Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université)

Appel à contributions pour une journée d’étude : Rap queer francophone : formes et enjeux

14 avril 2023, CY Cergy Paris Université

Échéance des propositions : 7 janvier 2023

Le rap est un genre réputé misogyne, qui met souvent à l’honneur des hommes performant une forme de masculinité hégémonique. Pourtant, de nombreux travaux universitaires se sont attelés à l’analyse de ces performances de genre, pour montrer principalement la façon dont les rappeuses se font une place dans ce milieu (Djavadzadeh, 2021 ;  Ghio, 2020 ;  Bertot, 2019, Bettina Ghio). D’autres ont aussi pu montrer que les masculinités du rap sont variées et largement construites par un discours extérieur et racialisant (Dalibert, 2018).

Cependant, depuis quelques années un certain nombre de rappeurs et rappeuses semblent sortir, dans un même mouvement, de la binarité de genre et d’un discours opposant féminisme  et misogynie, pour se revendiquer du queer. Au Etats-Unis d’abord, avec par exemple Princess Nokia, Mikky Blanco, Big Freedia, Zebra Katz, Youg M.A., Tylor the creator, Lil Nas X ou Franck Ocean ; puis en France, avec entre autres Lalla Rami, Turtle white, Shany Da Flava, Illustre, Lala &ce ou Nyoko Bokbae.

Il s’agira d’étudier la façon dont ce rap, qui se revendique comme queer, invente de nouvelles formes, sur le plan visuel (clip), musical, textuel ; on pourra par exemple étudier la façon dont les clips de ces artistes font de la performance de genre un espace ludique et coloré d’expression de soi ; étudier la place qu’occupe, ou pas, la dénonciation des discriminations de genre : on pourra à ce sujet montrer que certain.es conservent un discours de dénonciation explicite (Illustre, « Type Chelou »), quand d’autres font du clip un espace non conflictuel dans lequel l’expression de soi se fait librement ; on pourra s’attacher à analyser une possible correspondance entre la performance de la non-binarité des artistes, dans les clip, et leur musique : Lala &ce et Nyoko Bokbae font ainsi le choix du « cloud rap », sous-catégorie du rap caractérisé par un tempo assez lent et une instrumentation aérienne, ainsi que des paroles volontiers absurdes ou décousues. Se jouerait alors une esthétique ambiguë et ludique, loin du militantisme féministe et explicite d’autres rappeuses (Chilla, Sale chienne ; Meryl et Rachelle Allison Ma Petite).

On pourra aussi interroger la façon dont ces artistes cherchent à se situer dans la société  (Hammou, 2012 : 221), en étudiant par exemple les pochettes d’album, les interviews, ou les autres formes d’expression publique, pour voir si on peut repérer des tendances spécifiques à ce rap queer. Existe-t-il entre elles et eux des stratégies de soutien, par exemple par le biais du featuring, dont Karim Hammou a montré qu’il fonctionne dans le rap comme un réseau de légitimation par les pairs ? Tentent-ils et elles de se démarquer d’une génération précédente ? Cherchent-ils et elles à être associé.es les un.es aux autres ? Mettent-ils et elles en avant leur identité de genre et revendiquent-ils et elles de faire un rap queer 

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 7 janvier 2023 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr. Les personnes dont les propositions auront été retenues seront informées à la fin du mois de janvier 2023.

Bibliographie indicative 

Bertot, Sylvain, Ladies first, Une anthologie du rap féminin en 100 albums, Marseille, Le Mot et le reste, 2019.

Bouton, Eloïse, Madame Rap, Homepage – Le premier média dédié aux femmes et aux LGBT+ dans le hip hop (madamerap.com).

Carinos, Emmanuelle, Hammou, Karim (éd.), Perspectives esthétiques sur les musiques hip-hop, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2020.

Dalibert, Marion, « Les masculinités ethnoracialisées des rappeur.euse.s dans la presse »,  dans Marion Carrel, Julienne Flori, Irène Jami, Patricia Osganian, Patrick Simon, Anna Zielinska (dir.) , dossier « La battle du rap : genre, classe, race », revue Mouvements n° 96, La Découverte, 2018.

Djavadzadeh, Keivan, Hot, Cool & Vicious. Genre, race et sexualité dans le rap états-unien, Paris, Amsterdam éditions, coll. « Les Prairies ordinaires », 2021.

Djavadzadeh, Keivan, « The motherfucking bitch era : la transition hardcore du rap féminin », dans Marion Carrel, Julienne Flori, Irène Jami, Patricia Osganian, Patrick Simon, Anna Zielinska (dir.) , dossier « La battle du rap : genre, classe, race », revue Mouvements n° 96, La Découverte, 2018.

Hammou, Karim, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012.

Hammou, Karim, Sonnette, Marie, 40 ans de musique hip hop en France, Paris, Presses de Science Po, 2022. 

[Rediffusion] Table ronde : féminités et masculinités dans le rap et le hip hop.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anaïs Goudmand (1 juin 2023). Appel à contributions : Rap queer francophone : formes et enjeux (CY Université). LPCM. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2zp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.