Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Critique, n° 900 , “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel“, 2022.

C’est un divertissement d’ilotes, un passe-temps d’illettrés, un spectacle qui ne demande aucun effort » : ce célèbre et féroce jugement, que Georges Duhamel portait sur le cinéma en 1930, d’autres avant et après lui l’ont appliqué à la bande dessinée. Avec le même aveuglement. Car dans le monde de la culture et de l’art, la BD a obtenu elle aussi droit de cité. Non seulement elle représente aujourd’hui un des secteurs les plus dynamiques du marché de la librairie – en 2020, plus de 53 millions d’exemplaires vendus en France –, mais elle a obtenu une véritable reconnaissance critique, qui n’est plus inversement proportionnelle à sa popularité.

À cette vitalité, bien des explications. La bande dessinée est devenue adulte et s’est internationalisée en se diversifiant ; tout en renouvelant les conventions du fantastique, de l’aventure, de la science-fiction ou du roman noir, elle a investi de nouveaux domaines, comme l’autobiographie et le reportage ; elle a inventé de nouvelles formules éditoriales et chamboulé ses procédés graphiques ou narratifs – sans renoncer (en général) à son essentielle hybridité, c’est-à-dire à sa manière de marquer la solidarité du visible et du lisible. Son « inventeur » supposé, Rodolphe Töpffer, l’affirmait dès 1837 : « Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. »

Parmi les auteurs actuels qui savent associer qualité, popularité et drôlerie, Riad Sattouf se signale par une aptitude particulière à débusquer l’étrangeté dans le réel ; il s’en explique dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder. Attentif aux qualités formelles du dessinateur, Yves Hersant rend compte ici de son dernier livre paru, Le Jeune Acteur 1, tandis que Thierry Hoquet interroge la « virilité » de Pascal Brutal, héros éponyme d’une série publiée entre 2006 et 2014 ; sociologue elle-même, Christine Détrez commente l’« imagination sociologique » de Riad Sattouf, telle qu’elle se révèle dans les réjouissants Cahiers d’Esther (qui en disent long sur la « culture jeune »). Il revenait à des spécialistes du monde arabe, François Pouillon et Mercedes Volait, de parcourir les cinq volumes publiés de L’Arabe du futur, récit d’enfance qui a « quelques leçons à donner aux ethnologues ».

Sommaire

Vignettes
Yves Hersant

Consulter

Esther, Anouk et la sociologue
Christine Détrez

Consulter

Choses vues dans le monde arabe
François Pouillon, Mercedes Volait

Consulter

Sous le signe du Taureau
La virilité du père dans l’œuvre de Riad Sattouf
Thierry Hoquet

Consulter

Entretien

Riad Sattouf
« Raconter le plus de sensations possible »
Propos recueillis le 21 février 2022 par Élie During, Yves Hersant, Thierry Hoquet

Consulter

Réécrire le cosmos
Déborah Bucchi

Consulter

L’Université a peur !
Laurent Jaffro

Consulter

Antisocial, vraiment ? Relire Fernand Deligny
Pierre-Henri Castel

Consulter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.