Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne)

Première journée d’études du GER Fans (SFSIC) : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s)

Pré-conférence au Congrès SFSIC 2023 (Bordeaux) : La numérisation des sociétés

Mardi 13 juin 2023, IUT de Bordeaux Montaigne & en ligne

Échéance des propositions : 11 avril 2023

La première journée d’études organisée par le GREF (Groupe de Recherche sur les Fans) visera à mettre en valeur une nouvelle génération de (jeunes) chercheur.se.s en fan studies, en accordant une place privilégiée aux travaux francophones et européens. S’inscrivant dans la lignée du Congrès SFISC consacré à « La numérisation des sociétés », cette pré-conférence labellisée par la SFSIC se déroulera le mardi 13 juin à Bordeaux, et interrogera la place du numérique dans l’analyse des rôles et de l’engagement des fans, mais aussi vis-à-vis des méthodologies et des enjeux transdisciplinaires des études sur les fans.

Si les fan studies sont déjà bien développées outre-Atlantique et dans de nombreux pays anglophones, elles émergent seulement depuis quelques années en France et représentent un souffle nouveau. La journée d’études proposée vise à faire dialoguer cette nouvelle génération de chercheur.se.s autour des usages, des contraintes et des nécessités du numérique dans le développement francophone et européen des fan studies.

La journée s’articulera autour de trois axes : 

1) AXE : Quelles méthodologies pour les fan studies contemporaines en contexte numérique ?

La dimension fondamentalement pluridisciplinaire des fan studies invite à des recompositions et des bricolages méthodologiques qui ont été très féconds dès les origines du courant de recherche (Jenkins 1992). La démocratisation d’Internet et du web puis les réseaux sociaux numériques ont encore complexifié et enrichi les manières d’aborder les fandoms en fonction des questionnements et hypothèses qu’ils suscitent (Booth 2010), au point que la question des méthodes en études fans se pose avec une acuité croissante (Evans & Stasi, 2014 ; Largent et al., 2020). Dans cette perspective, nous invitons les participants à partager leurs approches méthodologiques et les croisements théoriques, disciplinaires et empiriques qu’elles impliquent. Qu’il s’agisse de questionnaires, d’entretiens, d’observations de conventions, d’études des représentations, d’ethnographies numériques (Coleman 2010) ou d’analyses de vidéos en ligne, toutes ces méthodes et d’autres ont pu éclairer à leur manière le fonctionnement des communautés de fans, chacune ayant ses biais, apories et limites qu’il s’agit de pointer de manière réflexive, afin de s’en prémunir, et de rendre compte le plus largement possible des enjeux des recherches effectuées. Comment accéder aux fans ? Comment rendre compte de leurs activités sur tous les supports ? Comment ne pas induire de la méfiance en raison de la possible altérité des chercheurs ? Et comment ensuite analyser et faire converger les différents types de corpus constitués ? Voilà autant de questions qui pourront être abordées dans les communications.

2) AXE : Créations, réception et participation de fans

Les formes de réception actives, affectives et/ou créatives qui caractérisent les fans (Fiske, 1992 ; Lamerichs, 2018) ont gagné en visibilité et souvent en ampleur avec la migration numérique, parfois très précoce, de certains fandoms. Le web et d’autres modes de communication numériques ont fourni en effet des supports particulièrement propices aux échanges entre fans, à l’accumulation de connaissances profanes ou encore au développement et à la circulation de leurs analyses. De même, les pratiques d’appropriation des contenus originaux se sont multipliés et diversifiés en ligne, des fanfictions aux fanvids en passant par les fan arts ou les scantrads, certains site web, amateurs ou commerciaux et certains réseaux sociaux (LiveJournal, Tumblr, YouTube, etc.) devenant des archives foisonnantes pour les créations de fans (de Kosnik, 2016). Cette reconfiguration du paysage des pratiques n’a pas été sans créer des tensions vis-à-vis d’activités de fans traditionnellement plus matérielles (collections, cosplay, etc) ou du point de vue du caractère historiquement désintéressé et non lucratif de cette créativité (Scott, 2009 ; Hein, 2011). Nous sollicitons donc ici toute contribution s’attachant à documenter et à interpréter les formes de réception participatives des fans dans toute leur diversité. L’enjeu sera de les mettre en perspective au regard des processus de numérisation et de mettre en évidence leurs enseignements culturels et sociologiques.

3) AXE : Fanactivisme : Engagement et politique

L’un des axes qui structure le champ des fan studies est celui des recherches autour du « fanactivisme » (Jenkins, 2012 ; Besson, 2021). Les appropriations actives des œuvres par leurs fans donnent lieu en effet à un éventail d’activités qui traduisent leur conscience civique et politique. Les personnages de fiction sont investis comme autant de « leviers d’engagement émotionnels et intellectuels » (Bourdaa, 2021) et fonctionnent comme les étendards de certaines valeurs partagées. Collectivement, des mobilisations au sein de fandoms vont plus largement porter des revendications qui trouvent des échos dans l’espace public et auront parfois des répercussions concrètes sur la société. Les interventions pourront ainsi proposer des études de cas inédites autour de ces investissements et, par exemple, de la notion d’« imagination civique » (Jenkins et al., 2020). Si la tendance globale fait la part belle à des positionnements progressistes (en faveur des droits des femmes, des personnes racisées, LGBTQ+ ou handicapées notamment), la question des résistances conservatrices mérite également d’être saisie. Il sera par ailleurs possible de s’éloigner de la tendance dominante centrée sur l’étude de fandoms de fictions, en particulier inscrites de cultures de l’imaginaire, pour aborder d’autres communautés de passionné.e.s (de sport, de musique, etc.).

Modalités pratiques

Les propositions de communication ne devront pas dépasser 500 mots et devront être accompagnées d’une bio-bibliographie de 100 mots. Elles sont à envoyer d’ici au 11 avril aux adresses email suivantes :     
·         helene.breda@univ-paris13.fr
·         melanie.bourdaa@u-bordeaux-montaigne.fr
 
Date limite pour l’envoi des propositions : 11/04

Retour aux contributeurs/contributrices : 21/04

Comité scientifique

Hélène Bréda, Université Paris Nord
Justine Breton, Université Reims Champagne-Ardenne
Mélanie Bourdaa, Université Bordeaux Montaigne
Julie Escurignan, EMLV, Paris
Sébastien François, Université Catholique de l’Ouest
David Peyron, Université Aix-Marseille

First Seminar of the Research Group GER Fans, SFSIC Conference
SFSIC 2023 Pre-conference (Bordeaux, France): Societies’ digitalization 
Tuesday, June 13th from 9am to 6pm

Place:  IUT de Bordeaux Montaigne, Bordeaux, France
Format: hybrid (online & on-site)

Title: Fan Studies in Digital Contexts

The first seminar organized by the GREF (the French and French-speaking Research Group on Fans) aims at highlighting a new generation of (young) researchers in Fan Studies and at giving a particular place to European, French-focused and French-speaking works. This seminar, certified by the SFSIC, serves as a preconference to the SFSIC Annual Conference dedicated to “societies’ digitalization” and will take place on June 13th in Bordeaux, France. It will therefore focus on the relationship between digitalization and fandom both in terms of research topics and methodological practice.

If Fan Studies is a well-developed research area in English-speaking countries, it has only recently emerged in France and is still quite new there. This seminar therefore intends to foster dialogue between a new generation of researchers interested in the place of the digital within European and international French-speaking Fan Studies.

The seminar will particularly focus on 3 axis:

1) Fan Studies and/in Research Methods
What are the methods used by contemporary Fan Studies research within the current digital context?
The  multidisciplinarity inherent to Fan Studies is what explains its use of original methodologies from various sources that have been seen since the beginnings of the field (Jenkins 1992). Internet and social media have complexified but also expanded how scholars study fandom and fan communities (Booth 2010). Within this axis, we invite submissions dedicated to the various research methodologies employed by researchers for their projects, as well as the theoretical, disciplinary and empirical stakes they entail. Surveys, interviews, on-site ethnography, netnography (Coleman 2010), online video analysis are but a few of the methodologies that have helped shed light on fandom and fan communities. Each of them also has its limits that one must face and discuss to avoid any biais. 
How can one get access to fans? How to account for their activities on all platforms and media? How to not distrust researchers’ alterity? And how can one analyze and link the different bodies of work collected? These are some of the questions that can be addressed in this axis. 

2) Fan creations, reception & participation
The diverse forms of active, affective and/or creative reception that characterise fans (Fiske, 1992; Lamerichs, 2018) became bigger and more visible with the digital migration of some fandoms. The worldwide web, alongside other types of digital communication, provided suitable platforms for fans’ exchanges, the building-up of knowledge and the development and circulation of fans’ analyses. Similarly, appropriation practices of original content developed and diversified online, from fanfictions to fanvids, fanart or scantrads. Some websites, amateur and commercial, as well as some social media (LiveJournal, Tumblr, YouTube, etc.) became rich archives for fan creations (de Kosnik, 2016). This shift in practices created tensions toward more traditional and material fan activities (collecting, cosplay) or from the perspective of historically selfless and not-for-profit creativity (Scott, 2009; Hein, 2011). We therefore invite here proposals that research and interpret the various forms of fans’ participatory reception. The goal is to confront them the digitalization processes that have been taking place and to underline their cultural and sociological teachings. 

3) Fan engagement 
One of the structuring questions of Fan Studies research revolves around “fan activism” (Jenkins, 2012; Besson, 2021). Fans’ active appropriations are showcased through a plethora of activities that reflect their civic and political engagement. Fictional characters are seen as “emotional and intellectual engagement levers” (Bourdaa,2021) and work as flagships for shared values. Collective rallyings within fandoms generally deal with demands also relayed in the public sphere and that sometimes have concrete impacts on society. Proposals in this axis can focus on new case studies around fan engagements and, for example, the concept of “civic imagination” (Jenkins et al., 2020). If the global trend is to showcase progressive points of view (towards women rights, race, LGBTQ+ communities or disabled people), the question of conservative perspective and resistance is also worth studying. Proposals are welcome to steer away from the study of fiction fandoms, invested in imaginary worlds, to look at other fan communities (of sports, music, or other interests).   

Submission Details

Submissions should not exceed 500 words + 100-word author’s bio. They should be sent by April 11th, 2023 at:

·         helene.breda@univ-paris13.fr
·         melanie.bourdaa@u-bordeaux-montaigne.fr 

Deadline for submission: 11/04

Expected answer from the reviewing committee to authors: 21/04

 Scientific committee:

Hélène Bréda, Université Paris Nord
Justine Breton, Université Reims
Mélanie Bourdaa, Université Bordeaux Montaigne
Julie Escurignan, EMLV, Paris
Sébastien François, Université Catholique de l’Ouest
David Peyron, Université Aix-Marseille.



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2023, 13 mars). Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne). LPCM. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2xb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.