Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction”

Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction“, Paris, Minuit, 2022.

Le fait divers sanglant fascine. Non résolu, il passionne. Rien d’étonnant à ce que les écrivains s’en inspirent ou s’en emparent : de Stendhal à Truman Capote, ils ont été nombreux à mettre cet atout dans leur jeu. Mais le jeu lui-même est en train de changer. Qu’elle « fictionnalise » des crimes bien réels ou qu’elle rouvre des dossiers que l’on croyait depuis longtemps classés, toute une littérature d’aujourd’hui s’adonne à la contre-enquête.
Simple perpétuation, par d’autres moyens, d’une connivence invétérée ? Ou émergence d’une nouvelle relation entre écrivains et assassins – ce qu’on pourrait appeler, en souvenir de Borges, un « tournant inquisitorial » ?
L’affaire est instruite, dans cette livraison de Critique, par Blanche Cerquiglini, Pierre Judet de la Combe et Thierry Hoquet, avec l’aide de Pierre Bayard, orfèvre en « critique policière ».

Sommaire :

Blanche CERQUIGLINI : Le fait divers ou la monstruosité ordinaire

Thierry HOQUET : Le fait divers en roman

Pierre JUDET DE LA COMBE : Coupable, forcément coupable

ENTRETIEN

Pierre BAYARD : « Sophocle s’est trompé »


Bruno KARSENTI : Islam. L’ambivalence politique comme inquiétante étrangeté

Benjamin JOINAU : Corée-miroir, Corée-refuge. La Hallyu et nous

Aliocha WALD LASOWSKI : Soixante ans de James Bond au cinéma

NOTE

Henri SCEPI : Jean-Luc Steinmetz, une « discrétion accueillante »



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2022, 15 novembre). Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction” LPCM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2uy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.