des genres filmiques a quant à elle été peu envisagée. Or, le film noir et le western sont deux genres populaires qui ont séduit des romanciers cinéphiles soucieux de renouer avec le plaisir du récit tout en jouant avec ses codes, après une période de relatif essoufflement du roman sous l’effet des avant-gardes formalistes et du Nouveau Roman durant les années 1960 et 1970. Le corpus réunit des romans et des récits des domaines anglais (Martin Amis, Angela Carter), américain (Paul Auster, Robert Coover) ou français (Patrick Chatelier, Jean Echenoz, Christine Montalbetti, Tanguy Viel). Ces fictions portent en effet la marque des genres du cinéma : l’on observe entre le code littéraire et le code cinématographique un jeu de transactions et d’influences, complexifié par la présence des figures du film noir et du western – lieux, personnages et situations narratives, techniques et esthétiques filmiques. L’étude des procédés de transposition des codes filmiques est fondée sur la théorie de l’intersémioticité (Louvel) et sur la théorie de la généricité filmique (Altman). Il s’agit d’envisager les modalités et les enjeux de la transposition littéraire de ces codes génériques. La relation ludique, ironique ou parodique aux genres du cinéma participe du renouveau romanesque : en détournant les stéréotypes filmiques, le roman met en œuvre un jeu réflexif qui lui permet de porter un éclairage critique sur ses propres conventions, tout en rendant hommage au cinéma de genre.

CV complet



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2023, 4 septembre). Laurence RIU-COMUT (Université de Pau et des Pays de l’Adour). LPCM. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r317

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.