Réédition : Sous couleur de jouer – La métaphore ludique (Jacques Henriot)

Couverture

Jacques Henriot, Sous couleur de jouer: La métaphore ludique, ENS Éditions/Experice, 2023 [1989]

Disponible en open access

Résumé

Sous couleur de jouer : la formule est de Claude Lévi-Strauss. Elle donne à croire que la conduite ludique dissimule sa véritable essence. Que fait celui dont on dit qu’il joue ? Au départ de ce livre, il y a le refus de prendre le jeu pour quelque chose qui va de soi, pour une manière d’être et de faire immédiatement abordable et déchiffrable : l’intention de le considérer plutôt comme une attitude mentale, une aventure intérieure presque impossible à saisir, que l’on ne parvient à identifier, à désigner, à décrire qu’au moyen de mots. Nul ne se comprend, ne se fait comprendre qu’en passant par des façons de dire (et de penser) tirées de l’expérience commune. La Psyché de Pierre Corneille, dans son trouble, découvre cette évidence :
Et je dirais que je vous aime,
Seigneur, si je savais ce que c’est que d’aimer.
Ainsi, le joueur ne peut dire qu’il joue, ne peut dire s’il joue – et d’abord ne peut jouer qu’à la condition de savoir ce que c’est que le jeu. Rencontrée en cet étrange détour, l’idée de Jeu relève plus d’une approche anthropologique que d’une élucidation d’ordre psychologique. Quand on s’attache à traiter de l’indicible, ne convient-il pas, au moins pour commencer, de prêter attention à ce qui s’en dit ?

Publié initialement par José Corti en 1989, épuisé depuis plusieurs années, il était urgent de rééditer cet ouvrage fondamental de Jacques Henriot, permettant tout autant de penser le jeu que de critiquer des pensées trop rapides pour analyser ce qui fait jeu et, peut-être plus, le jouer.

Abstract

Sous couleur de jouer: the phrase comes from Claude Lévi-Strauss. It suggests that playful behaviour conceals its true essence. What is someone who is said to be playing doing? The starting point of this book is the refusal to take play for granted, as a way of being and doing that is immediately accessible and decipherable: the intention to consider it more as a mental attitude, an inner adventure that is almost impossible to grasp, that we can only identify, designate and describe through words. No one understands themselves, or makes themselves understood, except through ways of saying (and thinking) drawn from common experience. Pierre Corneille’s Psyché, in her confusion, discovers this obvious fact:
And I would say that I love you,
Lord, if I knew what it is to love.

So the player cannot say that he is playing, cannot say if he is playing—and first of all can only play if he knows what it is to play. In this strange roundabout way, the idea of play is more an anthropological approach than a psychological elucidation. When we set out to deal with the inexpressible, is it not appropriate, at least to begin with, to pay attention to what is said about it?

Originally published by José Corti in 1989, and out of print for several years, Jacques Henriot’s seminal work urgently needed to be republished, as much as a way of thinking about play as a way of criticising thinking that is too quick to analyse what makes play and, perhaps more importantly, the play itself.



Citer ce billet
Fanny Barnabé (2023, 13 juillet). Réédition : Sous couleur de jouer – La métaphore ludique (Jacques Henriot). LPCM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r30r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.