Journée d’étude : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille, maison de la recherche)

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras : “Marguerite Duras et la culture populaire”
 
Vendredi 7 octobre 2022

Université de Lille (ALITHILA), Maison de la recherche

Organisé par Florence de Chalonge (ALITHILA) et Christophe Meurée (Archives & Musée de la Littérature, Belgique)

Présentation

Gagner l’estime des élites intellectuelles et être lu par le plus grand nombre, rares sont les écrivains qui ont osé tenir ce pari sans s’y brûler les ailes. Si Marguerite Duras a longtemps souffert d’une réputation ambiguë, ce n’était pas sans lien avec cette ambition. Pourtant, dans le monde hypermédiatique qui est le nôtre, plus de 25 ans après la disparition de l’autrice, l’on peut se demander si elle n’a pas joué un rôle de précurseur, en assumant les influences populaires et en consentant à entrer de plain-pied dans la culture de masse, bâtissant au fil du temps un personnage public qui a, le succès croissant, fait grincer de plus en plus de dents.

Faisant fi des bienséances prêtées au métier d’écrire, Duras a tenu chronique dans l’émission de télévision Dim dam dom dans les années 1960, s’est rendue dans des usines pour lire des poèmes d’Henri Michaux à des ouvriers, s’est plu à interroger des enfants sur toutes sortes de sujets, a pris part à de grands débats de société (l’affaire Villemin entre autres) : tout semble prétexte à briser les cloisons qui opposent traditionnellement culture d’élite et culture populaire. L’auteur d’Outside et de L’Été 80 n’a dénigré ni la presse à grand tirage, ni le cinéma, ni la télévision, ni la chanson populaire, ni même la publicité ; ses textes et ses films affichent une imprégnation par toutes sortes de genres considérés comme mineurs : le conte de fées, la bande dessinée, la littérature sentimentale, etc. Touche-à-tout, Duras faisait œuvre de tout matériau, à travers des supports de grande diffusion, qui ne correspondaient pourtant pas, à l’époque, aux prescrits de l’art noble qu’est la littérature.

Il ne faut dès lors pas s’étonner si sa personne et son œuvre sont, depuis une quarantaine d’années, le sujet de nombreuses récupérations dans la culture populaire. À l’instar de Rimbaud, Duras est devenue une icône : si le merchandising durassien n’est pas aussi développé que celui de l’auteur d’Une saison en enfer, le personnage n’en occupe pas moins une place de premier plan dans l’imaginaire populaire, du timbre-poste jusqu’à l’argument touristique au Vietnam et au Cambodge ; Duras est devenue une figure stéréotypée que les créateurs de tous ordres déclinent à l’envi, de plus en plus souvent sans en connaître l’origine (il suffit de songer au nombre incalculable de variations, dans tous les domaines, sur le titre Hiroshima mon amour). En plus de figurer comme personnage dans quelques livres ou films, Duras se voit consacrer des spectacles entiers (Le Duras Show de Steeve Dumais et Lucas Joly en 2011 ou, en 2018, Marguerite Duras d’Isabelle Gyselinx, sans compter les mises en scènes de ses entretiens, avec Mitterrand ou avec Platini en particulier). Les créations les plus diverses convoquent son univers, son image ou sa voix : le tag, le one-man-show, le dessin animé, la chanson… jusqu’au jeu vidéo (Bientôt l’été, 2013), fait rarissime pour un écrivain.

La journée d’étude veillera par conséquent à explorer ces deux versants du rapport de Duras à la culture populaire, séparément ou conjointement, selon les études de cas proposées. Les communications pourront également proposer une visée plus théorique, en s’interrogeant sur la façon dont le personnage médiatique s’est bâti au fil du temps ou encore sur ce que la culture populaire représente dans cette œuvre : une source d’inspiration, une référence partagée, un filtre, etc.

Programme

9H30 : Accueil des participants

9H45 :9H45 : Christophe MEURÉE, Introduction

ŒUVRER AVEC LE POPULAIRE

10H00 :10H00 : Simona CRIPPA (UCO Angers)
Duras, mythographe, mythologue et pop

10H30 :10H30 : Isabelle DAUSSAINT-DONEUX (Haute école Robert Schuman, Belgique)
Stéréotypes, clichés, lieux communs : Duras et la culture
populaire

Discussion et pause café

DES USAGES DU POPULAIRE

11H30 : Françoise BARBÉ-PETIT (Sorbonne-Université)
Marguerite Duras, le cinéma de Chaplin et la culture
populaire

12H00 :12H00 : Pauline BASSO (UCLouvain, Belgique)
Des murs de sa cuisine à l’écriture : l’usage de la carte
postale chez Marguerite Duras

Discussion

12H45 : déjeuner

LA MUSIQUE, UN ART POPULAIRE ?

14H00 : Sylvie THOREL (Université de Lille)
« Capri c’est fini » à tue-tête

14H30 : Dominique VILLENEUVE (SIMD)
Marguerite Duras : une reine du fado ?

15H00 : Maurício AYER (Université de São Paulo)
Le jazz au seuil du désir

Discussion et pause café

LA RÉCEPTION DU POPULAIRE

16H00 : Laurent CAMERINI (SIMD – Université Sorbonne Nouvelle)
Le corps pop : Duras, Warhol, Gaga

16H30 : Yang XI (Université des langues et cultures, Pékin – Inalco)
Marguerite Duras, icône populaire en Chine

Discussion

17H15 : Clôture de la journée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.