Parution : L’art clandestin. Anonymat et invisibilité du graffiti aux arts numériques (Emmanuelle Dreyfus, Stéphanie Lemoine)

Emmanuelle Dreyfus et Stéphanie Lemoine, L’art clandestin. Anonymat et invisibilité du graffiti aux arts numériques, Paris, Gallimard, 2022.

Ils sont graffeurs, street artistes, hackivistes ou artivistes plus ou moins célèbres. Dans la rue, sur le web ou dans les médias, leurs œuvres sont omniprésentes. Eux, pourtant, avancent à couvert : ils créent sous pseudonyme, fuient les journalistes et se protègent derrière toutes sortes de masques.

Dans une société obsédée par la visibilité et le star system, leur discrétion étonne : elle semble contradictoire avec la notion même d’espace public.
Pour quelles raisons se rendre invisible ? Que signifie artistiquement et politiquement ce choix ? Quelles sont les formes et ruses de l’invisibilité ? Quels sont les obstacles (juridiques et technologiques notamment) auxquels elle se heurte ?

À partir d’entretiens et d’études de cas, L’Art clandestin cerne la diversité de ces artistes sans visage, et souligne à quel point leur position résonne avec des thématiques contemporaines, de la mythologie du super-héros à l’essor de la reconnaissance faciale…



Citer ce billet
Anaïs Goudmand (2022, 23 mai). Parution : L’art clandestin. Anonymat et invisibilité du graffiti aux arts numériques (Emmanuelle Dreyfus, Stéphanie Lemoine). LPCM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r2qd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.