Séminaire “Les récits du posthumain” – Séance 4 : “Un nouveau grand-récit : la modélisation de l’être humain” (jeudi 12 mai, 14h-17h, en ligne)

Séminaire en ligne organisé par Mara Magda Maftei, (Professeur à l’Université de Bucarest, Chercheure associée à Observatoire des écritures contemporaine), en partenariat avec les Universités Paris Nanterre, Panthéon Sorbonne et Bordeaux-Montaigne.

Séance 4 : Un nouveau grand-récit : la modélisation de l’être humain

Co-animateurs Mara Magda Maftei (Professeure, Université de Bucarest) et Emmanuel Picavet (Professeur, Université Panthéon Sorbonne) – 12 mai de 14h à 17h.

Lien Zoom sur demande à l’adresse mmmaftei@parisnanterre.fr

Invitées :

  • Hélène Machinal, Professeure, Université de Bretagne Occidentale, Le posthumain : émergence d’un paradigme
  • Anne F. Garréta (Research Professor – Duke University), autrice du roman Sphinx, Grasset, Paris, 1986 ; Pour en finir avec le genre humain, Éditions François Bourin, Paris, 1987

Présentation du séminaire

Objet :

Et si l’homme du futur était déjà parmi nous ? Pensons à la nouvelle identité humaine, souvent divisée en je (le corps biologique et le vécu de la conscience) et moi numérique reposant sur des opérations de description, sélection de traits et représentation (le roman Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter en témoigne parfaitement).

L’ascendant de l’identité numérique et des biotechnologies déjà à l’œuvre sur le corps biologique produit un changement des pratiques culturelles et des formes d’organisation socio-économiques, en réseau (la communication et l’information renvoyant à de nouveaux types de relations interhumaines fondées principalement sur le moi numérique, ou sur des algorithmes, au détriment de la personnalité effective de chacun).

Nous assistons ainsi à une perturbation dans la manière de percevoir le corps social et à une mutation dans le discours culturel qui intègre désormais la technoscience.

La figure du posthumain est, à certains égards, le nom donné à cette nouvelle manière d’envisager l’être humain et ses récits. Elle constitue même pour certains une nouvelle téléologie après l’effondrement des « métarécits de légitimation » (Jean-François Lyotard).

Reste le questionnement qui porte sur la valeur à accorder à cette nouvelle biopolitique de l’Homme modifié, autonome (Nick Bostrom) et ainsi capable de prendre son destin en
main, de revoir son corps afin de le convertir en un outil de « production biopolitique » selon l’expression de Michel Hardt et d’Antonio Negri.

Un nombre de plus en plus important d’ouvrages de fiction s’inspirent de cette potentielle modélisation de l’être humain, favorisée par la compatibilité du transhumanisme avec le néolibéralisme.

La fiction posthumaniste, assignable au « posthumanisme philosophique et culturel » (Hava Tirosh-Samuelson), interroge ce transfert d’une ontologie de l’humain vers l’ontologie d’un humain transformé.

Quelles stratégies narratives les auteurs mettent-ils en œuvre pour s’y confronter ? Entre dystopie et science-fiction, quelles alertes et quelles questions adressent-ils à leurs lecteurs ?

Fonctionnement :

Ce séminaire se propose d’écouter, lors de ses quatre séances, un universitaire et un ou plusieurs écrivains français.

Les écrivains invités spéculent sur une information théorisée par les idéologues transhumanistes et le plus souvent critiquée par les philosophes.

Les points de vue des écrivains ne divergent pas toujours fondamentalement de ceux des philosophes mais leurs fictions s’adressent à un public plus large et se construisent quelquefois en réponse au « catastrophisme » déploré par les théoriciens et associé aux conséquences directes des politiques néolibérales et de la course de vitesse technologique dans la société occidentale. Certains romans renvoient aux modifications du corps humain (Gaëlle Obiégly, Une chose sérieuse), d’autres interrogent les modes de subjectivation propres à notre modernité posthumaniste (Camille Espedite, Cosmétique du chaos). Marie Darrieussecq examine un être humain confronté à ses propres pièces interchangeables (Notre
vie dans les forêts, 2017) ou débarrassé de tel ou tel aspect de la condition humaine (Pas dormir, 2021). Les littératures à contraintes inspirées de l’Oulipo et la littérature Queer proposent aussi une vision du nouvel homme nouveau (Anne F. Garréta, Sphinx et Pour en
finir avec le genre humain).

Nos invités universitaires s’intéresseront à l’universalité littéraire et philosophique de la figure du posthumain. Ils analyseront l’impact du posthumanisme sur les diverses structures narratives ainsi que les thèmes que s’approprient les écrivains, en particulier dans les aires
francophone et anglophone.

Ils interrogeront aussi la « normalité » de notre société qui légitime l’ontologie du devenir de Deleuze ou les « techniques de soi » (Michel Foucault) permettant aux individus d’effectuer des « opérations sur leur corps et leur âme, leurs pensées, leurs conduites, leur mode d’être ; de se transformer afin d’atteindre un certain état de bonheur, de pureté, de sagesse, de perfection ou d’immoralité » (1).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.