Séminaire LPCM, séance 4, Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Paris)

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique” vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Séance 4 – Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu »

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage) et en ligne sur Teams

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Répondant : Jacques Migozzi (Université de Limoges)

Présentation des deux interventions
  • Victoria Laurent (Université d’Avignon) : « Quand l’enquête criminelle devient un jeu »

Si le fait divers et le divertissement ont évolué et pris de l’importance conjointement depuis leur apparition dans la presse, le feuilleton créé par la succession de chroniques judiciaires et les comics ouvrent une nouvelle expérience de lecture: celle du jeu. Au premier abord, le crime semble loin de rimer avec jeu. Le crime est violent, sanglant, glauque, morbide, mais les “whodunit”, mystères judiciaires, sont, eux, caractérisés par l’une des pierres angulaires du jeu: l’énigme. Aussi, les amateurs de frissons et de mystères redoublent d’inventivité pour rendre leurs énigmes de plus en plus immersives. Les premières communautés composées de lecteurs assidus de Conan Doyle se réunissent dans le Royaume-Uni des années 20 et 30 à l’occasion de murder parties, prémisse du jeu de rôle ancré dans la réalité. La part de théâtralité, de mise en scène et d’improvisation est alors largement inspirée du style graphique illustrant les fait-divers défrayant la chronique, ainsi que du déroulement des procès criminels, qui font eux aussi souvent salle comble. Fort de ces succès, Anthony E. Pratt, jeune britannique ayant passé plusieurs années à jouer du piano lors de ces murder parties, décide en 1944 de déposer le brevet d’un jeu de plateau reprenant les intrigues du jeu de rôle : c’est la naissance du désormais culte Cluedo. La porosité entre réel et fictionnel ne fait que s’accentuer dans le genre du murder mystery, grâce auquel le consommateur (lecteur, spectateur, joueur) doit mener une double-enquête : en plus de celle de la narration, il doit démêler le vrai du faux. 

  • Marc Vervel (Université Paris Cité) : « Le roman policier français du XIXe siècle – de l’origine au discours second ? »

Dans le cadre de la préparation d’un livre sur les romans policiers français du XIXe siècle, Marc Vervel propose de revenir dans le séminaire de la LPCM sur la fameuse question de l’« origine » du genre policier, si familière aux spécialistes. Cette question constitue en effet un lieu obligé du discours critique, tant elle a pu participer des stratégies de stabilisation d’un objet – le roman policier – dont on sait que sa définition est par ailleurs fréquemment considérée comme quelque peu problématique (comme le rappelle notamment Uri Eisenzweig). Si « l’origine » est en outre ici le lieu d’un questionnement privilégié, c’est évidemment qu’elle concerne le fonctionnement même d’un genre en quête d’un point d’origine impossible. Mais surtout, s’il est intéressant de revenir sur la question de l’origine, c’est que, dans la mesure même où il est intimement lié à la modernité médiatique, le genre policier se trouve d’emblée sous le signe du second degré et de la mise à distance de ses traits censément définitoires. On peut en particulier revenir sur quelques textes importants de l’histoire du genre pour voir comment ils défient le discours de l’origine ou du moins, pour le lecteur actuel, semblent relever d’une approche métadiscursive ordinairement et instinctivement associée à une posture qui serait celle du recul historique. Se pose alors la question de la manière de lire ces textes et des questions méthodologique qu’ils permettent de soulever, tant le discours de l’origine semble heurter de front le fonctionnement de textes pris d’entrée de jeu dans la métadiscursivité médiatique.

Programme complet du séminaire 

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)



Citer ce billet
Fanny Barnabé (2023, 30 mars). Séminaire LPCM, séance 4, Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Paris). LPCM. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2y3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.