Séminaire LPCM, Séance 5 : la lanterne magique : un impact culturel insoupçonné – mercredi 18 mai, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 5 – Mercredi 18 mai 2022, 17h-19h : La lanterne magique: un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Lieu : Pôle Métiers du Livre de l’université Paris Nanterre, 11 avenue Pozzo Di Borgo, 92210 Saint-Cloud – Salle de réunion (2e étage).

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Teams (penser à télécharger le logiciel en amont) et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre, CSLF)

Intervenant·es : Philippe Marion, Sébastien Fevry, Céline Ruivo, Adeline Werry (Université Catholique de Louvain, programme de recherche EOS B-Magic : The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium)

Résumé :

Cette intervention à quatre voix souhaite partager les différentes problématiques (méthodologiques et conceptuelles) soulevées par les recherches en cours sur la lanterne magique et les plaques de verre du projet B-Magic, dédié à l’étude de l’impact de la lanterne magique en tant que média de masse sur la culture visuelle en Belgique entre 1830 et 1940.

Un premier axe de réflexion porte sur la question du traitement des corpus, plus précisément la nature des objets et des sources à disposition, à la fois du côté de la collecte des plaques de verre mais aussi du côté des sources textuelles (catalogues, journaux, manuels…) afin de pouvoir saisir les dispositifs technologiques (notamment les modalités de projection) et le contexte socio-culturel entourant les spectacles de lanterne. Un deuxième axe présente les avancées dans l’étude de la manipulation des plaques ainsi qu’une réflexion sur notre capacité à appréhender la réception de ces performances par les publics de l’époque. Un troisième axe réfléchit aux outils d’analyse narratologiques et médiatiques appropriés pour traiter la lanterne magique de façon à construire une réflexion plus poussée sur les récits proposés par ce média spécifique. Se pose dès lors la question des bénéfices et des déperditions opérés par une telle migration de concepts.

Ces recherches problématisent plus largement la question d’une “archéologique médiatique” qui permettrait de s’affranchir du cadre identitaire des institutions médiatiques pour construire une histoire des médias comprise dans un sens plus évolutif et linéaire.

Présentation des intervenant·es :

  • Philippe Marion est professeur ordinaire émérite à l’Ecole de communication de l’UCLouvain. Spécialisé en narratologie médiatique et en culture visuelle, il est investigateur principal pour le programme de recherche EOS (Excellence of Science) : The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium. Professeur invité à l’Université de Neuchâtel et à l’Ecole nationale de l’image et de la BD d’Angoulême, il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Traces en cases, essai sur la bande dessinée et son lecteurL’année des médias (1996) (1997) (1998), Schuiten, filiation (2009), The end of cinema, a medium in crisis in the digital Age (2015, avec André Gaudreault). Il termine un ouvrage sur les séries culturelles (avec A. Gaudreault) et un essai illustré sur le BD reportage.
  • Sébastien Fevry est professeur à l’Ecole de Communication de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) et coordinateur du GIRCAM (Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement). Il travaille dans le champ des Memory Studies et des cultures visuelles. En 2021, il coordonne avec Emmanuelle Fantin et Katharina Niemeyer l’ouvrage collectif Nostalgies contemporaines. Médias, culture et technologie. Il est par ailleurs l’auteur de nombreux articles dans des revues comme Image & Narrative, Cahiers Mémoire et Politique, Espacetemps.net, Studies in French Cinema, Memory Studies, Intermédialités
  • Céline Ruivo effectue un post-doc à l’Université Catholique de Louvain (UCLouvain, Belgique) dans le cadre du projet belge interuniversitaire et interdisciplinaire EOS B-magic.  Directrice des collections films à la Cinémathèque française durant huit ans, elle est également titulaire d’un doctorat en Arts du spectacle à Paris III Sorbonne nouvelle, consacré au Technicolor.
  • Adeline Werry est doctorante à l’Institut Langage et Communication (ILC) de l’Université Catholique de Louvain (UCLouvain, Belgique). Elle est membre du projet belge interuniversitaire et interdisciplinaire EOS B-magic : The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940). Dans le cadre de ce projet, elle mène des recherches sur les plaques de verre et lanternes magiques pour enfants par le biais d’une double approche narratologique et intermédiale.

Nous encourageons les participant·es à adhérer à la LPCM :

Adhérer à l’Association

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.