Appel à contributions : “Jeu(x) et spectacle(s)” (Revue roumaine d’études francophones)

“Jeu(x) et spectacle(s)”, Revue roumaine d’études francophones

Échéance d’envoi des articles : 20 juin 2022

La Revue Roumaine d’Études Francophones (RREF) est la publication annuelle de l’Association Roumaine des Départements Universitaires Francophones (ARDUF). Elle publie des recherches portant sur les manifestations linguistiques, littéraires, culturelles, discursives de la francophonie, autour des trois axes suivants : Littérature ; Linguistique ; Didactique. La revue comporte aussi les rubriques Entretiens, Comptes rendus et Notes et documents.  La Revue Roumaine d’Études Francophones est indexée dans : ERIH PLUS, Index Copernicus International Master List, DOAJ, OAJI.
 
« Moi, je rêve d’écrire un jeu, une sorte de pièce à jouer ensemble, qui serait aussi passionnante qu’une partie de monopoly à quatre survolée par la poésie », déclarait Fernando Arrabal dans une interview, associant dans une même image jeu de société et jeu théâtral. En effet, qu’il s’agisse des sotties et des farces du Moyen Âge, du « jeu sérieux » du Grand Siècle et des jeux contemporains aux classiques, des jeux de miroirs de l’époque baroque, des pratiques festives et ludiques des salons du XVIIIe siècle, des jeux provocateurs des dadaïstes, des jeux langagiers de l’Oulipo, des dispositifs spectaculaires qui structurent les fictions romanesques et théâtrales, ou bien des jeux de rôles utilisés dans la classe de langue, jeu(x) et spectacle(s) s’avèrent être intimement liés. Souvent, les jeux comportent une dimension théâtrale, se donnant comme des « apparitions scéniques » exigeant le regard d’un spectateur et impliquant un travail collectif, tandis que les spectacles exhibent, à bien des reprises, un volet ludique, s’insérant dans des contextes surprenants et provoquant le spectateur à de véritables parties de cache-cache.

C’est à travers la notion de pluralité que ce numéro de la Revue Roumaine d’Études Francophones se proposera d’explorer les notions de jeu et de spectacle, dans leur capacité à infléchir des discours autres, à provoquer des réflexions sur la fabrique de procédés et de phénomènes littéraires, linguistiques et culturels.

On pourra s’interroger sur les dispositifs qui permettent la mise en place de jeux spéculaires, le rôle octroyé au spectateur, les figures de passage qui assurent la communication entre différents niveaux narratifs.

Voici quelques pistes de recherche, non-exhaustives, pour les volets suivants :
 
Littérature :

·      Dispositifs spectaculaires emboîtés dans les narrations (spectacles proprement dits, répétitions, récits de représentations théâtrales, spectacles empêchés)
·      Écritures ludiques (pastiche, parodie, collage, etc.)
·      Le théâtre dans le théâtre 
·      Spectacle et récit 
·      La représentation des jeux dans les textes narratifs et dramatiques
·      Jeux intertextuels
·      La lecture comme jeu, la lecture comme spectacle
 
Linguistique et traductologie :

·      Le texte dramatique et sa représentation : fonctionnement des dispositifs énonciatifs, interactions accomplies / interactions représentées, polyphonie informationnelle, discours didascalique (rôle, place, enjeux), effets perlocutoires 
·      Jeux de mots : fonctions discursives, formes de manifestation (calembours, contrepèteries, allusions, mots-valises, etc.), genres textuels
·      Interactions verbales (structures d’échanges, tours de parole, valeurs interlocutives des actes de langage, implicites, ritualisation, etc.)
·       Polyphonie, représentation des discours autres, points de vue
·      Mise en scène des vernaculaires dans les arts de la parole
·      La traduction des jeux de mots : mission impossible ?
·      La traduction du texte dramatique
 
Didactique :

·      Approches méthodologiques du jeu et du théâtre dans la didactique du FLE
·      Ludique, jeux de rôles, théâtre d’improvisation dans l’apprentissage formel et informel
·      Théâtre universitaire
·      Techniques dramatiques dans l’enseignement des langues
·      Dimension pluricodique du discours didactique 
 
Perspectives méthodologiques suggérées :

Théorie des jeux, études théâtrales (statut du texte dramatique, théorie et aspects pratiques de la mise en scène), histoire littéraire, poétique des genres, approches comparatistes (intertextualité, réception, migration de thèmes, etc.), analyse de discours, sémiotique, traductologie, didactique du FLE.
 
Responsables du numéro :

Daniela Dincă, Université de Craiova        

Dana Monah, Université Alexandru Ioan Cuza, Iași
 
Modalités de soumission

Le texte de l’article, rédigé en français, comportera entre 25 000 et 30 000 signes (notes et espaces y comprises). Il sera impérativement accompagné
– d’un résumé (100-125 mots) rédigé en anglais ;
– de 10 mots-clés, en anglais ;
– d’une présentation (100-125 mots) de vos titres, publications et domaines d’intérêt, en français.
Les textes seront envoyés aux personnes de contact ci-dessous.
 
Personnes de contact : 

Marina Mureșanu Ionescu : marina.muresanu@yahoo.fr
Cristina Petraş : petrasac@yahoo.com
Otilia Cojocaru : aioanei.otilia@yahoo.com
 
Calendrier : 

Date limite de soumission des textes : 20 juin 2022
Date d’envoi des notifications aux auteurs : 1er août 2022
Date de parution du numéro : novembre 2022
 
Consignes aux auteurs  
 
Présentation générale de l’article
• Fichier attaché, texte saisi sous Word, police Times New Roman, taille 11 ; le fichier doit porter votre nom.  
• Le texte doit comporter entre 25 000 et 30 000 signes (notes et espaces y comprises).
• Les notes (taille de caractères 10) seront faites en numérotation continue, en bas de page. Commencez le texte de la note par majuscule, en intercalant une espace après la référence de note en bas de page.
• On utilisera le système traditionnel de renvoi bibliographique (appel de note dans le texte, référence en note de bas de page), ainsi que les notations usuelles (op. cit., art. cit., éd. cit., ibid.).
Les références seront reprises dans la bibliographie à la fin de l’article. 
 
Corps de texte
• Les caractères italiques sont réservés aux titres d’ouvrages, aux titres de revues (par convention éditoriale) et aux mots en langues étrangères (y compris a fortiori, a priori, etc.). 
• Les majuscules seront accentuées. 
• Les vers pourront soit garder leur disposition originale, soit être juxtaposés et séparés d’un trait oblique : / 
• Le soulignement est à proscrire.
• Les caractères gras seront réservés aux sous-titres.
• Citations toujours entre guillemets à la française («… »), quelle que soit la longueur. Utiliser des guillemets à l’anglaise (“…”) dans un passage déjà entre guillemets. Pour les guillemets à la française ne pas oublier de créer des espaces insécables entre les guillemets et le mot. 
• Les citations de plus de 200 signes, espaces comprises, seront isolées du corpus du texte sans guillemets. 
• Toute modification d’une citation (suppression, adjonction, remplacement de mots ou de lettres, etc.) par l’auteur du texte est signalée par des crochets droits […].
• Toutes les citations dans une langue autre que le français doivent être traduites dans le texte ou en notes.
• Toujours utiliser des espaces insécables avant les signes doubles (; : ? ! %).
 
Bibliographie (placée à la fin de l’article) :
 
• Nom, Prénom, Titre (en italiques), lieu d’édition, éditeur, année d’édition [et si nécessaire : volume (vol.), tome (t.)].
Ex. Deroy, Louis, L’emprunt linguistique, Paris, Les Belles Lettres, 1956.
 
• Nom, Prénom, « Titre de l’article » (entre guillemets), Titre de la revue (en italiques), n° (espace avant le chiffre), date, page (s).
Ex. Dumont, Paul : « Francophonie, francophonies », Langue française, 85, 1990, p. 35-47.
 
• Nom, Prénom, « Titre de l’article » (entre guillemets), dans Nom, Prénom (éd.), Titre du volume collectif (en italiques), lieu d’édition, éditeur, année d’édition, page (s).
Ex. Flikeid, Karin, « Origines et évolution du français acadien à la lumière de la diversité contemporaine », dans Mougeon, Raymond, Beniak, Edouard (éd.), Les origines du français québécois, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1994, p. 275-326.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.