Parution : Correspondance générale d’Eugène Sue, vol. 5 (éd. J.-P. Galvan)

Correspondance générale d’Eugène Sue, vol. 5, (1855-1857), Suivie de lettres retrouvées (1829-1854)Éditée par Jean-Pierre Galvan, Honoré Champion, 2023. 

Les années 1855-1857 sont celles durant lesquelles Eugène Sue eut le plus à souffrir de l’acharnement du régime impérial, que ce soit par ses interventions auprès des autorités du royaume de Piémont-Sardaigne, ou par le biais de la censure. L’angoisse de voir la publication de son œuvre maîtresse, Les Mystères du peuple, interrompue avant son achèvement, affecte gravement sa santé. Le 3 août 1857, il décède quelques semaines à peine avant la tenue d’un procès à charge qui condamne l’ouvrage. Les lettres adressées à Lachâtre et à Flocon permettent de suivre les détails de la publication de cette Histoire de France révolutionnaire. La correspondance avec Marie de Solms se fait plus abondante, témoignant de la permanence d’une amitié amoureuse parfois source de tracasseries.

Parallèlement à ses travaux sur la correspondance générale d’Eugène Sue, Jean-Pierre Galvan a publié Les Mystères de Paris. Eugène Sue et ses lecteurs (L’Harmattan, 1988), ouvrage réunissant la correspondance reçue lors de la publication en feuilleton du roman. En 2000, la SGDL a récompensé son ouvrage, Paul Féval. Parcours d’une œuvre (Encrage – Les Belles Lettres) en lui accordant la bourse Thyde Monnier.



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2023, 3 mai). Parution : Correspondance générale d’Eugène Sue, vol. 5 (éd. J.-P. Galvan). LPCM. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2yv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.