Parutions: Comicalités, nouveaux articles.

Comicalités

En ce glacial mois de février, Comicalités vous propose trois nouveaux articles (résumés plus bas).

– « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations » de Xavier Guilbert ;
– « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée » de Jean-Philippe Martin ;
– « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle » de Frédéric Paques.

———————-

Résumés
Xavier Guilbert, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations »

Le succès du manga en France au cours de la décennie passée a été accompagné d’un développement du discours tant critique qu’historique s’y rattachant. Cet article se propose d’examiner le traitement accordé à l’histoire de la bande dessinée japonaise dans les ouvrages de référence disponibles en français, ainsi que les idées reçues qui l’entourent. On s’y intéressera en particulier à la question de l’origine et du traitement de la figure centrale de Tezuka Osamu. On évoquera ensuite les déformations liées au prisme de l’accessibilité des œuvres à un lectorat francophone, qu’il s’agisse de l’importance accordée à un auteur comme Taniguchi Jirô, ou à la faible attention accordée à une production alternative encore peu traduite. On examinera également la vision de l’industrie du manga au Japon, et comment celle-ci s’établit principalement autour du cas emblématique de la revue Shônen Jump. Enfin, on observera la manière dont les éditeurs français retranscrivent cette vision dans leur approche et la constitution de leurs collections.

Jean-Philippe Martin, « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée »

Si la naissance de la bande dessinée s’accompagne d’une théorisation à travers les travaux d’un Töpffer cherchant à circonscrire l’ensemble des possibles qui s’offrent à lui, force est de constater que la veine va bien vite se tarir. Rapidement exclue du champ critique, la bande dessinée semble ne bénéficier d’aucune analyse sérieuse qui soit de nature à lui forger des repères. L’Histoire montre que c’est de manière empirique qu’elle a travaillé sa substance, parfois avec génie (McCay, Hergé…) souvent sans âme, à l’exception de quelques tentatives que le présent article entend présenter.

Frédéric Paques, « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle »

La Belgique a une grande tradition de production de bandes dessinées et reconnaît le neuvième art comme l’un des fleurons de sa culture nationale. Pourtant, la plupart des livres traitant d’histoire de la bande dessinée dans ce pays ignorent totalement l’époque pré-hergéenne. Et pour cause, la production de bande dessinée en Belgique est à la fois relativement peu nombreuse et, pour une bonne part, tributaire de l’influence étrangère. De plus, les bandes dessinées présentant du texte sous l’image ont longtemps été complètement ignorées par les historiens du sujet. Cet article se propose de rechercher les diverses apparitions de séquences d’images au XIXe siècle et de les contextualiser. Nombre des exemples que nous avons trouvés constituent des expériences sans lendemain, produites dans des contextes différents de celui qui donnera naissance à la bande dessinée belge de l’âge d’or : trouver une filiation directe n’était pas notre but premier. Pourtant, du Déluge à Bruxelles créé en 1843 par Richard de Querelles aux images populaires du Liégeois Georges Ista, juste avant la première guerre mondiale, la bande dessinée belge au XIXe siècle se révèle au final d’une richesse et d’un intérêt insoupçonnés jusqu’ici.



Citer ce billet
Langlet Irène (2012, 12 février). Parutions: Comicalités, nouveaux articles. LPCM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r13u