Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF)

Contenu de la séance :

Cette séance collaborative entre le séminaire LPCM et le séminaire doctoral SF est conçue comme une session méthodologique qui articulera études culturelles et médiatiques, sound studies et théories de la SF, dans le but d’interroger les créations sonores science-fictionnelles. Comment étudier et interroger ces OSNI – objets sonores non-identifiés ? Qu’est-ce qui crée l’effet-SF dans la mise en son de fictions ? Peut-on parler, à la suite de Darko Suvin (1977) et d’Aurélie Huz (2018), de novum sonore ? La séance explorera ces questions, et d’autres encore, à travers différentes approches : du cut-up audio aux artefacts sonores, en passant par la recherche-création radiophonique.

  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : politique du cut-up dans le film Decoder (1984) »

Le film allemand Decoder (1984), réalisé par Musha, présente un monde dystopique où les clients d’une chaîne de restauration rapide, H-Burger, sont manipulés par la « muzak », une musique d’ambiance insipide qui les force à consommer en les plongeant dans un état d’hébétude totale. Se cache en réalité derrière l’entreprise H-Burger un système de surveillance généralisé qui épie les moindres faits et gestes de la population : le film montre des mécanismes de contrôle, omniprésents et invisibles, à la solde d’un consumérisme forcené, que le héros va pirater en coupant, montant et détournant les bandes sonores des fastfoods. Inspiré du cut-up, la technique créée par William Burroughs, Decoder invite à penser un usage politique du détournement sonore, en même temps qu’il développe une réflexion sur la création et le statut de la fiction.

Après avoir brièvement présenté le cut-up, il s’agira d’étudier les procédés les plus significatifs de Decoder : il apparaît que les opérations de montage, de collage et de distorsion, à la fois éléments de l’intrigue et techniques de conception de la bande sonore du film, amènent à une défamiliarisation des sonorités quotidiennes. L’objectif fondamentalement critique de l’œuvre nous conduira ainsi à mettre en évidence les perspectives politiques d’une « pharmacologie du son », dans le sens que Bernard Stiegler (2015) donne à ce terme : la musique et son piratage montrent en effet le son comme un pharmakon, à la fois un poison et un remède, un instrument de contrôle individuel qui peut devenir un outil collectif d’émancipation.

Bibliographie

Becker, Christophe. « “The Electronic Revolution Will not Be Televised” ou le  “son Burroughs” dans le film Decoder », La Spirale, juillet 2019. En ligne : https://laspirale.org/video-616-christophe-becker-the-electronic-revolution-will-not-be-televised.html

Murphy, Timothy S. Wising Up the Marks. The Amodern William Burroughs, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press, 1997.

Odier, Daniel et William S. Burroughs. Le Job, traduit par Philippe Mikriammos, Paris, Belfond, 1969.

Stiegler, Bernard. La Société automatique. 1. L’avenir du travail, Paris, Fayard, 2015.

  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·e·s Mutant·e·s, la SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur »

Le plateau-radio est un dispositif, c’est-à-dire qu’il a la capacité de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants (Agamben) par la technicité matérielle et politique qui l’anime. Lors d’un plateau-radio classique, les invité·e·s expérimentent une canalisation de leur parole et de leurs interventions organisées afin de créer des programmes destinés aux auditeur·ice·s au service  de l’institution qui les produit. Cette présentation montrera par quel processus r∆∆dio c∆∆rgo et les Mutin·e·s Mutant·e·s ce sont réapproprié le dispositif du plateau-radio pour en faire un espace participatif et émancipé de spectateurs en ancrant leur pratique dans le concept de S.F. de Donna Haraway et la notion de Rêver l’Obscur chez Starhawk et les sorcières écoféministes.

Pour cela, nous nous intéresserons à deux projets. Tout d’abord, Ondes Sauvages, Futurotopies Féministes, un workshop qui croisait les pratiques de narration de la hackeuse SpiderAlex avec celles de la création radiophonique en direct de r∆∆dio c∆∆rgo. Puis nous nous intéresserons au collectif des Mutin·e·s Mutant·e·s au projet STORYC∆RING qui prolongea l’expérience des Futurotopies par la création d’un système d’improvisation collective. Repensant les usages des technologies qui le constituent ainsi que le partage d’autorité orale et technique, le plateau-radio devient, dans ses deux exemples un dispositif qui permet de créer de mondes chorales de mots, de musique et de son dans lesquels il devient possible de manifester ce que l’on ne parvenait pas à saisir, afin de composer-avec et de circuler à travers.

Bibliographie

DAVID, Coralie.  « Le jeu de rôle sur table : une forme littéraire intercréative de la fiction ? », Sciences du jeu, 2016

Donna J. HARAWAY. « Vivre avec le trouble », ‎ Les éditions des mondes à faire, 2020

RYAN, Marie-Laure. “Narrative as Virtual Reality 2 – Revisiting Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media”, édition Johns Hopkins University Press, 2015

STARHAWK, Rêver l’Obscur, Femmes, Magie et Politique, Collection Sorcières, Édition Cambourakis, 2015

VON GUNDEN, Heidi., « The Theory of Sonic Awareness in the Greeting by Pauline Oliveros », Perspectives of New Music, 1980

Ludographie

PIPKIN, Everest. The Ground Itself, jeux indépendant, 2019

TEVIS, Paul. Mnémozyne, a penny for my thoughts, Narrativiste Édition, 2012

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »

Fragments hackés d’un futur qui résiste est une fiction radiophonique originale (Héron, 2010) écrite par Alain Damasio et réalisée par le studio Tarabust. Elle est diffusée pour la première fois en 2014 dans le cadre du Festival des Libertés de Bruxelles et est écoutable gratuitement en ligne, notamment sur Soundcloud (https://soundcloud.com/phaune-radio/sets/fragments-hackes). Cette pièce se présente comme une compilation d’extraits sonores provenant de notre futur, 2034, qu’un pirate informatique de notre époque serait parvenu à pirater à travers le temps. Il s’agit donc d’un artefact science-fictionnel narratif (Saint-Gelais, 1999 ; Bréan, 2014). Dans le futur, les espaces urbains ont été privatisés et sont soumis à trois forfaits, en fonction desquels les citadins ont accès à un certain pourcentage de la ville. Une femme sur le point d’accoucher traverse, sans y être autorisée, une rue soumise au forfait premium et se fait tuer par un drone de surveillance. S’en suit une tentative de révolte de la part d’une partie de la population.

On s’intéressera surtout à la forme, politique, de cet OSNI – objet sonore non-identifié. Le montage audio suit le modèle cinématographique du found footage, technique de réutilisation d’enregistrements préexistants dans le but de créer une nouvelle œuvre. Mais le found footage est artificiel ici, fabriqué de toute pièce, pour créer un docufiction de feintise ludique (l’auditeurice a conscience d’être face à un faux documentaire ; Deleu, 2013) et atteindre un effet de réel (Glevarec, 1999) artefactuel. Les auditeurices entendent donc une compilation d’extraits – fictifs, rappelons-le – d’interviews, de reportages et de fichiers de surveillance du futur, brouillés et coupés par des bruits numériques parasites qui jouent sur un effet de défamiliarisation sonore appuyée néanmoins sur les codes d’un répertoire de sons SF fortement inspirés du cyberpunk. Cette poétique sonore SF (Huz, 2020), couplée à un montage qui confronte les voix des insurgés, des hommes politiques, des hommes armés ou encore des médias de masse, vise un effet politique. L’artefact audio critique en effet la manipulation médiatique et la surveillance numérique jusque dans sa forme même.

Bibliographie

BRÉAN Simon, « Des états fictionnels superposés ? Virtualités des artefacts narratifs de la science-fiction », Revue critique de fixxion contemporaine [en ligne], n° 9, 2014, URL : http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx09.08/898

DELEU Christophe, “Dispositifs de feintise dans le docufiction”, Questions de communication [en ligne], 23/2013, URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/8459

GLEVAREC Hervé, « Du canular radiophonique à l’effet de réel », in Jean-Olivier Majastre et Alain Pessin (dir.), Le Canular dans l’art et la littérature, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 75-94.

HERON Pierre-Marie, « Fictions hybrides à la radio », Le Temps des médias, n° 14, 2010, p. 85 à 97.

HUZ Aurélie, « Les sons de la science-fiction dans La Planète sauvage de René Laloux (1973) », Sociétés & Représentations [en ligne], 2020/1, n° 49, p. 211-219, URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2020-1-page-211.htm

SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec, Nota bene, coll. « Littérature(s) », 1999.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

Adhérer à l’Association



Citer ce billet
Aurélie Huz (2022, 13 juin). Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel). LPCM. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2r0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.