PARUTION: En des verres miroirs, obscurément – Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk (Mésalgie, Tome II)

Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément : Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk, Les Éditions de l’Inframince, 2023.

 

Le livre En des verres miroirs, obscurément : Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunkde Christophe Duret, est paru aujourd’hui en accès libre et gratuit aux Éditions de l’Inframince.

Il s’agit du deuxième tome du diptyque intitulé MÉSALGIE. Il fait suite à l’ouvrage Moyen Âge postcatastrophique: L’utopie nostalgique au prisme de la mésocritique. 

Cliquez ici pour télécharger l’ouvrage En des verres miroirs, obscurément (Mésalgie, Tome II). 

Cliquez ici pour télécharger l’ouvrage Moyen Âge postcatastrophique (Mésalgie, Tome I).

Informations sur la publication  

Le cyberpunk est mort en 1995, ont jadis affirmé Arthur et Marilouise Kroker, soit le jour où le film Johnny Mnemonic est sorti au cinéma. Pour eux, l’échec de cette œuvre s’explique moins par des raisons esthétiques que par l’avènement de changements culturels rapides, alors que les métaphores cyberpunk des années 1980 ne fonctionnent plus dans les années 1990.

Il est vrai qu’à partir de cette époque, le numérique a pénétré toutes les facettes de notre quotidien et le fait de naviguer dans les espaces numériques est devenu une activité banale. Toutefois, la culture contemporaine n’en a pas ter­miné avec le cyberpunk. En la matière, les fictions produites au cours de la décennie 2010 témoignent d’un intérêt renouvelé pour ses considérations sur l’avène­ment d’une post­humanité, sur l’intelligence artificielle, sur le caractère vertigi­neux de la vie au sein de mégapoles hypertrophiées et sur les es­paces numé­riques. Elles témoignent également d’un bougé dans la représentation de la société contemporaine, et plus particulièrement, car c’est le sujet de cet ou­vrage, dans la re­présentation et la simulation du milieu urbain contemporain et de son habiter. Ce sont là des signes suggérant qu’au cours de ses quatre décennies d’existence, le cyberpunk a enregistré et continue d’enregistrer en la matière des mutations dignes d’être étudiées. Cela implique la mise en texte d’une expérience du milieu urbain contemporain et de son habiter propre, qu’il s’agit de mettre au jour et que le cyberpunk, en prise sur notre époque, exa­cerbe pour en montrer les aspects délétères et les potentialités — désirables ou souhaitables — non exploitées.

En sus d’une verticalisation et d’un étalement croissants, les villes telles que les fictions cyberpunk nous les donnent à voir, à lire ou à jouer sont devenues, avec le passage du temps, « intelligentes ». Les technologies assurant à leurs habitants confort et sécurité se sont multipliées pour donner lieu à des « technococons », pour reprendre un néologisme d’Alain Damasio. Mais ces mêmes villes, à travers le filtre de la fiction et en fonction d’une demande croissante de prévisibilité et d’une tolérance toujours plus faible de la société face à l’incertitude, ont vu se multiplier en leur sein des dispositifs de sur­veillance et de prédiction emblé­matisés aujourd’hui davantage par les drones, les capteurs bio­métriques, les Big data et les traceurs que par les tours panop­tiques, les ca­méras et les microphones miniaturisés d’autrefois, donnant lieu, dans l’exercice, à des formes de ségrégation sociospatiale et à un morcellement de l’espace public au profit d’une architecture de forteresse physique et numérique. À cette ségrégation, fruit d’une obsession sécu­ritaire, répond en contrepartie une autre obsession pour la vitesse et la libre circulation des biens, des personnes et de l’information, cette fois, que la ville — nœud dans un réseau économique tissé à l’échelle mondiale —, délaissant la logique des lieux en faveur d’une logique des flux, surveille et régule à l’aide d’outils nés de la cybernétique.

C’est à ces mutations du milieu et de l’habiter urbains vues au prisme du cyberpunk de la décennie 2010 que se consacre cet ouvrage dans une pers­pective mésocritique. Il s’agit de brosser le portrait de Cybernanthropolis, ce pendant science-fictionnel de nos villes contemporaines.

Informations sur l’auteur 

Détenteur d’une maîtrise en communication et d’un doctorat en études françaises de l’Université de Sherbrooke, où il en­seigne la communication à titre de chargé de cours depuis 2016, Christophe Duret a réalisé un stage postdoctoral au Laboratoire univer­sitaire de documentation et d’observations vidéoludiques (LUDOV) de l’Université de Montréal sur la représentation de l’habiter urbain dans les fictions cyberpunk. En plus du présent ouvrage, il est l’auteur du livre En des verres miroirs, obscuré­ment et de plusieurs articles parus dans des revues interna­tionales telles que Communication & organisationRecherches en communicationItinéraires : Littérature, Textes, CulturesSciences du JeuIntermédialités, Quêtes littéraires et Biblio­manies. Il a également codirigé les ouvrages collectifs Ici et maintenant : Les représentations de l’habiter urbain dans la fiction contemporaine, Habiter les espaces autres de la fic­tion contemporaine : Utopies, dystopies, hétérotopies et Contemporary Research on Intertextuality in Video Games.

Ses champs d’intérêt en recherche portent sur la mésocri­tique, les études vidéoludiques, l’intermédialité, la transmé­dia­lité, les études surveillancielles et les études utopologiques.

 

À propos des Éditions de l’Inframince

Nous sommes une maison d’édition scientifique francophone établie à Sherbrooke (Québec, Canada), spécialisée dans les études de la spatialité des textes (de fiction ou non) et des médias (films et séries d’animation, bande dessinée, cinéma, jeux vidéo, œuvres multimédia, en réalité virtuelle ou augmentée, télévision, etc.). Cela comprend, notamment, des recherches relevant des perspectives de l’écocritique, de l’écopoétique, de la géocritique et de la mésocritique, mais aussi de la rhétorique spatiale ou de tout autre démarche croisant les textes, les médias et les disciplines examinant des questions de spatialité, de l’architecture à l’urbanisme, en passant par l’anthropologie, la géographie, la philosophie, la psychologie et la sociologie.

Notre mission est de publier des ouvrages en accès libre et gratuit. Il s’agit de favoriser la diffusion du savoir en dehors de toute démarche de nature commerciale.

Les ouvrages sont publiés sous licence Creative Common «Attribution – Pas d’utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0. International» (CC BY-NC-ND)

 

Pour nous joindre 

Adresse postale :

Les Éditions de l’Inframince

124 rue de la Croix

Sherbrooke, J1C 0R7

Québec, Canada

Adresse courriel :

editionsinframince@gmail.com 

 

Site Web : 

https://sites.google.com/view/editionsinframince/accueil 

 

Blog : 

https://editionsdelinframince.wordpress.com/ 

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Introduction: En des verres miroirs, obscurément

PREMIÈRE PARTIEDéfinitions, cadre théorique et méthode

 

Chapitre 1: Le cyberpunk

Le « cyber » du cyberpunk

Le « punk » du cyberpunk

Le cyberpunk, expression culturelle d’un monde en processus de globalisation

Une mise en tension de l’eutopie et de la dystopie

L’hybridité générique du cyberpunk

Le cyberpunk aujourd’hui

 

Chapitre 2: La mésocritique et l’analyse mésogrammatique

Qu’est-ce que la mésocritique?

L’analyse mésogrammatique

Ce qu’habiter veut dire

L’habiter comme « être dans l’espace » et « être sur terre »

L’habiter comme « faire dans l’espace »

L’habiter comme « faire avec l’espace »

L’habiter comme « être ensemble dans l’espace »

L’habiter comme « être entre les espaces »

Une rhétorique spatiale :utopie, eutopie, dystopie

Habiter des mondes mésalgiques

 

DEUXIÈME PARTIEHabiter la ville contemporaine

 

Chapitre 3: Habiter la ville des flux

Une ville hors d’échelle

L’urbain diffus et l’altérisation de la nature

La densification et la complexification du milieu urbain

La ville des flux

Hypermobilité et dromophilie

 

Chapitre 4: Le cohabiter, entre mixophobie et mixophilie

Une architecture de forteresse physique

Une architecture de forteresse numérique

Communauté, communauté imaginée, communauté potentialisée

Une société ouverte et cosmopolite

La création de nouvelles enclaves

Une figure du cohabiter : la communauté écouménale à imaginer

Multitude et communauté écouménale

Dividualisation et microcommunautés calculées

 

Chapitre 5: La ville intelligente et la société algorithmique

Cybernétique et arcologies

La ville intelligente

Cybernanthropolis, la ville néocybernétique

Surveillance, contrôle et dataveillance

Une société algorithmique

Cybernanthropolis, la ville de la société algorithmique

La ville intelligente comme espace augmenté

Une ville sensible et sensuelle

De quoi l’intelligence des villes est-elle le nom?

La ville intelligente franchisée

 

TROISIÈME PARTIEIvresse, vertige, ilinx

 

Chapitre 6: L’ivresse, le vertige et la ville

Ivresse et intropathie dans la grande ville

Le vertige et la ville verticalisée

Verticalité radicale, vertige et science-fiction

L’ilinx, entre dépossession et contrôle

L’horizontalisation et la réticularisation de la ville

Le cyberespace

L’ivresse et l’intropathie avec la machine

L’intropathie avec la machine dans Hardwired

L’ilinx et le franchissement des enclaves

 

Chapitre 7: Du flâneur au traceur : les pratiques ludosportives

La stégophilie et l’exploration urbaine

Le parkour

Le parkour et la dimension politique de l’habiter

La vision parkouriste

L’ilinx du parkour contre l’obsession sécuritaire de la modernité liquide

Le parkour dans la franchise Mirror’s Edge

Parkour et mise à l’échelle de la ville

Le flow

Surmonter les espaces striés du pouvoir

 

QUATRIÈME PARTIE : Des mondes cyberpunkaux mondes zoopunk

Introduction à la quatrième partie : Après les flux, les hyphes?

Le mésogramme des flux

Alain Damasio et la dystopie critique

L’œuvre d’Alain Damasio au regard du cyberpunk

 

Chapitre 8: C@PTCH@ : La Ville et le Réseau

Le vertige du réseau, entre ivresse et anxiété

La ville intelligente et ses dispositifs de surveillance

L’incertitude ontologique dans « C@PTCH@ »

Le motif mésogrammatique de la Ville

Chapitre 9: Bastions et conforteresses dans Remember Me

De Deep-paris à High-paris, de la profusion à la géométrisation

Les ego-rooms comme réitération du cyberespace et de la logique des flux

Cubisation et vertige ontologique

Cubes et quadrillage

Le Sensen et l’enclavement

Surmonter les enclaves : le traceur et la communauté dans le pâtir

Une politique de la forme contrariée

 

Chapitre 10Les Furtifs : Un habitat pour le vivant

Cybernanthropolis et la société algorithmique de demain

Des pratiques habitantes subversives

L’habiter comme une hyphe

Le refus d’un monde dévitalisé

 

CINQUIÈME PARTIEHabiter les villes intelligentes de WATCH_DOGS

Introduction à la cinquième partie : Les chiens de garde sont dans les rues de Cybernanthropolis

WATCH_DOGS, une œuvre cyberpunk non science-fictionnelle

 

Chapitre 11: WATCH_DOGS et la cartographie de la ville intelligente

La cartographie cognitive de la ville des flux

Altérisation et désaltérisation de la ville dans WATCH_DOGS

WATCH_DOGS, un récit conspirationniste

Marqueurs traditionnels et nouveaux marqueurs

La concentration du monde

Cartographier les flux

 

Chapitre 12: La transversion dans WATCH_DOGS

Le posthumain

Le posthumain en son milieu

Entre inversion et éversion : la transversion

Le cyberpunk et le posthumain

Le motif mésogrammatique du profileur

WATCH_DOGS et l’ilinx

Le parkour

La course vertigineuse

Corps et transversion

L’habiter posthumain vu comme un devenir-ville?

 

Chapitre 13: Les figures du cohabiter dans WATCH_DOGS

La mixophobie dans une Angleterre fascisante

WATCH_DOGS et l’obsession sécuritaire contemporaine

WATCH_DOGS et la lutte pour la structuration de la multitude

La multitude comme force de calcul

Le Census system ou la génération procédurale de la multitude

Profilage et hospitalité narrative

Nous sommes la multitude et non la somme de nos données

Conclusion: Cybernanthropolis, ou Habiter les flux de la ville contemporaine

Néomédiévalisme cyberpunk

Pour une éducation à la ville



Citer ce billet
Nicolas Gauthier (2023, 23 avril). PARUTION: En des verres miroirs, obscurément – Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk (Mésalgie, Tome II). LPCM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2yo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.