Journée d’études: Alexandre Dumas ou l’art de bien commencer

Alexandre Dumas ou l’art de bien commencer

9 juin 2023

Université de Rouen
UFR des Lettres
Salle du Conseil
Bâtiment A / 3

Organisée par Julie Anselmini (Caen, LASLAR)
& Sylvain Ledda (Rouen, CÉRÉdI)

 

Qui a lu Alexandre Dumas sait à quel point le commencement de l’œuvre est un moment fort pour le lecteur, qui correspond à une plongée savamment mise en scène dans un univers fortement référentiel sur le plan géographique, historique ou moral. Les premiers mots, les premières phrases ou les premières répliques, l’apparition d’un nom, les pages inaugurales fixent un imaginaire puissant, souvent un cadre spatio-temporel précis, à l’intérieur duquel se mouvront bientôt les personnages. Raconter, c’est pour Dumas susciter d’emblée un intérêt fort, une aimantation d’autant plus opérante qu’elle est à la fois vraisemblable (banale) et extraordinaire (dépaysante). Commencer une œuvre, c’est aussi lui donner un ton, une couleur. Or une situation initiale qui offre telle tonalité ou telle teinte cache souvent chez Dumas un mystère, une réversibilité sousjacente, qui pose rapidement le système agonistique qui fonde le drame.  Le commencement chez Dumas est un capteur d’attention, conçu pour inciter le lecteur/spectateur à tourner la page, à attendre avec impatience la scène suivante. Lieu de rencontre crucial entre Dumas et son lecteur, le début d’une œuvre dévoile donc des stratégies esthétiques singulières que la présente entreprise collective se propose d’analyser.

Le programme détaillé apparaît plus bas.


À l’exclusion d’aucun des genres abordés par Dumas, il s’agira d’interroger les « seuils » de l’œuvre dumasienne, qu’ils soient théoriques (préfaces, avant-propos, commentaires liminaires), fictionnels (incipit, scènes d’exposition) ou autobiographiques (souvenir personnel, point de départ puisé dans la vie de l’auteur). Observe-t-on des invariants, des schèmes récurrents qui relèveraient d’une poétique propre à Dumas ? Dans cet orbe, on pourra étudier la manière dont les incipit de romans, qui appartiennent aux mêmes cycles, se répondent et construisent une cohérence interne. Quels effets produisent, par exemple, les datations historiques, la mention liminaire d’un nom ? On pourra également se demander comment Dumas adapte la nécessité de l’intérêt dramatique à la publication en feuilletons, la façon dont il entre lui-même en scène dans les écrits personnels ou les récits de voyage. Il s’agira aussi de décoder les effets de surprise, le jeu avec la banalité d’une situation liminaire et ses enjeux dramatiques sous-jacents. On pourra dans une perspective plus globale questionner la notion de « vulgarisation » à laquelle tient Dumas, en s’interrogeant sur son application à la composition du commencement de ses œuvres. Cette journée d’étude souhaite également revenir sur le regard critique de Dumas sur son œuvre, tel qu’il se déploie dans les discours préfaciels.

Programme Dumas-9 juin



Citer ce billet
Nicolas Gauthier (2023, 20 mai). Journée d’études: Alexandre Dumas ou l’art de bien commencer. LPCM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2zg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.